Avertir le modérateur

Saint Mandé, Au Centre de nos vies - Page 2

  • Qui gardera les enfants le mercredi matin ? (Le Parisien - 09/03/18 par C NEVES)

    Un article paru vendredi dans Le Parisien qui interroge au sens propre, comme au sens figuré.

    Et qui se fait l'échos de notre proposition de financer la formation BAFA des jeunes de Saint-Mandé.

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Report du projet de baignade publique dans le lac Daumesnil

    lac daumesnil,baignade,reportVendredi matin, les titres des journaux rivalisaient de jeux de mots pour annoncer le report du projet de baignade dans le lac Daumesnil. Qu'il tombe à l’eau, qu’il fasse plouf ou encore qu'il boive la tasse, tous confirmaient qu'il était bel et bien reporté et que la mairie du 12ème se tournait désormais vers "un bassin de baignade mobile l'été sur la pelouse de Reuilly".

    Une victoire pour les associations qui se sont mobilisées, pour les riverains qui ont signé la pétition (vendredi elle totalisait plus de 14 000 signatures, dont votre serviteur), où qui ont déposé des observations lors de l'enquête publique (il y a eu des milliers d'observations que cela soit en Mairie ou sur internet).

    Combien même l'idée d'une baignade publique gratuite pouvait paraître bonne, c'est avant tout le choix du lieu pour la recevoir qui posait problème.

    Dans un contexte où la fermeture des voies sur berge mobilisait déjà fortement les critiques de l'opposition contre la politique de la Maire de Paris, il était probablement urgent pour madame Hidalgo de ne pas laisser se développer un deuxième front de mécontentement. Qui plus est sur des thématiques écologistes. 

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Baignade publique dans le lac Daumesnil : Mes observations auprès de l'enquête publique

    Projet.jpgLe maire de Saint-Mandé a sollicité les membres du Conseil Municipal pour cosigner un courrier faisant valoir les « interrogations » et « réserves » de notre Ville au sujet du projet d’aménagement d’une baignade publique dans le lac Daumesnil. Ce courrier demandait « un rallongement du délai de l’enquête publique afin de permettre à chacun de pouvoir s’exprimer » et concluait par « un avis défavorable ». J’ai accepté de cosigner ce courrier car, au-delà de la forme, il faut parfois considérer la finalité.  

    Mais j’ai également souhaité déposer mes propres observations sur le site dédié à l’enquête publique ( vous pouvez déposer vos observations ici ). Observations que voici :

     « Conseiller municipal de la ville de Saint-Mandé, j’entends faire valoir mes observations auprès de l’enquête publique relative au projet d'aménagement d'une baignade publique dans le lac Daumesnil. 

    Ce projet est contestable sur au moins deux points :

    Ce projet est une aberration historique et patrimoniale

    En 1860, quand Saint-Mandé a vu près des deux tiers de son territoire annexés par la ville de Paris, l’une des contreparties à cette annexion était que le bois de Vincennes serait transformé, agrandit et embellit, sous la conduite d’Alphand. En cela le bois de Vincennes est emblématique de l’art des jardins du XIXème siècle, avec ses effets paysagers. Et depuis le bois a été classé à de multiples titres (Zone naturelle et forestière, zone naturelle faunistique et floristique, …). Si la ville de Paris est probablement légitime à vouloir donner du corps à son « plan Nager Paris », faut-il pour autant que cela soit au détriment du lac Daumesnil ? Par ailleurs, il ne s’agit nullement d’une « baignade publique » mais bien d’un centre aquatique. 

    On peut d'ailleurs s’interroger à l’heure où les urbanistes s’ingénient à faire entrer le bois dans la ville de l'opportunité d’aller à rebours de cette tendance et de vouloir faire entrer le béton dans le bois ?

    Ce projet est un non-sens écologique

    Le bois de Vincennes et le bois de Boulogne sont les poumons verts de la capitale. Véritables réservoirs de biodiversité. Ils doivent le demeurer. L’île aux Oiseaux  telle qu’est surnommée l’île de Bercy, et qui est ici menacée, fait partie de la zone naturelle faunistique et floristique (ZNIEFF). De multiples espèces vivent sur cette île dans une certaine quiétude. Les oiseaux migrateurs y trouvent une halte salutaire dans une région à forte densité urbaine. Des dizaines d’espèces y nidifient. Certains arbres ont reçu le label « arbres remarquables de France » et ont été reconnus en 2015 « ensemble arboré remarquable » par la Ville. Les infrastructures en dur qui sont prévues, ainsi que la grande fréquentation trois mois dans l’année ne peuvent pas faire bon ménage avec l’objectif de préservation de cette zone naturelle.

    En ma qualité de conseiller municipal de la ville de Saint-Mandé il ne m’appartient pas de contester les choix budgétaires que le Conseil de Paris adopte.

    Mais en tant que conseiller municipal d'une ville riveraine du bois il m'appartient de m'inquiéter d'un projet aux portes de ma ville qui aurait reçu un avis défavorable de l’Inspectrice des sites. Cela interpelle nécessairement. 

    A l’heure où la faune et la flore sont d’une manière globale menacées, il est de notre devoir de transmettre aux générations futures cet espace naturel tel qu’il a été pensé et tel qu'il nous a été légué.

    Luc Alonso, Conseiller municipal de la ville de Saint-Mandé »

    Lien permanent 4 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Nos propositions pour redynamiser le B.A.F.A. à Saint-Mandé ! (Tribune du mois de mars du groupe Saint-Mandé demain)

    E5365BDDC-7BCB-4E24-8E33-5F0904946EA5.jpeg« L’animation vous intéresse ? Dès 17 ans vous pouvez obtenir le BAFA, Brevet d'Aptitude aux Fonctions d' Animateur ». 

    Ce brevet permet aux jeunes d’encadrer des enfants et des adolescents en centres de loisirs ou lors des colonies de vacances. L’occasion de se faire un peu d’argent de poche tout en suivant une formation qualifiante.

    A Saint-Mandé, après être revenu à la semaine de 4 jours dans les écoles, le Maire a expliqué dans un courrier aux parents d’élèves sa volonté de « tout mettre en œuvre afin de permettre un accueil à la demi-journée  » le mercredi ; mais aussi invité les parents « qui en ont la possibilité à prévoir un autre mode de garde individuelle pour le mercredi matin » évoquant des difficultés de recrutement d’agents d’animation "dans toute l'Ile-de-France".

    Autrement dit, Saint-Mandé reviendra à la semaine des quatre jours lors de la prochaine rentrée scolaire, mais ne serait pas sûre de pouvoir assurer un accueil des loisirs le mercredi à la demi-journée.  

    Comme nous nous en étonnions, Patrick Beaudouin nous a expliqué : " C'est que le monde change et que la jeunesse ne s'engage plus dans le BAFA, dans les diplômes d'animateur. Avant, à Saint-Mandé nous formions, bon an mal an, 20 à 25 jeunes (...) Mais, aujourd'hui, il n'y a plus de jeunes. Nous en avons formé 1 il y a deux ans, 0 l'année dernière. Pour l'instant, pour l'année 2018, si j'ai bien compris, nous n'avons pas encore de candidature ". Et de prendre pour exemple le Maire PS d'Alfortville, qui a mis en place une  « externalisation »  du centre de loisirs.

    Pour notre part, nous pensons qu’il appartient aux élus de donner l’impulsion pour que nos jeunes aient envie de se lancer dans cette formation.

    Soucieux de cette situation, nous souhaitons effectuer trois propositions :

    - Faire la promotion de la formation BAFA auprès des jeunes par voie de presse, d'affichage et d’associer les lycées

    - Inscrire ce sujet à l’ordre du jour de la mission locale des villes du nord du bois, dont l’action concerne justement les jeunes. 

    - De prendre en charge intégralement le coût de la formation, au moins la première année, en complément du Conseil départemental. 

    De nombreuses villes ont adopté une politique volontariste de formation des jeunes à l’animation. Tout près de nous, la Ville de Vincennes organise une formation au BAFA au mois d’avril avec sélection des candidats après entretien de motivation. 

    A Saint-Mandé nous recrutons des animateurs formés par d'autres villes. Nous perdons en proximité et nous bénéficions des efforts effectués par ces villes alors qu'il y avait près de 2 500 jeunes à Saint-Mandé entre 15 et 24 ans en 2014 (source INSEE). 

    Lors du débat d’orientation budgétaire, la majorité vantait sa politique de recrutement             «active» … Au-delà des mots, il est temps, monsieur le Maire, d’en faire la démonstration.

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr  

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • BAFA : reconquérir une animation de proximité !

    Le 8 février, les parents d'élèves ont reçu un message "Information Grève Enseignants du 9 février 2018" de la Direction de la famille de la ville.

    Message que vous trouverez ci dessous dans sa totalité et qui insiste plus particulièrement sur le fait des difficultés que peuvent rencontrer nos agents d'animation pour se rendre à Saint-Mandé. 

    "Information Grève Enseignants du 9 février 2018

    Nous vous confirmons qu'un service minimum d'accueil sera organisé demain vendredi 9/02, comme prévu, dans l'école de votre enfant, en raison de l'absence pour grève de certains enseignants.

    Cependant, en raison des conditions météorologiques, nos agents d'animation peuvent rencontrer des difficultés à se rendre à Saint Mandé (en particuliers pour ceux qui ont beaucoup de transport RER ou routier), situation que nous avons constaté hier mercredi 07/02.

    Aussi, en cette journée du 09/02 de grève du personnel de l'éducation nationale, nous nous permettons de vous inviter, si vous en avez la possibilité, à garder votre enfant à la maison."

    Ce mail démontre un peu plus la nécessité de promouvoir la formation BAFA auprès des jeunes de Saint-Mandé, et à l’avenir de viser la proximité.

    Pour donner cette impulsion de départ nous avons demandé au Maire de financer intégralement cette formation, en lien avec le Conseil Départemental, au moins la première année.

    Affaire à suivre ...

     

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Lettre ouverte à Patrick Beaudouin : Nos propositions pour promouvoir la formation BAFA auprès des jeunes

    1C268CB6-64F9-4F7B-9C17-D8B9C1651710.jpegMonsieur le Maire,

    Lors du Conseil municipal du 13 décembre 2017, la majorité municipale a, sans surprise, adopté le retour du rythme scolaire à la semaine de 4 jours.

    Plus surprenant était le courrier adressé aux familles Saint Mandéennes quelques jours plus tôt dans lequel, tout en indiquant votre volonté de « tout mettre en œuvre afin de permettre un accueil à la demi-journée  » le mercredi, vous « invitiez » les parents « qui en ont la possibilité à prévoir un autre mode de garde individuelle pour le mercredi matin ».

    Autrement dit, Saint-Mandé reviendra à la semaine des quatre jours lors de la prochaine rentrée scolaire, mais ne serait pas sûre de pouvoir assurer un accueil des loisirs le mercredi à la demi-journée.  

    Pour justifier de cette situation vous évoquiez dans votre courrier des difficultés de recrutement d’agents d’animation "dans toute l'Ile-de-France".

    Comme je m’en étonnais, vous nous avez alors indiqué : " C'est que le monde change et que la jeunesse ne s'engage plus dans le BAFA, dans les diplômes d'animateur ...

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Naissance du blog "La relève de Saint-Mandé"

    saint-mandé,blog,la relève de saint-mandé

    C'est probablement son esprit d'ouverture qui le caractérise le mieux, et qui m'a plu au premier abord. 

    La première fois où j'ai rencontré Jean-Patrick Benigni, c'était sur la place du marché. Il tractait pour Claire Pallière, quand je tractais pour Jean Eroukhmanoff. Il m'a expliqué qu'il était centriste et nous avions convenu d'échanger après les municipales. Nous avons discuté ... une fois ... deux fois ... et de fil en aiguille nous avons sympathisé.

    Elu au Conseil Municipal, je souhaitais passer la main au niveau de la présidence du MoDem de Saint-Mandé. Jean Patrick était candidat à la succession. Les adhérents l'ont élu. Et notre amitié à perduré au delà de ma démission du MoDem. Pas une semaine ne passe sans que nous n'échangions.

    J'ai donc le plus grand plaisir à vous informer qu'aujourd'hui, Jean Patrick ouvre une nouvelle page des blogs saint-mandéens en lançant le blog "La relève de Saint-Mandé"

    Fidèle à lui même, à son esprit d'ouverture et à la place publique où il aime échanger ...

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, La revue des blogs Imprimer
  • Indépendants et fiers de l'être ! (Tribune du mois de février du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,conseil municipal,indépendance,groupe centriste,luc alonsoAu qualificatif d’élus d’opposition nous préférons, et de loin, celui d’élus indépendants. C’est ainsi que nous aimons nous présenter à vous. 

    La vie d’un élu indépendant n’est pas toujours facile. Tant que nous votons « pour » tout va bien. Et c’est le cas sur de nombreux sujets. Mais dès que nous suggérons, questionnons, critiquons, nécessairement les choses se corsent ! Nous serions le poil à gratter …

    Pour autant, cette vie est gratifiante lorsque des Saint-Mandéennes ou des Saint-Mandéens nous remercient de notre investissement, du temps que nous passons à écrire nos tribunes, et à défendre nos idées en Conseil. Vos retours et vos sourires sont précieux. Ils nous donnent force et motivation.

    Ainsi lorsque nous avons écrit la tribune « Rythmes scolaires : un fiasco participatif ! » consacrée au retour à la semaine des 4 jours dans les écoles, vos retours ont été particulièrement favorables. Vous avez apprécié le fait que nous exprimions nos positions personnelles, que nous vous tenions informés des résultats de la consultation effectuée auprès des familles, nous remerciant surtout de nous faire l’écho du besoin de souplesse exprimé par les parents pour la journée du mercredi.

    Cette tribune nous l’avons nourrie de nos propres réflexions, des articles de presse, des retours des parents d’élèves.

    Elle nous a aussi valu en Conseil municipal des reproches de la part de l’adjointe en charge du dossier. Nous expliquant que le Code de l’Education Nationale l’empêchait de changer l’ordre du jour du Conseil des Ecoles pour répondre à la demande des parents et nous reprochant, crime de lèse-majesté, de n’avoir pas siégé à la commission où elle nous aurait expliqué sa position. Nous avons pris acte de ses explications. De la même manière, la Mairie a réparé le soir même du Conseil son oubli d’information auprès de l’ensemble des conseillers municipaux du courrier adressé aux familles dix jours plus tôt.

    Passons sur le fait que le planning des commissions ne cesse de bouger et que les membres de notre groupe ont des obligations professionnelles et familiales en parallèle ... Soulignons l’ironie qui veut que quelques élus de la majorité  « sèchent » régulièrement les commissions mais votent en Conseil sans jamais demander la moindre précision. Est-ce finalement si normal ?

    Et rappelons simplement que si un espace est « réservé » aux tribunes de libre expression dans le journal municipal, c’est que, tout simplement, tout ce qui est dit dans le journal l’est dit « sous réserve » des opinions des élus ne faisant pas partie de la majorité. Et c’est, doit on le rappeler, ce que le Tribunal Administratif de Melun a confirmé à notre demande fin 2015.

    Nous avons notre indépendance chevillée au corps et nous entendons bien continuer de la faire valoir !

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr 

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Un voyage de la mémoire à Auschwitz - Birkenau

    J’ai participé dimanche dernier à un voyage de la mémoire au cœur de la Shoah, en Pologne, à Auschwitz-Birkenau.

    Organisé par l’association S.C.O.R.E, et parrainé par les villes de Fontenay-sous-Bois et Saint-Mandé, il réunissait des responsables communautaires, des citoyens des deux villes, des élèves de 3ème du collège Offenbach, ainsi que des élus de tous bords, dont le Maire de Fontenay et le Député de notre circonscription.

    Nous étions trois conseillers municipaux pour représenter la municipalité de Saint-Mandé.

    Ce voyage était d’autant plus émouvant que nous étions accompagnés par un rescapé et témoin direct, le Dr Elie Buzyn qui a pris le temps de parler et de répondre aux questions des quatre groupes que nous avions constitué.

    Comme beaucoup j’ai lu des livres et vu des films, mais ce dimanche nous avons été confronté à la terrible réalité des camps de la mort. Ces camps gigantesques, à la croisée des rails de chemin de fer, bardés de fils de fer barbelés et de miradors, aux gigantesques chambres à gaz (que les nazis ont tenté de détruire avant l’arrivée de l’armée russe pour masquer leurs crimes). Ces camps étaient des entreprises de mort, à échelle industrielle, destinés à mettre en oeuvre la solution finale. 

    Je projettais depuis longtemps ce voyage ... Mais je dois reconnaître que ce que j'ai vu dimanche dernier dépassait tout ce que je pouvais imaginer en terme de monstruosité et de perversité. Et je souligne la qualité des explications de notre guide qui dans un français parfait nous a apporté toutes les explications, dures à entendre.

    Au mémorial qui a été érigé au fond du camp de Birkenau des plaques rappellent dans plusieurs langues :

    « Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d’hommes, de femmes et d’enfants, en majorité des juifs de divers pays d’Europe, soit à jamais pour l’humanité un cri de désespoir et un avertissement ».

    Ces lieux aussi où les enfants et l’institutrice de l’orphelinat de la rue Grandville à Saint-Mandé ont laissé la vie en août 1944.

    Comment à l'issue de ce voyage ne pas ressentir un grand désespoir ?

    Comment ne pas saluer aussi le travail de mémoire qui a permis d'identifier de nombreuses victimes, de lister les convois en partance de Drancy, ...

    Le devoir de mémoire est essentiel et il doit s'allier à une vigilance et résistance au quotidien contre les nouvelles formes d'antisémitisme.

    04931D79-E0B2-4BF0-A762-57DD9719398F.jpeg

     

    F2E4348E-E5D6-420A-B0E5-C9D4E29AE5AC.jpeg 

     DSC02862.JPGDSC02816.JPGDSC02854.JPGDSC02760.JPG3D4A01FC-72E4-4063-93F8-752AD543B368.pngE291BE0A-2E08-4637-84C5-8079AF899078.jpeg6CAC808B-E51A-4ACB-AE1B-BCF378B4D750.jpeg663BE5DC-70C5-44AB-8838-09EAB846F689.jpeg

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • 2018, entre optimisme et vigilance

    BE014880-0BC2-49B6-AE80-4F9A7D4BB720.jpegA l'heure où je vous présente mes meilleurs voeux pour l'année 2018, les enjeux de cette nouvelle année se dessinent, et je veux partager avec vous mes raisons d'être optimiste, mais aussi pourquoi notre vigilance citoyenne ne devra pas faiblir.

    Je ne peux m’empêcher tout d'abord de relever la symbolique des dates. En 1968, le département de la Seine était supprimé et les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne créés. En 2018, 50 ans plus tard, nous assistons à un mouvement inverse, qui semble inéluctable et puissant de "Métropolisation".

    Si la politique de décentralisation a bien sûr démontré des aspects très positifs au niveau de l'appropriation territoriale, comment ignorer cependant le creusement des inégalités entre nos territoires ; comment ignorer le dynamisme économique des grandes Métropoles européennes et mondiales ; comment ignorer ce mille-feuilles territorial où les responsabilités sont éparpillées, parfois cadenassées par les partis politiques.

    L'esprit de responsabilité et de progrès doit désormais animer les élus, nationaux et locaux, qui ont le devoir de s'impliquer dans ces grandes évolutions. A nous de vivifier et de défendre, s'il le faut, l'échelon communal et de nous assurer, si les départements venaient à être supprimés, de la pérennité des services départementaux à Saint-Mandé (crèches de la rue de Bérulle, collèges publics Offenbach et Decroly, routes départementales, ...). Car il n'est naturellement pas question que la disparition d'un échelon entraîne dans son sillage des régressions de services.

    A Saint-Mandé, ce sera un point de vigilance essentiel.

    Comme les années passées, notre groupe sera par ailleurs vigilant quant aux décisions et orientations de la ville. Nous essayerons tant bien que mal de les influencer ou de les pondérer si nous ne les partageons pas. Nous les soutiendrons si elles en valent la peine.

    Mais bien au delà de cet engagement dans la vie démocratique locale, il y a les maux inquiétants qui rongent la Société toute entière et qui surpassent ces contingences locales.

    J'ai comme vous été terriblement choqués par ces policiers sauvagement agressés à Champigny-sur-Marne,  ces actes antisémites à Créteil et à Saint-Maur durant les commémorations ... Notre société semble rongée par des maux bien terribles. Ces évènements ont tous eu lieu a quelques kilomètres de chez nous ... Ils m'interpellent par leur violence et j'espère que le Président de la République et le Gouvernement vont trouver des solutions et surtout consacrer des moyens, notamment au niveau de la Police Nationale. 

    En abordant cette année 2018, telles sont mes réflexions.

    Avec un leitmotiv : optimisme et vigilance !

    Je vous souhaite une belle et bonne année 2018, sous le signe de notre devise républicaine.

    Luc Alonso - 7 janvier 2018

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu