Avertir le modérateur

Saint Mandé, Au Centre de nos vies - Page 4

  • La privatisation de l’accueil des moins de 3 ans : une question d’équilibre ! (Tribune du mois de novembre du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,maison du bois,crèche,privatisation,luc alonsoA Saint-Mandé, la politique de protection de la petite enfance repose traditionnellement et, depuis fort longtemps, sur une offre diversifiée, publique et privée :

    - Les crèches départementales de la rue de Bérulle (90 berceaux) gérées par le Département. Menacées un temps d'une délocalisation vers l'IGN, au profit d'un projet immobilier, elles attendent désespérément d'être rénovées.

    Nous exigeons du Département et du Maire qu’ils prennent l’engagement de les réhabiliter au plus vite pour le meilleur accueil des enfants. 

    - Les crèches municipales de la Tourelle, de la Maison du bois et des « ptits Wollémis » (198 berceaux), offraient jusqu'alors la majorité de l'offre. Avec le projet de délégation présenté cela ne serait plus le cas demain.

    - Le recours aux assistantes maternelles existe mais a du mal à se développer dans une ville où le foncier est très cher.

    - La crèche parentale associative « les Petits Castors » première petite entité à voir le jour, remarquable par son mode de fonctionnement, aura ouvert la voie à une offre diversifiée, dont 5 micro-crèches.

    - En 2015, une crèche privée "les petites canailles" est installée rue Poirier (60 berceaux). Le « business » des crèches bat son plein depuis que l’Etat a autorisé le versement de subventions de la CAF à ces structures privées.

    M Beaudouin déclare alors en Conseil : « Pour la crèche rue Poirier sur laquelle nous avons travaillé avec Les Petites Canailles, c’est une extension de leur intervention au profit de la ville. Vous savez que nous avons beaucoup aidé Les Petites Canailles qui nous ont beaucoup aidés. Nous continuons avec eux, c’est un excellent partenaire. ». 

    Aujourd’hui la majorité rompt avec cette tradition de diversité et veut procéder à une délégation de service public, sous forme d’affermage, de l'une des principales structures municipales : la crèche et la halte garderie de la Maison du bois (68 berceaux et 30 berceaux en halte garderie). 

    Nous nous y opposons fermement ce mode d'externalisation vers le privé étant le plus fort qui existe. Le délégataire reçoit directement les recettes du service et assure le risque de la fréquentation. Mais la collectivité lui verse une subvention fixe si le service est déficitaire, soit 3,9 millions d’euros en 5 ans. 

    Malgré le courrier adressé aux familles qui rassure sur l’absence d’incidence sur les conditions d'accueil, les tarifs et le sort du personnel, il demeure une logique économique selon laquelle le délégataire voudra générer du bénéfice. Il intégrera cette structure dans son réseau afin de mutualiser les périodes creuses et ainsi être le moins pénalisé par la CAF. Tandis que les crèches municipales perdront en masse critique et ne pourront plus se mutualiser. A moins de se tourner … vers cette structure privée. 

    La perte d’équilibre entraîne des vertiges violents et dangereux.

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Saint-Mandé Classic Jazz festival : Une première édition réussie !

    2A184784-7160-45D5-9DB3-4DD6046AFAD0.jpegCe week-end a eu lieu la première édition du Saint-Mandé Classic-jazz festival.

    Festival que les directeurs artistiques dans leur édito ont sous titré « un festival d’automne aux sonorités métissées »

    Et effectivement le programme était particulièrement alléchant avec trois belles têtes d’affiches : une carte blanche à Vincent Peirani, les improvisations de Jean-François Zygel et Biréli Lagrene et son gipsy project.

    Avec autour des déambulations, master class, concerts jazz et classiques a l’institut du Val Mandé, à la Mairie ou à la Tourelle.

    Voila typiquement le genre d’événement culturel de qualité et de proximité que j’apprécie. 

    D'autant que je suis particulièrement fan de jazz.

    La virtuosité de Biréli Lagrene dans le superbe concert qu’il a donné ce dimanche dans une salle des fêtes comble, enthousiaste et ... surchauffée m'a conforté dans le bien fondé de ce festival.

    Bravo aux Directeurs artistiques S Strouk et F Salque pour cette première qui a reçu le soutien de la Mairie et du Département, entre autres.

    Rendez-vous est d’ores et déjà pris l’année prochaine pour une deuxième édition qui je n’en doute pas sera tout aussi attrayante.

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • Le renaissance de Decroly

    L'histoire retiendra que c'est un vendredi 13 que l'école publique Ovide Decroly aura inauguré ses nouveaux locaux,  en présence du Président du Conseil Départemental du Val de Marne, du Maire de Saint-Mandé et du nouveau Sénateur-Maire de Vincennes. 

    Il régnait une belle ambiance à 18h00 dans l'école / collège Decroly.

    Comme souvent les plus beaux projets sont ceux qui rassemblent au-delà des clivages politiques.

    Fidèle a sa tradition, et après les belles prises de parole de la Principale et de la Directrice de l'école, du Maire de Saint-Mandé et du Président du Conseil Général, ce sont les enfants qui ont conclu les débats par des petites phrases dites d'une voix claire et assurée où ils livraient leurs réflexions sur l'école. Un bouquet de fleurs aura fait couler les larmes de la jeune architecte qui a pensé cette belle réalisation.

    La richesse de Decroly est là. Dans ce mode d'Education qui favorise la parole de l'enfant.

    La richesse des hommes est aussi là, qu'ils soient de droite, du centre ou de gauche : s'entendre autour d'un projet pour permettre aux enfants de s'épanouir et d'apprendre librement dans les valeurs de la Républiques.

    Puis celles et ceux qui le souhaitaient ont pu faire une belle visite de ces locaux.

    Je me suis appliqué autant que faire se peut à ne pas prendre en photo les enfants qui "cavalaient" dans tous les sens, et à plutôt m'arrêter sur les moments "officiels", sur quelques lignes architecturales intéressantes, et quelques espaces qui rendent compte de l'esprit qui a présidé à cette construction réussie.

    Longue et belle vie à Decroly ! 

    11639BA7-9E5E-4FE2-9908-97BB7540D2CB.jpeg


    F6AF33F8-CFF5-47F5-8BEB-F2EF2AEEFFB9.jpeg04F3C6A3-74C8-4B53-BDFB-B2CFDADF0A42.jpeg6402C4C7-135E-4DC5-8CEF-BAF59D5915F6.jpegEE67E56F-030C-442E-AF67-17B9B4726D8E.jpeg80CD8C96-7EE5-43C0-89CE-E37BC9F95FE4.jpegA2E3681E-EB99-407B-911F-60BBCA9CBB6C.jpegD372E93D-5334-4570-90EB-5869B13E6BDE.jpegC4B1FA5D-5667-45FA-B5E8-4217C832ED34.jpeg

    Lien permanent 7 commentaires Imprimer
  • Saint-Mandé, passionnément (Tribune du mois d'octobre du groupe Saint-Mandé demain)

    Saint-Mandé, notre ville. Notre belle ville, que nous arpentons du petit matin jusqu’au soir, pour accompagner nos enfants à l’école, nous rendre au travail, ou retrouver nos voisins, nos amis.

    IMG_1522.JPGSaint-Mandé où nous aimons tout simplement flâner.

    Alors quand un article du Parisien du  23 septembre dernier dresse la liste des villes d’Ile-de-France où il fait bon vivre, nous cherchons naturellement Saint-Mandé dans les 10 premières. Mais nous ne la trouvons pas ...  Alors nous la cherchons dans les 10 suivantes. Mais nous ne la trouvons toujours pas ... Nous cherchons alors encore, et encore pour la trouver en … 96ème position.

    Les esprits chagrins s’interrogeront, contesteront, expliqueront que la méthode n’est pas la bonne. Ils se lamenteront : « Quels sont ces critères assurément injustes qui ont placé Charenton-le-Pont en première position, Vincennes en 19ème et nous si loin … »

    C’est vrai Saint-Mandé n’a pas de théâtre …  pas même un théâtre de poche.

    Notre salle des fêtes, grand siècle, prisonnière de l’hôtel de ville et de sa politique n’a pas la même aura. C’est vrai nous n’avons plus de cinéma depuis 50 ans … plus de kiosque à musique depuis 100 ans.

    Saint-Mandé a ses brasseries et le bois comme terrain de jeu. Saint-Mandé a ses bus et sa station de métro qui lui permettent de conquérir Paris en quelques minutes. Peut-être sont-ce là notre force et notre faiblesse… Nous avons accès à tout Paris en 20 minutes et nous nous sommes endormis sur notre devise « cresco et floresco »

    Sant-Mandé déclassée, Saint-Mandé banalisée … A quand Saint-Mandé vitalisée ?

    On pourrait se résoudre à une certaine fatalité. Pire, se placer dans un esprit de déni.

    Nous n’hésitons pas à exprimer nos aspirations et à pointer du doigt le manque d’ambition de la majorité.  

    Quand nous avons critiqué la politique culturelle de la ville, nous avons déplu. La venue d’Anne Roumanoff et de François-Xavier Demaison avait littéralement cannibalisé le budget culturel de la saison. Cette année, la majorité est revenue à une offre culturelle plus variée et de proximité avec la création d’un festival de jazz. Nos critiques et nos propositions de l’année passée auraient-elles été entendues ?

    Dans ce contexte, nous préparons la relève. L’élection municipale de 2020 n’est plus si loin et, à l’usage, une nouvelle voix doit se faire entendre, plus en phase avec les aspirations des citoyens. Nous sommes donc prêts !

    Pour permettre à Saint-Mandé de reconquérir la place que l’on imagine pour elle, à savoir, la première.

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr

     

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Classement des villes où il fait bon vivre en Ile-de-France (Article du Parisien du 23 septembre 2017)

    le parisien,ile de france,classement,ville,bien êtreIl faut bien le reconnaître c'est le type d'article dont les journalistes sont friands, car il ne laisse pas indifférent.

    Dresser un classement de villes incite inévitablement à se comparer ...

    Et à ce jeu il y aura nécessairement Jean qui rit et Jean qui pleure.

    Certains pourront arborer fièrement l'article, d'autres l'oublieront rapidement

    Il y aura les bons perdants, et les mauvais ...

    Le Parisien a ainsi eu l'idée de procéder à un classement des villes d'Ile de France où il fait bon vivre.

    Et c'est une ville du Val-de-Marne qui emporte la palme : Charenton-le-Pont

    Suivent Nogent-su-Marne en 15ème position, Vincennes en 19ème, Joinville en 20ème, ...

    Et Saint-Mandé ? Notre ville pointe à une décevante 96ème position

    Petite confidence, notre groupe au Conseil Municipal en a fait le sujet de sa tribune du mois d'octobre dans le journal municipal. 

    Tribune qui sera publiée sur ce blog vendredi en fin de journée.

    L'article du Parisien est consultable à ce lien : notre-classement-des-villes-ou-il-fait-bon-vivre-en-ile-de-france-22-09-2017.php

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Résultats des élections sénatoriales dans le Val-de-Marne

    IMG_1646.JPGSi les élections sénatoriales sont par définition quelque peu éloignées des préoccupations directes des citoyens, et qu'elles n'impliquent que les grands électeurs, leur résultat est important à un double titre.

    Au niveau national, le Sénat peut constituer si ce n'est un contre pouvoir, à tout le moins un modérateur des passions législatives qui s'expriment à l'Assemblée Nationale.

    A contrario, au niveau départemental, ces élections permettent de mesurer les dynamiques, les tensions ou rivalités, et surtout l'implantation des différents partis.  

    Dans notre département, la gauche qui a su faire l'union a ainsi logiquement écarté toute mauvaise surprise. Elle obtient 3 élus, 2 PCF et un socialiste. Elle peut même se prévaloir d'une première place, que la division de la droite et du centre lui a octroyée. Notons au passage que l'élue EELV sortante, Esther Benbassa, a été réélue à Paris. 

    A l'inverse LR et UDI ont chacun choisi de monter leur liste de rassemblement de la droite et du centre. La tension allant crescendo au fil de la campagne. 

    M Cambon, maire de Saint-Maurice, et Mme Procaccia, sénateurs sortants proposant le maire LR de Villeneuve le Roi en 3ème position, avec une UDI en 4ème position. Laurent Lafon, maire de Vincennes, proposant un esprit de "relève" en ralliant à son panache bleu ciel, LR, Modem et indépendants.

    Ce dernier a donc arraché le 3ème poste de sénateur au nez et à la barbe des LR qui ce soir doivent ruminer le résultat. Constatons simplement que Laurent Lafon aura par son profil très axé sur les finances des collectivités territoriales ; par son excellent bilan à Vincennes ; par son animation et son coaching de l'UDI départementale ; et aussi par sa capacité à rassembler au delà de son parti, réussi une belle campagne. Démontrant qu'il fallait compter avec l'UDI au niveau départemental.

    La candidate d' "En Marche" savourera sa 3ème place, nettement devant le Modem. Là aussi c'est la double marque, d'une dynamique d'un côté, et d'un affaiblissement de l'autre (quand on se souvient que le Modem a tenu le 3ème poste de sénateur durant des années).

    "En Marche" devra retenir que les sénatoriales se préparent au moment des municipales ...

     

    Les résultats détaillés ci-dessous ont été extraits du site de 94citoyens.com

    - Liste Laurence Cohen (union de la gauche) : 780 voix - 38,58% - 3 élus (L Cohen PCF ; Pascal Savoldelli PCF ; Sophie Taillé-Polian PS)

    - Liste Christian Cambon (Union de la Droite et du centre) : 661 voix - 32,69% - 2 élus (Christian Cambon LR ; Catherine Procaccia LR)

    - Liste Laurent Lafon (Union du Centre et de la droite) : 279 voix - 13,8% - 1 élu (Laurent Lafon UDI)

    - Liste Pascale Luciani (En Marche) : 126 voix - 6,23% - 0 élu

    - Liste Didier Dousset (Modem) : 89 voix - 4,4% - 0 élu

    4 autres listes ont recueilli 87 voix 

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Départementales, Le Centre en Mouvement Imprimer
  • La ville au bois dormant (Tribune du mois de septembre du Groupe Saint-Mandé demain)

    IMG_0982.JPG 

    Le temps de l’été permet traditionnellement de «réparer» et même d’«embellir» la ville en espérant déranger le moins possible les habitants et préparer la rentrée en toute sérénité. 

    A l’heure à laquelle nous écrivons cette tribune,

    - Les travaux de l’école Decroly sont presque achevés. Le Département du Val-de-Marne a pensé une belle réhabilitation, qui s’inscrit harmonieusement dans le bâti saint-mandéen existant. Les enfants devraient pleinement s’y épanouir.

    - Les jeunes saint-mandéens profiteront des opérations d’entretien et d’aménagement des écoles exceptés ceux de l’école de la Tourelle dont la cour n’a toujours pas bénéficié d’un nouveau revêtement amortissant bien qu’aucune infaisabilité technique ne soit à signaler. Cela réglerait pourtant pas mal de bobos…

    - La rue Mongenot, que de nombreuses familles empruntent matin et soir pour se rendre à l’école Paul Bert, a subi des travaux que l’on pourrait qualifier de « dantesques ». Pour le coup, nous plaignons sincèrement les riverains qui ont du vivre un été … d’enfer.

    De tels travaux sont-ils bien opportuns en période de crise et de restrictions budgétaires?

     

    Néanmoins, si le cœur des villes ralentit traditionnellement en cette période estivale, il ne doit pas, pour autant, complètement s’arrêter. S’il est nécessaire d’adapter l’offre à la fréquentation, un service aussi essentiel, culturel et divertissant que la médiathèque ne peut fermer tout le mois d’août.IMG_1200.JPG

    Sans parler des vols et dégradations de véhicules dans les rues parallèles à l’avenue du Général de Gaulle auxquels la police municipale apportait comme réponse à l’un de nos proches d’éviter de se garer Chaussée de l’Etang … On croit rêver !

    Bien sûr, Saint-Mandé n’est pas dans une bulle … Mais comment comprendre cette réponse ?

     

    Nous savons que le Maire plaide pour un service au public plutôt qu’un service public, en se référant régulièrement à la notion de CSP+ pour justifier ses choix. La nuance est subtile.

    D’autant que les us et coutumes vis à vis de la prise des congés évoluent, y compris chez les CSP+. De plus en plus de familles fractionnent leurs vacances.

    Le service public se caractérise par sa continuité et l’égalité de tous face à celui-ci.

    Un service ralenti oui, un service absent non.

    En ce mois d’août 2017, plus que jamais et malheureusement, notre ville aura mérité sa réputation de « belle endormie ».

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • L'appel des voix d'airain : chronique de la Libération de Saint-Mandé

    libération,saint-mandé,jean bertaud,coste,août 1944Cet article est un hommage aux patriotes qui voilà plus de 70 ans ont libéré Saint-Mandé.

    L'appel des voix d'airain c'est ce moment particulier à la Libération où toutes les cloches de Paris ont résonné dans un même élan.

    Chaque cloche a sa voix caractéristique et reconnaissable à une oreille exercée ...

    Les faits et citations ici repris sont issus du fascicule "Saint-Mandé dans la Libération, l'ombre et la lumière", publié par le comité local de la Libération.

    Récit de ces jours cruciaux de la fin août 1944 à Saint-Mandé. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent 4 commentaires Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Paul Pelliot, le prestigieux explorateur de la rue Renault

    IMG_0954.JPGCet article m’a été inspiré par un courriel reçu le 30 octobre 2015 d’un énigmatique « Comité mission Pelliot » qui s’intitulait sobrement « Saint-Mandéen oublié ».

    Le mail indiquait : « Médaillé de la résistance, commandeur de la Légion d'honneur, le sinologue Paul Pelliot est décédé le 26 octobre 1945. Une gerbe a été déposée au monument aux morts de St-Mandé, pour ce 70ème anniversaire. "Son courage malgré les années ne se démentira jamais. En 1941, il défend l'honneur du Collège de France dont il est le doyen. Il est incarcéré pour avoir refusé l'exclusion d'un collègue juif et le drapeau français continuera de flotter jusqu'à la Libération, dans la cour du musée d'Ennery, malgré l'hostilité des collaborationnistes (La Chine, une passion française, Isabelle Nathan, 2014)"

    Ce mail m'avait touché et j'avais pris l'engagement auprès de son auteur, avec lequel j'ai eu quelques échanges par la suite, d'écrire durant l'été 2016 un article sur mon blog.

    Avec un été de retard je satisfais à ma promesse et ceci avec le plus grand plaisir car en creusant le passé de Paul Pelliot c'est l'histoire de l'une de nos rues qui s'est éclairée pour moi.

    Effectivement Paul Pelliot, né en 1878 et mort le 26 octobre 1945 était un explorateur français, sinologue, Tibétologue qui parlait 13 langues, et qui faisait et fait encore autorité dans les études asiatiques françaises. Il est bien difficile à un néophyte comme moi  de résumer sa vie et je vous mets ici le lien vers sa page wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Pelliot Il a notamment mis en lumière les Manuscrits de Dunhuang d’une valeur inestimable, tout en étant professeur au Collège de France. 

    La fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle aura été le temps des grands explorateurs. Pelliot est ainsi le contemporain, oublié, d’Alexandra David-Néel qui a acquis sa renommée en étant la première femme européenne à séjourner à Lhasa. Par l’objet même de leurs recherches, ils se connaissaient nécessairement.

    Mais par Saint-Mandé, rien n’est moins sûr … En effet, si Alexandra David-Néel est née en 1868 à Saint-Mandé elle a très vite couru le monde avec son père. A l'inverse si Paul Pelliot est né et mort à Paris, on apprend en cherchant un peu plus loin qu’il a été « élevé à Saint-Mandé dans l’hôtel particulier de sa grand-mère Augustine Renault ».

    Le livre « Saint-Mandé, vie et images du passé », qui est un recueil de cartes postales du temps jadis indique pour sa part « la rue Renault fut ouverte, entre 1889 et 1891, par Madame Renault sur sa propriété, et viabilisé par ses soins ». Par viabilisation on entendait l'installation des égouts, de l'eau et du gaz.

    Derrière le nom de la rue Renault, bien connue des saint-mandéennes et des saint-mandéens se cache donc un grand explorateur universitaire, Paul Pelliot, le petit fils de Mme Renault, qui aura honoré notre belle ville par son savoir et son courage.

    Quelques liens pour aller plus loin : 

    Les carnets de route de Paul Pelliot

    Le fond documentaire du collège de France

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Le lac de Saint-Mandé : lac naturel ou artificiel ?

    le lac de saint-mandé - albert lichtenC'est sous le règne de Philippe la Hardi, en 1276, qu'un fossé fut creusé pour amener l'eau des fontaines de la côte de Fontenay au vivier du bois de Vincennes, à travers la léproserie de Fontenay-sur-Bois. Un vivier est alors le plus sûr moyen d'avoir du poisson frais à sa table. 

    Le "ru de la Pissotte" (du nom d'un hameau), autrement appelé "ru de Montreuil", qui coule des coteaux de Montreuil, en passant par les douves du château de Vincennes abonde alors l'étang, niché dans une dépression, que l'on a bordé d'une digue ... d'une chaussée, pour éviter les inondations. 

    La chaussée de l'étang est née !

    En 1377, Charles V fait détourner une grande partie de ces eaux vers les abreuvoirs du Château de Beauté. Le vivier devient un bourbier pestilentiel. Au point qu'en 1711, les eaux corrompues provoquent une épîdémie pendant l'été. L'ordre d'assèchement est donné et le lac est comblé.

    On peut alors lire dans les chroniques : "Le lac de Saint-Mandé occupe la place d'un ancien vivier, autrefois devenu bourbier ... son alimentation est faite provisoirement par un courant d'eau fétide donnant toujours et par un courant d'eau pur admis seulement par intervalles ; lorsque l'eau salle domine sans partage, on s'en aperçoit aisément, car la surface du lac verdit et produit des exhalaisons peu agréables" (Source)

    Mais l'histoire ne s'arrête pas là ...

    En 1860, Saint-Mandé obtient, en contre partie de l'annexion des 2/3 de son territoire, une gare sur la ligne de chemin de fer de Vincennes et l'embellissement du bois de Vincennes. Le Lac de Saint Mandé est alors désinfecté au sulfate de fer et à la chaux et remis en eau. Mais les eaux croupissent de nouveau. En 1866, Alphand prend donc la décision de le relier au réseau hydraulique général du bois de Vincennes, lui même alimenté par les eaux de la Marne, pompées 35 m en contrebas par la station de pompage de Saint-Maur-des-Fossés.

    Finalement, en 1974, "suite à l'ouverture de l'autoroute A4 qui condamna la station sur la Marne, l'eau du système hydraulique du bois est pompée dans la Seine par l'usine du pont d'Austerlitz".  

    Le lac de Saint-Mandé est donc bien un lac artificiel, au passé prestigieux ... 

    Depuis le début du siècle, il est aussi et surtout un lieu de promenade extrêmement prisé ... on peut s'y promener, et même y pêcher. 

    Mais attention aux espèces protégées qui le peuplent !

    Sources hsitoriques :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_de_Saint-Mand%C3%A9

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bois_de_Vincennes

    http://www.cosmovisions.com/monuSaintMande.htm

    http://www.peinture-et-langage.fr/voir_c_est_avoir_vu.html (pour en savoir plus sur le peintre Albert Lichten qui a fait ce superbe tableau du lac de Saint-Mandé)

    Cet article a été publié initialement le 31 juillet 2012 sur ce blog

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu