Avertir le modérateur

patrick beaudouin

  • Comment est utilisé votre argent ? (Tribune politique du mois de mai du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,budget,tarifs,taxes,luc alonso,patrick beaudouinLe Budget 2019 vient d’être adopté et c’est le dernier budget de la mandature 2014-2020.

    La majorité l’a encensé au travers du « Saint-Mandé infos » du mois d’avril. Donnant au journal de faux airs de tract de campagne et se livrant à un exercice d’autosatisfaction rarement égalé.

    Faut-il rappeler qu’un budget ne doit pas s’apprécier au coup par coup ? Les exercices budgétaires se succèdent et sont liés : ne pas les mettre en perspective, c’est sous-estimer l’intelligence des Saint-Mandéens.

    Rappelons quelques données factuelles pour que chacun puisse apprécier la politique budgétaire menée par la municipalité depuis 2014.

    Entre la baisse de la dotation de l’Etat et la hausse des prélèvements sur les recettes de la Ville, le manque à gagner pour Saint-Mandé aura été de 10,7 millions d’euros en 5 ans.

    Estimons le coût du rachat des emprunts toxiques en 2016 à 2 millions d’euros ; La majorité n’ayant jamais fait preuve de transparence en la matière.

    Le périmètre d’action de la Ville demeurant stable, elle a compensé ces pertes de recettes par :

    • Une hausse record de la taxe d’habitation de 5,5 % en 2015, soit plus d’un million d’euros par an
    • Des hausses régulières des tarifs des services publics municipaux : aux alentours de 9 % en cumulé
    • Une hausse des recettes des frais de restauration scolaire de 20 % à compter de 2016
    • Une hausse des frais de stationnement de 48 % en 2018

    En parallèle, elle aura cependant trouvé le moyen de se constituer des réserves, à hauteur de 15 millions d’euros ... De manière à financer la construction du bâtiment « Association Culture Innovation » sur le terrain IGN !

    Intérêt ? Emplacement ? Fonctionnement ?

    L’emplacement n’est pas idéal, pour les enfants comme pour les seniors qui devront allonger le pas le long du bois …

    En vitesse de croisière, le bâtiment coûterait 420 000 € par an, hors frais de personnel. Une entreprise de « facility management » assurerait la gestion, en régie, avec un budget spécifique pour l'accueil, la maintenance, l'entretien, la commercialisation de l'auditorium ...

    Un directeur général culture serait recruté pour chapeauter l’ACI, le conservatoire, les musiques actuelles et la médiathèque ….

    Loin de propulser Saint-Mandé vers l’avenir, ce projet constitue une impasse politique et économique dans l’aménagement de notre ville. Les Saint-Mandéens devront avoir le dernier mot !

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com
    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr
    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr
    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Vœux 2019 à Saint-Mandé (Tribune du mois de février du groupe Saint-Mandé demain)

    88FEFB73-0361-41F4-BB71-C1673149CBB5.jpegLes cérémonies de vœux sont une vitrine pour les communes qui promeuvent leurs belles réalisations et leurs projets d’avenir. Qu’avez-vous pensé des vœux à Saint-Mandé ?

    Luc Alonso : Les vœux sont censés rassembler la population autour du bilan de l’année écoulée et des projets à venir. A Saint-Mandé les années se succèdent et, malheureusement, se ressemblent. Patrick Beaudouin a formulé des vœux très politiques, en forme de doléances au président de la République, se mettant en scène pour l’apostropher : C’était un peu gênant pour tout dire …

    Il mettra à disposition de l’Etat les moyens du grand débat mais il refuse de l’animer …

    LA : Comme si la fracture sociale, territoriale et industrielle remontait à 2016. Elle a plus de trente ans et chacun a sa part de responsabilité. Mais cela ne me surprend pas : il n’a pas la culture du débat et de la concertation. Nous le savons tous à Saint-Mandé. J’ai, quant à moi, décidé de m’investir pleinement pour faire émerger des idées nouvelles.

    Ubisoft, déjà installé à Montreuil, a annoncé louer des locaux à Saint-Mandé, bonne nouvelle ?

    LA : C’est une belle entreprise dont le siège social est à Rennes. C’est une bonne nouvelle car elle véhicule une image dynamique et moderne. Mais quelles seront les retombées en termes de fiscalité ? Ce point reste flou. A qui vont profiter les retombées économiques des salariés qui vont y travailler. Vont-ils se tourner vers Vincennes, vers les commerces et brasseries de la place Bérault juste en face et en pleine rénovation ? Ou bien vers Saint-Mandé, plus éloignée avec ses commerces sinistrés ?

    Il a listé les projets en cours ...

    LA : Seul le projet de la pointe Paul Bert a eu notre assentiment car il répond à un réel besoin pour les services techniques, les musiques actuelles et le parc de logements sociaux. Mais le regroupement à l’IGN des associations et de l’INTERVAL, avec l’abandon de la maison des marronniers que nos jeunes apprécient est un vrai crève-cœur. La rénovation du haut de Gaulle pouvait attendre par temps de crise. Ces trottoirs noirs, quelle horreur !

    Il dit ne pas avoir augmenté les impôts et continuer dans cette voie ...

    LA : Plus c’est gros, plus ça passe ! En 2015 les taxes locales ont été augmentées de + 5.5%, et en 2018 les hausses cumulées de tarifs depuis 2014 avoisinaient en moyenne + 9% !

    Il espère couvrir la voie RER, cette saignée dans la ville, et réduire le bruit

    LA : Nous aussi nous le souhaitons mais nous souhaitons associer les riverains. Chose qu’il ne sait pas faire !

    Un mot pour conclure ?

    LA : Si l’on devait mesurer l’attractivité d’une ville au nombre de maires qui lui font l’honneur d’être présents lors des vœux, on confirmerait la crise saint-mandéenne. 12 maires étaient présents aux vœux de Vincennes contre 4 à Saint-Mandé, dont 3 par obligation. La crise est là et notre ville mérite mieux que cela !

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr  

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Lettre ouverte à Patrick Beaudouin : Nos propositions pour promouvoir la formation BAFA auprès des jeunes

    1C268CB6-64F9-4F7B-9C17-D8B9C1651710.jpegMonsieur le Maire,

    Lors du Conseil municipal du 13 décembre 2017, la majorité municipale a, sans surprise, adopté le retour du rythme scolaire à la semaine de 4 jours.

    Plus surprenant était le courrier adressé aux familles Saint Mandéennes quelques jours plus tôt dans lequel, tout en indiquant votre volonté de « tout mettre en œuvre afin de permettre un accueil à la demi-journée  » le mercredi, vous « invitiez » les parents « qui en ont la possibilité à prévoir un autre mode de garde individuelle pour le mercredi matin ».

    Autrement dit, Saint-Mandé reviendra à la semaine des quatre jours lors de la prochaine rentrée scolaire, mais ne serait pas sûre de pouvoir assurer un accueil des loisirs le mercredi à la demi-journée.  

    Pour justifier de cette situation vous évoquiez dans votre courrier des difficultés de recrutement d’agents d’animation "dans toute l'Ile-de-France".

    Comme je m’en étonnais, vous nous avez alors indiqué : " C'est que le monde change et que la jeunesse ne s'engage plus dans le BAFA, dans les diplômes d'animateur ...

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Transparence autour des subventions aux associations : Saint-Mandé hors la Loi

    Le décret n° 2206-887 du 17 juillet 2006, pris en application de l’article 22 de la loi du 23 mars 2006 relatif à la publication par voie électronique des subventions versées aux associations impose que le site de la ville publie sur son site internet le montant des sommes ou avantages en nature octroyées à chaque association. Cette liste doit mentionner l’adresse statutaire de l’association bénéficiaire.

    Cette Loi votée sous Jacques Chirac à un objectif de transparence bien compréhensible.

    Le texte de Loi sur le site Legifrance

    Notons d’ailleurs, que la mise en œuvre de cette Loi ne coûte rien, et que le lien de confiance, si nécessaire à notre époque, entre les citoyens et les élus s’en trouve renforcé.

    Je n’épiloguerai pas sur les motivations du Maire sortant à ne pas respecter une Loi qu’il a lui-même voté, selon ses propres termes «avec enthousiasme » allant jusqu'à saluer les avancées en matière de « transparence ». http://www.assemblee-nationale.fr/12/cri/2005-2006/20060115.asp

    Simplement je constate qu’il revendique sur son tract de campagne, l’octroi de 3 169 000 € de subventions aux associations durant la mandature … Plus de 3 millions sans avoir respecté les règles de transparence les plus élémentaires. Cela fait frémir.

    Jean Eroukhmanoff et la liste « Saint-Mandé d’abord » respectera cette Loi, qui n’a jamais été mise en œuvre à Saint-Mandé.

    Nous respecterons l’obligation de transparence autour des sommes et services octroyés par le Conseil Municipal et nous gérerons « en bon père de famille » les subventions, sur la base de critères objectifs : résultats obtenus par l’association, nombre d’adhérents, nombre de saint-mandéennes et de saint-mandéens concernés, intérêt manifesté pour la discipline.

    Bien sûr les subventions octroyées doivent être stables d’une année sur l’autre pour permettre aux associations de se projeter avec sérénité vers l’avenir. Mais elles ne sauraient non plus devenir des rentes « ad vitam eternam ».

    Nous ne baisserons pas la somme globale octroyée aux associations, mais nous la répartirons d’une manière plus équitable.

    SAINT-MANDE D’ABORD !

     

    patrick beaudouin,eroukhmanoff,subventions,associations,liste des subventions

     

    Pour aller plus loin : http://www.associations.gouv.fr/449-vers-plus-de-transparence-dans-l.html

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout ! Imprimer
  • Impôts, tout sauf mes chaussettes !

    saint-mandé,saint mandé,finances,emprunts toxiques,taxe d'habitation,taxe cfe,chaussettes,abribus,jean eroukhmanoff,patrick beaudouinLes publicitaires ont cette capacité unique à saisir l'air du temps, et le chic pour trouver la formule qui fait mouche.

    "Impôts, tout sauf mes chaussettes" proclamait donc la semaine dernière, avec beaucoup d'humour, la publicité de l'abribus qui fait face au Monoprix de Saint-Mandé. Sous l'oeil mi médusé, mi amusé des saint-mandéennes et des saint-mandéens.

    Naturellement c'est une grande marque de chaussettes qui est derrière cette opération. Et bien sûr, cela fait échos au débat national autour de la nécessaire pause fiscale.

    Mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser que les citoyens allaient aussi y voir comme un clin d'oeil à la situation locale.

    J'ai pensé à notre taxe d'habitation qui a fait un bond de 32% ces 6 dernières années ; à la taxe CFE plus forte ici qu'à Vincennes ou Charenton ; à ces emprunts toxiques souscrits en 2007, qui pour l'un d'entre eux voit son taux s'envoler à 15% (Ce qui fait que notre endettement moyen par habitant ne peut être comparé au taux d'une ville "saine"). 

    Avec Jean Eroukhmanoff, le premier engagement de la liste "Saint-Mandé d'abord" sera donc de baisser les impôts.

    Le 23 Mars votons pour Jean Eroukhmanoff, le candidat de la droite républicaine, du centre et des citoyens investis pour Saint-Mandé.


    Le site de la campagne : http://www.jeaneroukhmanoff2014.fr/

    Le site de Jean Eroukhmanoff : http://jean-eroukhmanoff.over-blog.com

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
  • 700, vous avez dit 700 ?

    "Vous êtes, à présent, plus de 700 à avoir signé notre pétition que ce soit en ligne ou par courrier, et nous vous en remercions vivement" proclame sur son site le Maire de Saint-Mandé, Patrick Beaudouin, en date du 7 octobre (lien).

    patrick beaudouin,pétition,grand paris

    Pourtant au même instant le compteur de la pétition en ligne indiquait 145 signatures, dont votre serviteur. Et désormais 153 au 30 octobre (notre photo).

    Il y aurait donc eu plus de 555 saint-mandéens qui auraient soutenu cette démarche ... PAR COURRIER. Bravo à eux !

    Mais plus sobrement le Parisien a indiqué le 17 octobre : " "Cette pétition remporte une large adhésion des Saint-Mandéens", d'après les cosignataires". Ou de l'art de la distanciation ...

    Alors Saint-Mandé a t'il raté le virage du numérique ? Ou bien les grosses ficelles sont-elles de sortie ?

    Moi je dis : A Saint-Mandé, on ... ne ... nous ... dit ... pas ... tout !

    Luc Alonso

    PS : Vous constaterez que j'ai modifié les catégories du blog en colonne de droite pour des recherches plus aisées. Avec notamment une catégorie "A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout" où vous pourrez consulter les billets qui souvent se terminent ainsi. Bonne lecture !

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, La revue des blogs, Municipales Imprimer
  • Quand le Maire de Saint-Mandé fait la sourde oreille ...

    ecole,sécurité,saint-mandé,patrick beaudouinLa réponse que le Maire de Saint-Mandé a bien voulu apporter au mail que je lui ai adressé au sujet de la sécurité à l'école de la tourelle la semaine dernière a suscité de nombreuses réactions.

    Je fais donc ici le point sur les quelques remarques qui m'ont été adressées.

    Tout d'abord, le sentiment général est qu'on ne peut pas dire que la concertation sur les travaux ait été satisfaisante. Affirmer le contraire est une contre vérité !

    Bien sûr, on pourra se réfugier derrière des études de faisabilité, des prises d'actes ... ou encore un prétendu défaut de surveillance ... 

    Mais avant tout il y a la Volonté Politique d'écouter avant d'agir : et elle a fait ici défaut !

    Soulignons que la solution qui avait été proposée de retirer le revêtement de la cour était même aberrante ; et qu'elle ne pouvait que poser des "difficultés d'obtenir l'adhésion de tous". Les parents et l'école veulent plus de protection, pas moins !

    Quant à la protection des poteaux, qui est le point noir en terme de sécurité, il va falloir trouver une solution. On ne peut rester sur un constat de non faisabilité.

    La réglementation pour protéger les aires de jeux et cours d'école a sensiblement évoluée ces dernières années. A titre d'exemple, vous trouverez un lien vers une entreprise spécialisée dans ce type d'intervention qui détaille sa pratique et la réglementation en vigueur (entreprise d'ailleurs basée dans le 94 et qui a fait des réalisations pour les villes de Saint-Maur et Issy les moulineaux entre autre).

    On attend donc, et au plus vite, le changement du revêtement de la cour et des marches, et une solution pour les poteaux.

    On notera aussi que lors du Conseil Municipal du 26 septembre, la réfection complète de la Cour de l'école Charles Digeon a été voté. On s'en félicite !

    Il n'en ira par contre pas de même quant aux sommes allouées au jardin David Neel (jeux, fleurs, arbustes) qui pouvaient couvrir toute ou partie du coût des travaux de l'école de la tourelle. Dépenses dont on s'interrogera sur la motivation, à quelques mois des municipales. 

    Donc persiste et signe : sécurité à l'école de la tourelle, halte à l'inertie et au laxisme !

    Luc Alonso 

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Développement durable, Vie locale Imprimer
  • Sécurité à l'école de la Tourelle : halte à l'inertie et au laxisme ! (Version "A vous de juger")

    saint-mandé école

    Mail adressé au Maire de Saint-Mandé le 11/10/13. 

    En zone commentaire :

    La réponse du Maire de Saint-Mandé que j'ai reçue par mail le 11/10/13 au soir.

    Le courrier des délégués de parents d'élèves du 1ier Mars 2013. 

    Bonjour Monsieur le Maire,


    Cela fait plusieurs mois, pour ne pas dire des années, que les délégués des parents d'élèves de l'école de la Tourelle réclament que des travaux soient effectués dans cette école pour garantir une meilleure sécurité des élèves.


    En effet, les bobos et les bosses s'y enchaînent avec régularité, au grand mécontentement des parents.

     

    En cause : le revêtement du sol de la cour glissant par temps de pluie, qui se délite et que les enfants ingèrent ; des poteaux contre lesquels les enfants se cognent parfois violemment ; et des marches qui, si elles font partie de la structure du bâtiment, se révèlent dangereuses. 


    Lassés de se voir promettre des travaux de réfection qui n'ont jamais été réalisés, ces mêmes délégués des parents vous ont d'ailleurs adressé, le 1ier mars 2013, un courrier dans lequel ils vous réitéraient leur demande, vous rappelant à vos responsabilités en vertu de l'article L 212-4 du Code de l'Education.

     

    Cet été l'école de la Tourelle a fermé ses portes. Et l'on imaginait que les travaux demandés allaient enfin avoir lieu. Hélas rien n'a été fait, comme en atteste la liste des "chantiers de l'été 2013" (page 7 et 8) qui figure au dernier bulletin municipal. Pas un mot sur l'école de la Tourelle. On me dit qu'un produit aurait été passé sur le sol de la cour pour le rendre moins glissant : le résultat ne semble pas flagrant. Et rien n'a été fait pour atténuer la dangerosité des poteaux et des marches. 


    Seulement voilà, il y a 15 jours ma fille de 4 ans est victime d'un accident. Poussée par un petit camarade du haut de cette fameuse marche, elle tombe et se fracture le bras. Les résultats sont simples à comprendre : Pompiers, 2 jours à l'hôpital, réduction de fracture et immobilisation du bras pendant 6 semaines. Sans parler de l'impact que cela a eu sur la vie familiale et professionnelle.


    Compte tenu du contexte que j'ai décrit plus haut, cet accident aurait peut-être pu être évité. 


    Comme vous l'ont indiqué les délégués, de plus en plus de parents sont mécontents de cette situation. Qu'attend la mairie ? L'accident plus grave que les autres ?  Il est temps de sortir de cette inertie et de ce laxisme qui n'ont que trop duré, car il en va de la sécurité des enfants. 


    Nous ne demandons qu'une chose : que les services techniques de la Mairie se rapprochent de l'école, écoutent les doléances des délégués des parents d'élèves, qu'ils proposent des solutions d'aménagement qui satisfassent autant les parents que le corps enseignant.


    Au passage je vous indique que la solution évoquée un temps de retirer le revêtement du sol sans le remplacer serait encore pire que tout ...


    S
    urtout ce que nous attendons ce sont des actes concrets



    Pour faire en sorte que ce type d'accident ne se reproduise plus.

    Je vous prie de bien vouloir agréer Monsieur le Maire l'expression de mes salutations distinguées,

    Luc Alonso

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Vie locale Imprimer
  • Ecoles à Saint-Mandé, l'heure du bilan a sonné ! Et ce n'est pas glorieux ...

    saint-mandé,rentrée des classes,bilanL'an dernier, lassé par l'auto-satisfaction dont faisait preuve, année après année, la Mairie au sujet de la rentrée des classes, je m'interrogeais "Rentrée scolaire à Saint-Mandé : Une classe en moins est ce bien une réussite ?"

    Une classe avait été fermée à l'école Paul Bert, sans que ce fait soit clairement assumé dans le bulletin municipal. Avec la conséquence que l'on sait : des classes surchargées. 

    Cette année, rien n'a vraiment changé : Une classe ouvre (et l'on s'en félicite) à Germaine Tillion qui optimise ses effectifs, tandis que les autres écoles, dont les effectifs ne baissent pas spécialement, sont surchargées. Avec des classes qui pointent parfois à 30 élèves. La gestion des demandes de dérogation est toujours aussi opaque. 

    Rien n'aurait donc vraiment changé depuis l'an dernier ? Si !

    Ce qui m'a intrigué, c'est que le journal municipal n'ait pas affiché le nombre d'élèves école par école comme les années précédentes. Après étude on comprend mieux pourquoi, que l'on en juge :

    Ecole Paul Bert en maternelles : 3 classes de Moyenne Section de 27 à 29 élèves en 2012, contre 3 classes de 30 élèves cette année.

    Ecole Paul Bert en élémentaires : 4 classes de CP de 25/26 élèves en 2012, contre 4 classes de CP de 29/30 élèves cette année.

    Ecole Charles Digeon en élémentaires : 3 classes de CP de 22/23 élèves en 2012, contre 1 classe de 29 élèves et une classe de CP/CM2 de 26 élèves cette année. 

    Ce sont des exemples concrets et factuels qui démontrent la saturation des classes dans ces écoles.

    Donc oui le bilan est peu glorieux et on sait désormais pourquoi la mairie n'a pas fait publier cette année le traditionnel tableau comparatif des effectifs dans le bulletin municipal !

    Une autre chose a changé : le nombre d'observateurs politiques qui rallie mon constat quant au bilan du Maire en matière d'éducation. Il n'est jamais trop tard ! 

    Mais ce bilan ne peut simplement se résumer à ce simple aspect quantitatif, comme vous allez bientôt le découvrir ...

    Luc Alonso

    Pour me contacter : voixdemocrate@laposte.net

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Municipales, Vie locale Imprimer
  • Une dissidence pour quoi faire ?

    Pourquoi.jpgLe Comité départemental de l'UMP 94 vient d'investir Patrick Beaudouin pour les prochaines élections municipales de mars 2014, à Saint-Mandé. Et cette désignation est un nouveau coup dur pour les dissidents, Claire Pallière en tête, qui ont cherché en début d'année à renverser leur mentor en se revendiquant de la "droite républicaine et du centre".

    Après avoir soutenu Patrick Beaudouin lors des législatives  de juin 2012 (En s'en remettant au vote de la Loi sur le non cumul des mandats pour pouvoir s'en défaire en douceur, sans batailler ?) les "putschistes" ont ambitionné en janvier de mettre le Maire en minorité au sein du Conseil Municipal. MaisSaint-Mandé n'est pas Saint-Maur, et les adjoints se sont vu retirer leur écharpe, lors du Conseil Municipal du 30 janvier. La décision prise par le Comité départemental de l'UMP 94 en cette fin juin, entérine donc le résultat de cette première bataille au sein du Conseil, perdue par les dissidents. 

    Bien sûr cette décision va avoir des conséquences importantes pour eux. Que cela soit en terme de ressources humaines, de moyens financiers ou logistiques. Et l'UDI ne leur viendra pas en secours puisqu'elle a négocié pour Vincennes et Fontenay des listes UMP/UDI avec tête de liste UDI (également entérinées par le même conseil départemental). Quant au MoDem, contacté après coup par les dissidents, et sans élu au Conseil municipal, nous avons estimé que la priorité devait être donnée à un projet et non à une stratégie, et qu'il convenait par conséquent d'attendre que la situation se décante.

    Aujourd'hui, sans le soutien ni de l'UMP, ni de l'UDI, et après avoir raté la marche de la prise de pouvoir au sein du Conseil Municipal, les dissidents paraissent à la peine pour incarner une alternative crédible dans la course aux municipales. Et ce ne sont pas les newsletters, ou la tribune politique dans "Saint-Mandé infos" (savamment renvoyée à un dos de page par le Directeur de la publication) qui laissent présager une envolée. D'autant que la grande discrétion observée par les dissidents lors de la rixe des jeunes a laissé des doutes sur la capacité du groupe à réagir en tant de crise ... 

    Pour autant, est ce bien une victoire pour le Maire ? Une victoire peut être, mais à la Pyrrhus, car M Beaudouin a vu son groupe se diviser et vaciller. Et nous avons désormais un Maire qui doit faire face à des critiques sur son mode de gouvernance, tant de la part de l'opposition, que de celle des dissidents. La critique s'étend même à l'un des membres de sa majorité resserrée (Dont on connait depuis longtemps l'esprit indépendant), par blog interposé :lien vers le site de Jean Eroukhmanoff.

    Alors une dissidence pour quoi faire ? A coup sûr elle aura permis d'envisager la non réelection de Patrick Beaudouin comme étant un fait politique possible sur notre villeEt je m'en rends compte à chaque fois que j'échange avec des saint-mandéens. Les langues se délient, et nombreux sont ceux qui aspirent à un changement de politique dans notre ville, à un renouveau complet de la matrice : Que cela soit en terme de gouvernance, de culture, de commerce, d'urbanisme, de finances, d'inter communalité, ... Les sujets sont connus de tous.

    Mais voilà les dissidents se sont enfermés dans une stratégie et un timing qui me paraît peu judicieux, et l'on finit par se dire en pensant à eux : "Mais que diable allaient-ils faire dans cette galère" ?

    L-A Alonso - Responsable du MoDem de Saint-Mandé

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Municipales, Vie locale Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu