Avertir le modérateur

klopfer

  • Débat d'orientations budgétaires : "Peut mieux faire"

    images.jpgDe mon point de vue, le débat d'orientations budgétaires est au Conseil Municipal, ce que le GPS est au conducteur d'un véhicule. C'est un moment privilégié de la vie de la commune où les grandes orientations choisies par la majorité sont débattues avec l'opposition. Ce débat ne doit pas être perçu comme une contrainte, mais au contraire comme une opportunité. Il permet de tracer la route à venir.

    Il s'est tenu lors du Conseil Municipal du 28 janvier 2015.  

    Mais avant de décider quel chemin emprunter, il convient de savoir l'état précis des finances de la ville. Sur cet aspect, j'ai indiqué que l'on pouvait estimer que les ateliers de la dépense publique avaient pleinement satisfait à cette première exigence du débat. L'intervention du cabinet Klopfer, qui est rôdé à ce type d'exercice et qui intervient pour de nombreuses communes (de toutes tendances politiques confondues) était un gage d'impartialité. L'homme parle bien et surtout il sait "dépolitiser" les situations. En l'écoutant on peut déduire que la situation de la Commune est dans la bonne moyenne, si ce n'est l'emprunt toxique. Et si ce n'est cette particularité, qu'il a bien souligné, selon laquelle nous faisons désormais partie du club très restreint des "communes isolées", qui ne sont pas en intercommunalité. On aurait juste apprécié que les tableaux qu'il a présenté en réunion publique constitue la première partie du document soumis à débat.

    A noter aussi pour l'anecdote qu'il a été indiqué lors de la réunion publique de restitution que le questionnaire tract diffusé par la majorité n'avait apporté aucun résultat probant. On s'en serait douté !

    Alors pourquoi avoir titré "Débat d'orientations budgétaires : "peut mieux faire"" ?

    Tout simplement parce que la majorité n'a pas clairement affiché ses orientations budgétaires.

    On aurait appréciés que les grands paramètres soient posés d'une manière synthétique et que les efforts qui vont être demandés aux saint-mandéens, entre ce qui va relever de l'impôt, du prix du service et de l'économie, commencent à se dessiner. Sur ce point, 2 phrases tirées du document qui nous a été présenté résument la position de la majorité au moment de ce débat :

    "Au final, il sera question d'équilibrer au mieux l'équation maîtrise des dépenses / recherches de marges de manoeuvre entre l'usager et le contribuable.  D'ores et déjà, il est possible d'affirmer que la collectivité sera dans l'obligation d'augmenter son produit fiscal en 2015. La hausse du taux d'imposition sera la plus modérée possible"

    Ou de l'art de noyer le poisson ...

    De plus, on attendait une tendance des économies 'grosses mailles" sur chacun des grands postes budgétaires, mais cela n'a pas été le cas. Si certains ont été évoqués avec une précision probablement excessive (Par exemple : la Direction de la famille - service enfance éducation), d'autres ont été totalement ignorés (la refonte des supports de communication de la ville, la politique des subventions aux associations).

    Certaines orientations, qui impacteront surement le budget, annoncées par le Maire en commission "urbanisme", ne figuraient pas au document. Ainsi les crèches de Bérulle resteraient rue de Bérulle et seraient rénovées ; les activités de la maison pour tous seraient regroupées sur le site de l'IGN pour faire des économies d'échelle.

    Des dépenses importantes ont aussi été annoncées sans aucune précision, ni motivation. Par exemple : 424 000 € pour 3 nouvelles caméras de vidéo projection et le système d'enregistrement. La mutualisation avec d'autres villes du secteur ne seraient elle pas possible ?  Ou encore la réhabilitation de la rue Mongenot pour 380 000 €. Sans motivation de ces dépenses, comment donner son avis ? C'est ce que j'ai indiqué au Conseil.

    Finalement, puisque nous allons devoir nous livrer à un plan d'économies sur plusieurs années, j'ai aussi souligné l'intérêt de procéder à des investissements qui dégageront des économies (après amortissement) ... sur plusieurs années : les économies d'énergie viennent naturellement à l'esprit. L'exemple de la pause d'une bâche à la piscine est le contre exemple qu'il aurait fallut généraliser.

    Pour toutes ces raisons je dis : "Peut mieux faire"

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu