Avertir le modérateur

Des finances loin d'être exemplaires

  • Dessine-moi Saint-Mandé ! (tribune politique du groupe "Saint-Mandé demain" - février 2017)

    DSC_0291.JPGNotre clin d'œil à la célèbre formule du Petit Prince de Saint-Exupéry exprime notre envie d'imaginer Saint-Mandé, demain.

    Intrigués par l’intervention d’un paysagiste lors de la commission "Relations avec les citoyens", fin novembre, venu présenter ses préconisations d'aménagement et de traitement paysager des rues et des espaces publics, nous sommes pourtant sortis dépités.

    Si le sujet offrait de belles perspectives, le résultat fut décevant, flirtant même parfois avec la complaisance.

    Deux quartiers de la ville ont d’ailleurs été oubliés :

    • le quartier de l'avenue Joffre, limitrophe de Montreuil et Vincennes, séparé du reste de la ville par l'avenue Gallieni, pourtant l’un des plus dynamiques de la ville, proche de la Porte de Vincennes qui opérera prochainement sa mue, avec des flux piétons importants, mais qui subit les nuisances du périphérique. Nous espérions notamment la préconisation d’une végétalisation de l'Avenue Quihou ou une rénovation de la place Gallieni.
    • Les immeubles roses et ses alentours, proches de la voie ferrée, alors que la majorité municipale veut en faire un quartier moteur avec le projet IGN … Paradoxal !

    Cette dite réflexion avait donc pour finalité d’initier le réaménagement du haut de l'avenue de Gaulle, entre l'église et le zoo ; Impression renforcée par la découverte de ce sujet inscrit à l’ordre du jour du Conseil municipal de fin janvier pour la recherche de subventions.

    Les services techniques avaient déjà affiché leur préférence pour un scenario,  neutralisant ainsi une consultation citoyenne.

    Un tel projet ne pouvait se faire sans consulter les Saint-Mandéens  et nous avons obtenu que cette consultation se fasse lors du dernier Conseil municipal.

    Nous serons donc très vigilants sur sa mise en œuvre. Elle ne devra pas s’effectuer en catimini, à l’instar du changement de sens de la circulation autour de l'église Notre-Dame.

    Mais nous espérions une autre dynamique pour Saint-Mandé déjà abordée dans une précédente tribune "Osons la modernité".

    Comment se définissent les priorités ? La rénovation du haut de l’avenue de Gaulle à 2,3 millions d’euros est-elle prioritaire face à la rénovation des crèches rue de Bérulle ou encore la préemption de fonds de commerce pour revitaliser le commerce local, …

    Malheureusement la majorité municipale continue de penser l’aménagement de la ville par la réfection de ses trottoirs. Dont acte !

    Il y a ceux qui voient le monde tel qu'il est, et ceux qui le voit tel qu'il pourrait être.

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
  • Toujours plus étonnant ... retour sur le dernier Conseil Municipal

    Etonnant et édifiant ! Le dernier Conseil Municipal l'aura été à plus d'un titre !

    Alors que la majorité a voté le budget 2015 lors du Conseil de Mars, de nouvelles délibérations sont venues apporter un éclairage nouveau sur l'état des finances de notre ville.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
  • Cela dépasse notre entendement ... (tribune politique du groupe saint-mandé demain - juin / juillet / août 2015)

    Saint-Mandé demain

    Lors du conseil municipal de mars, notre groupe a voté contre le budget 2015. L'absence d'informations précises relatives à la politique de ressources humaines a largement pesé dans cette décision.

    La masse salariale représentant 43% du budget de fonctionnement, nous étions en droit d'espérer un point précis sur les perspectives RH à court et moyen terme.

    Mais c'est une déclaration floue et dogmatique qui nous a été livrée. Morceaux choisis : "En 2015, les suppressions de plusieurs postes décidées en 2014 permettront de contenir la hausse des dépenses de personnel" ; "Seuls des assouplissements statutaires ou une évolution législative sur la durée du travail pourraient permettre à terme une meilleure maîtrise de notre masse salariale". Si la majorité veut optimiser les organisations c’est pour « continuer à proposer aux Saint-Mandéens un niveau de service élevé ».

    Bel objectif, mais à la réflexion nous nous interrogeons sur les priorités qui ont d’ores et déjà été fixées :

    La création d'un poste de Directeur de la communication en octobre était-elle opportune ? Nous ne le pensons pas.

    Le dispositif d’accompagnement à la retraite du directeur général des services, passant par la promotion d'un nouveau DGS, et la création d'un poste transitoire de directeur général délégué, pendant plus d'un an, nous interroge.

    Nous ne remettons pas en cause la qualité de ces fonctionnaires, mais ces décisions sont-elles judicieuses en temps de Crise ?

    Alors que, par exemple, nous constatons un déficit d’ATSEM dans les écoles, où toutes les classes ne sont pas pourvues, ou encore que la dernière infirmière scolaire de la ville ne sera pas remplacée … pour des raisons budgétaires. La régression est frappante !

    Est-ce là la traduction d'un "niveau de service élevé" ?

    Est-ce là la contrepartie des hausses d’impôts et de tarifs qui ont été votées ?

    A vrai dire, cela dépasse notre entendement …

    L. Robinet et L Alonso

    lucilerobinet@gmail.com

    alonso.adam.luc@gmail.com

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
  • Budget 2015 : Pour nous c'est un "Non" clair et net !

    images.jpgLe budget 2015 a été adopté lors du Conseil Municipal du 26 mars et vous trouverez ci-dessous la déclaration qui explique pourquoi nous avons voté contre : 

    "Nous voterons contre ce budget car nous estimons qu’il ne fixe pas de cap à notre ville sur les prochaines années, malgré les 4 axes que vous avez mis en avant. Quand on diffuse à la population un questionnaire tract alertant sur le manque à gagner jusqu’en 2017, on se doit d’apporter une réponse sur la manière dont on entend gérer ces années. 

    Nous tenons à souligner que nous n’avons pas assez d’informations sur le principal poste, à savoir les charges de personnel. Ces charges pèsent pour près de 44% du budget de fonctionnement et l’on n’arrive pas à déterminer via ce budget les marges de manœuvre qui s’offrent à nous. On nous indique que « seuls des assouplissements statutaires ou une évolution législative sur la durée du travail pourraient permettre à terme une meilleure maîtrise de notre masse salariale ». Ce sont des arguments politiques, mais pas opérationnels. Nous n’avons notamment pas de vue sur la pyramide des âges. Vous nous avez pourtant indiqué la détenir.

    Nous entendons bien que les services ont fait de gros efforts d’économie et nous les remercions. Mais attention, comme l’a d’ailleurs dit monsieur le Maire « nous atteignons l’os ». Face aux efforts de l’Administration, nous estimons d’ailleurs que la hausse de l’enveloppe d’indemnités des élus de l’ordre de 15% n’était réellement pas opportune. Question de symbole.

    Nous nous étonnons de constater que dans le volet « travaux de voirie » les travaux soient différents de ceux annoncés lors du débat d’orientation. On nous a expliqué en commission que c’était un choix politique, il fallait toucher tous les quartiers. Nous espérions la motivation de ces travaux sous l’angle des priorités.

    Nous voterons contre ce budget qui s’appuie sur une hausse du taux des trois taxes directes locales  de 5.5%. Hausse qui ne correspond pas à notre sens à une hausse modérée, comme vous nous l’aviez annoncée lors du débat d’orientations budgétaires. Comme l’a encore souligné Monsieur le Maire nous avons « une forte classe moyenne », malgré les CSP++ qu’il se plaît à citer. C’est cette classe qui va être le plus fortement impactée. Le Conseil Municipal du 16 juin avait déjà augmenté le prix des services de 5%.

    Nous constatons à regret que le tour de vis continue.

    La politique des subventions aux associations n’est pas ouvertement affichée. On aurait souhaité un tableau de synthèse avec une tendance par rapport à l’année précédente. Nous avons constaté que beaucoup de subventions aux associations augmentaient. Les économies doivent être l’affaire de tous.

    Nous finirons sur la renégociation des emprunts toxiques pour vous dire que nous vous soutenons dans votre démarche de renégociation. Notamment si vous obtenez comme vous nous l’avez indiqué en commission un taux de 3.9%. Nous avons intérêt à nous désengager de cet emprunt. Parce qu’en fait nous ne sommes pas sous le régime de la double peine, mais plutôt sous celui de la triple peine, avec cet emprunt toxique."

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
  • Débat d'orientations budgétaires : "Peut mieux faire"

    images.jpgDe mon point de vue, le débat d'orientations budgétaires est au Conseil Municipal, ce que le GPS est au conducteur d'un véhicule. C'est un moment privilégié de la vie de la commune où les grandes orientations choisies par la majorité sont débattues avec l'opposition. Ce débat ne doit pas être perçu comme une contrainte, mais au contraire comme une opportunité. Il permet de tracer la route à venir.

    Il s'est tenu lors du Conseil Municipal du 28 janvier 2015.  

    Mais avant de décider quel chemin emprunter, il convient de savoir l'état précis des finances de la ville. Sur cet aspect, j'ai indiqué que l'on pouvait estimer que les ateliers de la dépense publique avaient pleinement satisfait à cette première exigence du débat. L'intervention du cabinet Klopfer, qui est rôdé à ce type d'exercice et qui intervient pour de nombreuses communes (de toutes tendances politiques confondues) était un gage d'impartialité. L'homme parle bien et surtout il sait "dépolitiser" les situations. En l'écoutant on peut déduire que la situation de la Commune est dans la bonne moyenne, si ce n'est l'emprunt toxique. Et si ce n'est cette particularité, qu'il a bien souligné, selon laquelle nous faisons désormais partie du club très restreint des "communes isolées", qui ne sont pas en intercommunalité. On aurait juste apprécié que les tableaux qu'il a présenté en réunion publique constitue la première partie du document soumis à débat.

    A noter aussi pour l'anecdote qu'il a été indiqué lors de la réunion publique de restitution que le questionnaire tract diffusé par la majorité n'avait apporté aucun résultat probant. On s'en serait douté !

    Alors pourquoi avoir titré "Débat d'orientations budgétaires : "peut mieux faire"" ?

    Tout simplement parce que la majorité n'a pas clairement affiché ses orientations budgétaires.

    On aurait appréciés que les grands paramètres soient posés d'une manière synthétique et que les efforts qui vont être demandés aux saint-mandéens, entre ce qui va relever de l'impôt, du prix du service et de l'économie, commencent à se dessiner. Sur ce point, 2 phrases tirées du document qui nous a été présenté résument la position de la majorité au moment de ce débat :

    "Au final, il sera question d'équilibrer au mieux l'équation maîtrise des dépenses / recherches de marges de manoeuvre entre l'usager et le contribuable.  D'ores et déjà, il est possible d'affirmer que la collectivité sera dans l'obligation d'augmenter son produit fiscal en 2015. La hausse du taux d'imposition sera la plus modérée possible"

    Ou de l'art de noyer le poisson ...

    De plus, on attendait une tendance des économies 'grosses mailles" sur chacun des grands postes budgétaires, mais cela n'a pas été le cas. Si certains ont été évoqués avec une précision probablement excessive (Par exemple : la Direction de la famille - service enfance éducation), d'autres ont été totalement ignorés (la refonte des supports de communication de la ville, la politique des subventions aux associations).

    Certaines orientations, qui impacteront surement le budget, annoncées par le Maire en commission "urbanisme", ne figuraient pas au document. Ainsi les crèches de Bérulle resteraient rue de Bérulle et seraient rénovées ; les activités de la maison pour tous seraient regroupées sur le site de l'IGN pour faire des économies d'échelle.

    Des dépenses importantes ont aussi été annoncées sans aucune précision, ni motivation. Par exemple : 424 000 € pour 3 nouvelles caméras de vidéo projection et le système d'enregistrement. La mutualisation avec d'autres villes du secteur ne seraient elle pas possible ?  Ou encore la réhabilitation de la rue Mongenot pour 380 000 €. Sans motivation de ces dépenses, comment donner son avis ? C'est ce que j'ai indiqué au Conseil.

    Finalement, puisque nous allons devoir nous livrer à un plan d'économies sur plusieurs années, j'ai aussi souligné l'intérêt de procéder à des investissements qui dégageront des économies (après amortissement) ... sur plusieurs années : les économies d'énergie viennent naturellement à l'esprit. L'exemple de la pause d'une bâche à la piscine est le contre exemple qu'il aurait fallut généraliser.

    Pour toutes ces raisons je dis : "Peut mieux faire"

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
  • 5% ...

    saint-mandéen, hausse des tarifs

    C'est la hausse que subiront les tarifs des différents services proposés par la ville aux saint-mandéens à compter de la rentrée prochaine.  

    Voici donc ma prise de parole sur le sujet au Conseil Municipal du 16 juin dernier :

    "Monsieur le Maire,

    Vous allez nous présenter une série de délibération qui consiste à voterune hausse des tarifs des services proposés aux saint-mandéens. Hausse qui tourne autour de 5% (ludothèque, maison pour tous, accueils de loisirs périscolaires, english club, restauration scolaire, etc.).

    Vous justifiez ces augmentations par le coût du développement, ou la diversification de ces services, ou encore le coût de la vie. Mais cela semble un peu léger comme explication.

    J'essaye d'en comprendre la motivation. Je me dis que vous essayez peut être par ce biais de devancer les baisses de dotation de l’Etat et la hausse du FPIC. Peut être aussi les futurs coûts de la réforme des rythmes scolaires. Mais tout cela, c'est encore incertain si j'ai bien compris.

    Alors pourquoi 5%, plutôt que 2,5% ou 1.5% ?

    Par ailleurs, si l'on met ces hausses en parallèle du fait que notre dette est désormais maîtrisée, avec 839€ de dette par habitant fin 2014 (si l’on laisse de côté les emprunts toxiques) ; si l'on considère la hausse conséquente de la taxe d'habitation sous la dernière mandature : c'est un nouvel effort que vous demandez aux saint-mandéens.

    En fait, je cherche à comprendre là où vous voulez emmener Saint-Mandé. Ce que je souhaiterai connaître c’est votre stratégie, notamment d’investissement, pour la mandature. Je pense que c’est comme pour une entreprise, il faut un plan stratégique et pas seulement procéder à des hausses de tarifs, des hausses d’impôts et des baisses des coûts de gestion. Ce système aura une fin. Je ne suis pas obtus, si vous nous expliquer cette stratégie, et si je la  partage, je n’hésiterai pas alors à vous appuyer. Mais pour ce soir, j’estime qu’avec  les bribes d’informations qui nous sont données cela n’est pas envisageable. A toutes ces délibérations je voterai donc contre."

    Peu d'explications m'ont, au final, été apportées, si ce n'est qu'il s'agirait de rattraper des augmentations non concrétisées dans le passé ! Par ailleurs, quelques exemples ont été avancés pour démontrer que les villes voisines auraient des tarifs supérieurs, parfois de 20%. Rien ne démontre cependant que l'on est à service équivalent. Et l'on sait par contre que ces villes ont des fiscalités locales plus modérées.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur ce Conseil : le Procès Verbal succinct est consultable sur le site de la Mairie à ce lien :Procès verbal succinct du Conseil Municipal du 16/06/14

     

     

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
  • Municipales 2014 : Quand France 3 s'intéresse à Saint-Mandé ...

    A une semaine des élections, un reportage de Frédérique Hovasse et Isabelle Audin.

    On regrettera que la proposition d'un débat public, effectuée par Jean Eroukhmanoff aux autres candidats, n'ait pas obtenue de réponse du côté de M Beaudouin.

    Alors qu'un tel débat a bien eu lieu entre les candidats aux municipales à Vincennes, ou encore à Nogent sur Marne. Et qu'ils ont été filmés et diffusés.

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
  • Impôts, tout sauf mes chaussettes !

    saint-mandé,saint mandé,finances,emprunts toxiques,taxe d'habitation,taxe cfe,chaussettes,abribus,jean eroukhmanoff,patrick beaudouinLes publicitaires ont cette capacité unique à saisir l'air du temps, et le chic pour trouver la formule qui fait mouche.

    "Impôts, tout sauf mes chaussettes" proclamait donc la semaine dernière, avec beaucoup d'humour, la publicité de l'abribus qui fait face au Monoprix de Saint-Mandé. Sous l'oeil mi médusé, mi amusé des saint-mandéennes et des saint-mandéens.

    Naturellement c'est une grande marque de chaussettes qui est derrière cette opération. Et bien sûr, cela fait échos au débat national autour de la nécessaire pause fiscale.

    Mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser que les citoyens allaient aussi y voir comme un clin d'oeil à la situation locale.

    J'ai pensé à notre taxe d'habitation qui a fait un bond de 32% ces 6 dernières années ; à la taxe CFE plus forte ici qu'à Vincennes ou Charenton ; à ces emprunts toxiques souscrits en 2007, qui pour l'un d'entre eux voit son taux s'envoler à 15% (Ce qui fait que notre endettement moyen par habitant ne peut être comparé au taux d'une ville "saine"). 

    Avec Jean Eroukhmanoff, le premier engagement de la liste "Saint-Mandé d'abord" sera donc de baisser les impôts.

    Le 23 Mars votons pour Jean Eroukhmanoff, le candidat de la droite républicaine, du centre et des citoyens investis pour Saint-Mandé.


    Le site de la campagne : http://www.jeaneroukhmanoff2014.fr/

    Le site de Jean Eroukhmanoff : http://jean-eroukhmanoff.over-blog.com

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
  • Quand "Saint-Mandé infos" s’écarte de son devoir de neutralité

    Saint-Mandé infos






    Extrait de l'article publié en parallèle sur le site de campagne de Jean Eroukhmanoff
    "Il y a quelques semaines, notre attention a été sollicitée par un article officiel publié dans un magazine non moins officiel. Son titre ? « Saint-Mandé INFOS ».
    La publication, évidemment éditée par la mairie et diffusée un peu partout dans nos quartiers, a pour mission d’informer les habitants sur l’actualité de la ville et les grands rendez-vous culturels. Quant à l’article en question, il s’agit de celui qui se trouvait bien stratégiquement au centre de la revue, en pôle position : « Fiscalité locale : la situation de Saint-Mandé dans le Val-de-Marne ».Si les explications déployées restaient confuses et si la mise en page ne dépareillait pas particulièrement avec le « look » général de Saint-Mandé INFOS, que l’on connaît de longue date (et qui mériterait au passage un sérieux dépoussiérage), le contenu, lui, s’est en revanche distingué bien franchement de par la vocation électoraliste manifeste qu’il servait. Pour le dire clairement : ce dossier thématique est en infraction totale avec le principe de neutralité du service public défendu fermement par le Code électoral. Lequel établit que « à compter du 1er jour du 6ème mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections », aucune campagne de promotion ne peut être organisée, même épisodiquement, et aucun commentaire touchant à la gestion de la collectivité ne peut être émis à aucun moment et d’aucune façon par le candidat sortant ailleurs que dans des supports préparés et diffusés à ses frais et en son nom seul.Mais allons plus loin dans le détail…
    Droit public versus coup de canif
    Coup de canif N°1 : Contraire à la neutralité du service public, ce dossier l’est d’abord par son timing inadapté.« (…) Saint-Mandé info revient donc sur les taux d’imposition votés en mars 2013 (…) ». Il suffit de lire l’introduction pour déceler le paradoxe. Car l’on se demande très vite ce qui a pu motiver cet article, 9 mois après le vote des fameux taux d’imposition, si ce n’est le fait que plusieurs listes, dont le tract « Saint-Mandé d’abord vos finances » de Jean Eroukhmanoff, ont fait de ce thème l’un des sujets majeurs de la campagne, débutée à l’automne. Sujet d’ailleurs relayé par la presse locale. Saint-Mandé infos reconnaît d’ailleurs en préambule de cet article « Redressement des comptes publics oblige, l’imposition sous toutes ses formes, largement mise à contribution, fait beaucoup parler d’elle »
    Coup de canif N°2 : Il l’est aussi par sa partialité. Les vieilles ficelles ont en effet beau être connues, elles restent usées jusqu’à la corde par les vieux routiers du système. Ainsi, les tableaux choisis pour illustrer le sujet si délicat dans notre ville de la fiscalité locale présentent plusieurs classements dont tout l’équilibre repose sur le choix de l’unité de mesure : le pourcentage. Même sur ce terrain très arrangeant, pourtant, omission a  été faite de signaler qu’avec 32% de hausse, Saint-Mandé détient le record de la hausse des taxes locales entre 2008 et 2013 pour le Val de Marne. De l’autre côté, nous avons 2 blogs politiques saint-mandéens (dont Saint-Mandé au Centre) qui présentent les tableaux officiels, établis à partir des chiffres absolus, en euros, nettement moins favorables à la commune. Les sources, est-il besoin de préciser, sont incontestables : le ministère des Finances pour l’un, Le Parisien du 09 octobre 2013 pour l’autre.
    Coup de canif N°3 : Il l’est encore par son aspect « bilan de mandature » parfaitement décomplexé : les augmentations citées couvrent la période 2008 – 2013. Peut-on être plus explicite sur la finalité recherchée ?
    Coup de canif N°4 : Il l’est enfin, et on touche ici un dérapage effarant, par la reprise qu’il fait du tract de campagne de Patrick Beaudouin. Presque mot pour mot.
    Que l’on en juge ! Extrait du tract de Patrick Beaudouin diffusé sur le marché de la Tourelle le 15 décembre : « En conséquence (…) La ville de Saint-Mandé bénéficie d’une pression fiscale modérée : elle est la 7ème ville la moins imposée du Val-de-Marne. (après les villes à fortes rentrées fiscales, dues à l’économie). »Extrait de « Saint-Mandé INFOS » de décembre/janvier 2014 distribué dans les boîtes aux lettres le 24 décembre : « En conséquence, la pression fiscale est l’une des plus faibles du département. Saint-Mandé connaît la 7e pression fiscale la plus basse du département avec un coefficient de pression fiscale de 0,87. Vincennes étant 8e avec 0,88 et Fontenay-sous-Bois 13e avec 0,93. En tête de liste, on retrouve les communes du département bénéficiant de recettes liées à l’imposition économique plus importante que celles perçues à Saint-Mandé qui est une commune résidentielle, sans zone d’activités commerciales ou industrielles significatives. ». Passage en gras dans le journal.
    Pourtant, « Saint-Mandé INFOS » est parfaitement conscient des règles qui s’appliquent à ce temps de l’année 2014, puisqu'il indique dans un « Avis aux lecteurs » qu’en période électorale « toute campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une collectivité sur le territoire intéressé par le scrutin » est interdite selon l’article L 52-1 du code électoral.
    Faut-il le dire ? Ces méthodes sont choquantes. Elles sont déloyales. Elles sont grossières. Et, à vrai dire, elles sont d’un autre âge."
    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
  • Saint-Mandé, champion du Val de Marne (2007 - 2013) de la hausse des taxes locales : + 32.05%

    taxe d'habitation.jpg

    http://www.jeaneroukhmanoff2014.fr/

    Le 23 Mars reprenons en main le destin des finances de Saint-Mandé avec Jean Eroukhmanoff, le candidat de la droite, du centre et des citoyens investis pour Saint-Mandé

    Il est des records dont on se passerait bien !

    Comme celui relevé par Le Parisien du 9 octobre 2013 "impôts locaux : ce que vous payez vraiment", où il est indiqué que Saint-Mandé détient le (triste) record de la hausse des taxes locales (taxe d'habitation et taxe foncière) pour le Val de Marne, sur les 6 dernières années, avec 32,05%.

    Loin, très loin, devant la ville du Kremlin Bicêtre qui pointe en seconde position avec + 18.91%.

    Tel est donc le bilan fiscal que l'on peut tirer de la dernière mandature de M. Beaudouin.

    Le fichier complet du Parisien ici : Le Parisien 09/10/13 - Hausse des taxes locales 2008 -2013 dans le Val de Marne.pdf

    Et comme le taux de la taxe s'applique à une valeur locative, qui est particulièrement élevée à Saint-Mandé, notre ville avec 974€ de montant moyen de taxe d'habitation est la deuxième ville du Val de Marne en montant € (derrière Sucy en Brie et ses 1 088€). 

    On comprend mieux dès lors le ras le bol fiscal qui pointe chez nos concitoyens. 

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu