Avertir le modérateur

charlotte libert-albanel

  • Passations de pouvoir (Par L Alonso et JP Benigni)

    saint mandé,passations de pouvoir,changement de maire,laurent lafon,charlotte libert-albanelFraîchement élu sénateur, Laurent Lafon (UDI) a transmis, dimanche dernier, l'écharpe de Maire de Vincennes à son adjointe aux Finances, Charlotte Libert-Albanel (UDI).

    Nous nous réjouissons naturellement de son élection et savons qu’il sera un sénateur à l’écoute des citoyens et disponible pour le Val de Marne, apportant sa mesure et son humanisme dans la gestion des dossiers.

    Et bonne chance à Madame Libert-Albanel ! Il est satisfaisant de voir une quadra, brillante et posée, présider désormais à la destinée de la ville de Vincennes.

    Nous observons cependant un mouvement politique global qui nous interpelle, un dommage collatéral de la mise en place du non cumul des mandats, et qui ne semble pas aller dans le sens d’une démocratie locale saine.

    Car enfin, Christian Cambon (LR), dont l’élection aux mêmes sénatoriales n’a jamais fait aucun doute, a également passé la main à l’un de ses adjoints à Saint-Maurice ; tout comme Luc Carvounas (PS) à Alfortville en septembre quand il a été élu député.

    Bien sûr l’ensemble de ces élus vous diront qu’ils n’avaient pas le choix et qu’ils devaient se mettre en conformité avec la loi sur le non cumul des mandats. Et ils auront raison.

    On a vu aussi, et c’est bien plus contestable, des maires qui ont passé la main sans être obligés par un quelconque texte.

    Ainsi en mai 2016, à Fontenay-sous-Bois, Jean François Voguet (PCF) transmet l’écharpe a pompon à Jean-Philippe Gautrais (FdG), arrêtant pour « raisons personnelles ». Le même mois Jean-Marie Brétillon (LR) cède sa place a son adjoint aux finances Hervé Gicquel. Tous les deux donc à peine deux ans après avoir été élus. Ce type de petit calcul n'est clairement pas acceptable. 

    L’élection d’un Maire doit avant tout être le choix des citoyens, dans le secret des urnes, et la charge de Maire ne saurait devenir une propriété que l’on se transmet, au sein des familles politiques, comme sous l'ancien Régime.

    On n’ose imaginer une passation de pouvoir anticipée dans notre bonne ville de Saint-Mandé entre un Maire mal élu, poussé par son parti à transmettre le flambeau et un jeune impatient, en déficit de notoriété.

    Dans ce cas, cela s’appellerait un déni de démocratie !

    Luc Alonso - Jean Patrick Benigni

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu