Avertir le modérateur

22/04/2015

Expulsion programmée (Appel des découpés de Saint-Mandé dans le journal municipal d'avril-mai 2015)

Au moment où Saint-Mandé est placée en carence de construction de logements sociaux par le Préfet et contrainte de signer un contrat de mixité sociale, il est important de laisser la parole aux « découpés de Saint-Mandé ». Le journal municipal doit, en effet, être le journal des Saint-Mandéens, de tous les Saint-Mandéens. 

Les « découpés » sont aux prises avec un organisme qui a lancé une opération immobilière spéculative sur leurs immeubles. Ce n’est pas un litige d’ordre privé ; cela nous regarde tous, et nous appelons le Maire, le Préfet, les bailleurs socia3834764829.2.jpgux, à trouver un montage financier intelligent qui permette de faire entrer ces appartements dans le contingent des logements sociaux.

Voici le message des « découpés » et leur contact : alouettepouchard@laposte.net

« En 2010, BNP immobilier achète nos immeubles sis 22 rue de l’Alouette et 3 rue de l’Abbé Pouchard pour une opération immobilière spéculative. Elle met en vente immédiatement. Les locataires, qui ne pourront pas acheter, devront partir. Bien sûr, le prix fixé est dissuasif. Il s’agit donc bien d’une expulsion programmée, prévue pour 2016.

Notre combat dure depuis 4 ans et demi et notre bail arrive à terme dans 18 mois. Cet odieux spéculateur va nous demander de quitter les lieux. Ce déracinement de familles entières est inadmissible et inacceptable.

A ce jour, aucun politique ne nous soutient. Nous sommes seuls face à la BNP qui nous méprise.

Ce message est donc UN APPEL AU SECOURS : NOUS DEMANDONS AUX ELUS LOCAUX, REGIONAUX, NATIONAUX DE NOUS AIDER.  Nous espérons aussi le soutien des Saint-Mandéens. Aux locataires nous leur disons : cela nous est arrivé et cela peut donc vous arriver. Ce combat nous le menons aussi pour vous.

SAINT-MANDEENS depuis 30 ans, nous sommes déterminés à le rester. »

 

Lucile Robinet et Luc Alonso

lucilerobinet@gmail.com

alonso.adam.luc@gmail.com 

13/04/2015

Budget 2015 : Pour nous c'est un "Non" clair et net !

images.jpgLe budget 2015 a été adopté lors du Conseil Municipal du 26 mars et vous trouverez ci-dessous la déclaration qui explique pourquoi nous avons voté contre : 

"Nous voterons contre ce budget car nous estimons qu’il ne fixe pas de cap à notre ville sur les prochaines années, malgré les 4 axes que vous avez mis en avant. Quand on diffuse à la population un questionnaire tract alertant sur le manque à gagner jusqu’en 2017, on se doit d’apporter une réponse sur la manière dont on entend gérer ces années. 

Nous tenons à souligner que nous n’avons pas assez d’informations sur le principal poste, à savoir les charges de personnel. Ces charges pèsent pour près de 44% du budget de fonctionnement et l’on n’arrive pas à déterminer via ce budget les marges de manœuvre qui s’offrent à nous. On nous indique que « seuls des assouplissements statutaires ou une évolution législative sur la durée du travail pourraient permettre à terme une meilleure maîtrise de notre masse salariale ». Ce sont des arguments politiques, mais pas opérationnels. Nous n’avons notamment pas de vue sur la pyramide des âges. Vous nous avez pourtant indiqué la détenir.

Nous entendons bien que les services ont fait de gros efforts d’économie et nous les remercions. Mais attention, comme l’a d’ailleurs dit monsieur le Maire « nous atteignons l’os ». Face aux efforts de l’Administration, nous estimons d’ailleurs que la hausse de l’enveloppe d’indemnités des élus de l’ordre de 15% n’était réellement pas opportune. Question de symbole.

Nous nous étonnons de constater que dans le volet « travaux de voirie » les travaux soient différents de ceux annoncés lors du débat d’orientation. On nous a expliqué en commission que c’était un choix politique, il fallait toucher tous les quartiers. Nous espérions la motivation de ces travaux sous l’angle des priorités.

Nous voterons contre ce budget qui s’appuie sur une hausse du taux des trois taxes directes locales  de 5.5%. Hausse qui ne correspond pas à notre sens à une hausse modérée, comme vous nous l’aviez annoncée lors du débat d’orientations budgétaires. Comme l’a encore souligné Monsieur le Maire nous avons « une forte classe moyenne », malgré les CSP++ qu’il se plaît à citer. C’est cette classe qui va être le plus fortement impactée. Le Conseil Municipal du 16 juin avait déjà augmenté le prix des services de 5%.

Nous constatons à regret que le tour de vis continue.

La politique des subventions aux associations n’est pas ouvertement affichée. On aurait souhaité un tableau de synthèse avec une tendance par rapport à l’année précédente. Nous avons constaté que beaucoup de subventions aux associations augmentaient. Les économies doivent être l’affaire de tous.

Nous finirons sur la renégociation des emprunts toxiques pour vous dire que nous vous soutenons dans votre démarche de renégociation. Notamment si vous obtenez comme vous nous l’avez indiqué en commission un taux de 3.9%. Nous avons intérêt à nous désengager de cet emprunt. Parce qu’en fait nous ne sommes pas sous le régime de la double peine, mais plutôt sous celui de la triple peine, avec cet emprunt toxique."

23/03/2015

Petite analyse de la tectonique des plaques politiques à Saint-Mandé

téléchargement.jpgUn drôle de titre me direz vous ! Pour un objectif assez simple : voir la progression des forces politiques dans le temps de notre bonne ville de Saint-Mandé.

6 listes étaient sur les rangs au 1ier tour des départementales 2015.

Le FN continue sa progression à 12,1%. Aux européennes de 2009, le FN faisait 2,9%. A celles de 2014, il pointait à 10,41%. Il gagne donc encore 1,6 point aux départementales 2015. Il reste cependant très en deçà des ses scores nationaux. Par ailleurs, il ne semble plus prospérer aux dépens de l'UMP.

L'alliance UMP-UDI-MODEM réalise en effet 48,75%. Unis ces partis totalisent ainsi plus que leurs résultats cumulés des européennes. L'Alternative UDI-MODEM avait fait 14,53% et l'UMP 31,57%. Unis nos 3 partis gagnent donc 2,6 points.

On peut par ailleurs estimer que les voix qui s'étaient portées aux européennes de 2014 vers Debout la République de Dupont Aignan (3,69%) et le Parti de Christine Boutin (0,99%) se sont dispatchées entre l'UMP et le FN (compte tenu du positionnement de ces partis sur l'échiquier politique). Cela expliquerait les 2 hausses ici évoquées. 

Le PS réalise une très belle progression avec 20,1%. Aux européennes de 2009, le PS faisait 10,28%. A celles de 2014 il atteignait 13,26%. C'est la plus forte hausse constatée. Le PS semble aspirer les voix qui s'étaient portées sur "Nouvelle donne" aux européennes de 2014 (3,17%), quelques % aux détriments des verts et autres petites listes écologistes (l'alliance écologiste avait fait 1,92% aux européennes de 2014). 

Les verts sont les grands perdants de cette journée avec 7,5%. Le reflux continue pour eux, après un déjà décevant 8,33% en 2014 aux européennes. Alors qu'ils cartonnaient en 2009 avec Bové-Joly-Cohn Bendit à 23,5%. Ce résultat va désormais peser dans leurs relations avec le PS. On pense aux prochaines législatives notamment. 

Le Front de gauche dispute la 4ème place aux verts avec 7,5%. C'est une très belle performance, alors qu'il pointait à 2,93% aux européennes de 2014 et 2,58% aux européennes de 2009. On l'expliquera facilement par la personnalité du candidat, ancien conseiller municipal bien connu des saint-mandéens, Michel Maherou, qui a probablement réussi à fédérer les voix de la gauche de la gauche. 
 
Le Rassemblement Citoyen est crédité du plus petit score avec 4,4%. Il a cependant presque réussi à unifier les voix des européennes de 2014 de Corinne Lepage (2,95%) et de nous citoyens (2,29%). Ce n'est pas une si mauvaise performance pour des candidats plus connus sur Vincennes, que sur Saint-Mandé. 
 
On notera finalement que pour ces 3 élections, la participation a été sensiblement identique à 46,95% en 2015, 47,89% en 2014 et 46,69% en 2009.

01/03/2015

Débat d'orientations budgétaires : "Peut mieux faire"

images.jpgDe mon point de vue, le débat d'orientations budgétaires est au Conseil Municipal, ce que le GPS est au conducteur d'un véhicule. C'est un moment privilégié de la vie de la commune où les grandes orientations choisies par la majorité sont débattues avec l'opposition. Ce débat ne doit pas être perçu comme une contrainte, mais au contraire comme une opportunité. Il permet de tracer la route à venir.

Il s'est tenu lors du Conseil Municipal du 28 janvier 2015.  

Mais avant de décider quel chemin emprunter, il convient de savoir l'état précis des finances de la ville. Sur cet aspect, j'ai indiqué que l'on pouvait estimer que les ateliers de la dépense publique avaient pleinement satisfait à cette première exigence du débat. L'intervention du cabinet Klopfer, qui est rôdé à ce type d'exercice et qui intervient pour de nombreuses communes (de toutes tendances politiques confondues) était un gage d'impartialité. L'homme parle bien et surtout il sait "dépolitiser" les situations. En l'écoutant on peut déduire que la situation de la Commune est dans la bonne moyenne, si ce n'est l'emprunt toxique. Et si ce n'est cette particularité, qu'il a bien souligné, selon laquelle nous faisons désormais partie du club très restreint des "communes isolées", qui ne sont pas en intercommunalité. On aurait juste apprécié que les tableaux qu'il a présenté en réunion publique constitue la première partie du document soumis à débat.

A noter aussi pour l'anecdote qu'il a été indiqué lors de la réunion publique de restitution que le questionnaire tract diffusé par la majorité n'avait apporté aucun résultat probant. On s'en serait douté !

Alors pourquoi avoir titré "Débat d'orientations budgétaires : "peut mieux faire"" ?

Tout simplement parce que la majorité n'a pas clairement affiché ses orientations budgétaires.

On aurait appréciés que les grands paramètres soient posés d'une manière synthétique et que les efforts qui vont être demandés aux saint-mandéens, entre ce qui va relever de l'impôt, du prix du service et de l'économie, commencent à se dessiner. Sur ce point, 2 phrases tirées du document qui nous a été présenté résument la position de la majorité au moment de ce débat :

"Au final, il sera question d'équilibrer au mieux l'équation maîtrise des dépenses / recherches de marges de manoeuvre entre l'usager et le contribuable.  D'ores et déjà, il est possible d'affirmer que la collectivité sera dans l'obligation d'augmenter son produit fiscal en 2015. La hausse du taux d'imposition sera la plus modérée possible"

Ou de l'art de noyer le poisson ...

De plus, on attendait une tendance des économies 'grosses mailles" sur chacun des grands postes budgétaires, mais cela n'a pas été le cas. Si certains ont été évoqués avec une précision probablement excessive (Par exemple : la Direction de la famille - service enfance éducation), d'autres ont été totalement ignorés (la refonte des supports de communication de la ville, la politique des subventions aux associations).

Certaines orientations, qui impacteront surement le budget, annoncées par le Maire en commission "urbanisme", ne figuraient pas au document. Ainsi les crèches de Bérulle resteraient rue de Bérulle et seraient rénovées ; les activités de la maison pour tous seraient regroupées sur le site de l'IGN pour faire des économies d'échelle.

Des dépenses importantes ont aussi été annoncées sans aucune précision, ni motivation. Par exemple : 424 000 € pour 3 nouvelles caméras de vidéo projection et le système d'enregistrement. La mutualisation avec d'autres villes du secteur ne seraient elle pas possible ?  Ou encore la réhabilitation de la rue Mongenot pour 380 000 €. Sans motivation de ces dépenses, comment donner son avis ? C'est ce que j'ai indiqué au Conseil.

Finalement, puisque nous allons devoir nous livrer à un plan d'économies sur plusieurs années, j'ai aussi souligné l'intérêt de procéder à des investissements qui dégageront des économies (après amortissement) ... sur plusieurs années : les économies d'énergie viennent naturellement à l'esprit. L'exemple de la pause d'une bâche à la piscine est le contre exemple qu'il aurait fallut généraliser.

Pour toutes ces raisons je dis : "Peut mieux faire"

18/01/2015

Remerciements à notre Police Municipale, nos enseignants et nos animateurs !

police municipale,saint-mandé,éducation nationaleJe tiens à rendre hommage aux effectifs de la Police Municipale qui se sont mobilisés le 9 janvier, ainsi qu'au personnel enseignant et aux animateurs qui ont eu à gérer le confinement des écoles. Face à des citoyens, à des parents plus qu’inquiets, ces hommes et ces femmes ont appliqué les consignes reçues de leur hiérarchie avec abnégation. Maintenir l’ordre pour les uns en faisant respecter le périmètre de sécurité, mettre à l’abri nos enfants sans les inquiéter pour les autres. Dans des circonstances d’une exceptionnelle gravité, et même sans précédent, on a pu apprécier leur calme et leur sens du devoir. 

Compte tenu de ce qui vient de se passer, on peut être amené à se poser la question de l'opportunité d'armer nos policiers municipaux. 45% des Polices Municipales le sont. L'article qui suit fait le point sur les contraintes qui pèsent sur les Communes qui font ce choix. Pourquoi les policiers municipaux ne sont pas systématiquement armés (article du Figaro)

Notons cependant que le Maire de Saint-Mandé vient d’informer le Conseil Municipal qu’une section du 1ier Régiment d’Infanterie de Sarrebourg allait stationner dans la ville. C’est une bonne nouvelle de nature à rassurer la population Saint-Mandéenne, réellement traumatisée par ces événements.

Pour conclure ce billet je souhaite partager avec vous le message qu’une amie a déposé sur Facebook hier :   

«  Après une semaine à emporter son dessin partout dans l'espoir de voir le "chef des policiers" pour lui remettre son précieux dessin, c'est finalement en se rendant directement à la maison des policiers de Saint Mande, qu'elle a pu le rencontrer, enrôlant les copines avec elle. Elle a ému tout le commissariat et ils ont été super avec les filles, leur faisant visiter les locaux de caméras de surveillance de la ville, leurs équipements ... la suite on ne sait pas car, chut, c'est un secret. Ce chef a été formidable, c'était un très beau moment, vécu avec ma copine Stéphanie. Bravo et merci à lui, à eux. C'était vraiment très important pour Julia ».

Nota Bene : La photo de mon précédent billet a été complétée d'un article. 

04/01/2015

Mes 10 voeux pour 2015

voeux,saint mandéEn ce début d'année 2015, je formule les 10 voeux qui suivent pour notre beau pays; mais aussi pour Saint-Mandé, Vincennes et notre département :

1 - Que notre France reste unie et forte, et que les français soient les premiers à croire avec optimisme en nos valeurs qui sont universelles,

2 - Que Saint-Mandé vive dans la sérénité, et que le bien vivre ensemble soit une réalité qu'aucune rixe, bagarre ou fait divers dramatique ne viendra perturber,

3 - Qu'un groupe centriste émerge de nouveau au Conseil Général du Val de Marne, alliant des centristes de toutes les chapelles (UDI, MoDem, Indépendants) et contribue ainsi à un changement de politique au niveau du département,

4 - Que le MoDem de Vincennes se renouvelle et retrouve le chemin du débat politique, y compris avec l'UDI,

5 - Que le Maire de Saint-Mandé réalise les économies nécessaire à nos finances, sans abîmer les services publics auxquels les saint-mandéens sont attachés, 

6 - Que le tribunal administratif de Melun reconnaisse que notre liberté d'expression ne peut se faire au détriment d'un autre élu,

7 - Que le 15 de France fasse "chanter le cuir" lors de la coupe du Monde, et que plus généralement nos sportifs nous fassent honneur que cela soit dans la victoire, ou au pire dans la défaite,

8 - Que les élections régionales permettent au Centre d'avoir des élus Modem, et que l'extrême droite échoue à conquérir la moindre Région, 

9 - Que les grands serviteurs de l'Etat soient associés à la conduite des affaires publiques et que nos prix Nobel soient écoutés et leurs propositions mises en débat,

10 -  Que la France aide, avec discernement, les peuples qui se battent pour leur liberté et pour la démocratie, contre la tyrannie ou l'obscurantisme.

A toutes et tous, je souhaite une bonne année 2015 : Santé, joie, bonheur et prospérité !

01/01/2015

De 2014 ... à 2015

Saint-Mandé demain,lucile robinet,luc alonso

A peine les derniers grains de sable tombés, l'année 2014 est elle entrée dans l'Histoire.

S'il fallait la qualifier à Saint-Mandé ? On pourrait dire "L'année de tous les dangers"

D'abord il y a eu la campagne des municipales ou notre liste a obtenu un score tout à fait honorable, mais ou l'unité de notre groupe s'est fracassée en fin de 2ème tour. Depuis, entre un Maire qui ne cesse de ressasser cette "rugueuse" campagne, d'anciens premiers adjoints qui ont renoncé à siéger au Conseil, il nous aura fallu trouver notre place. Cette situation de "naufragés des municipales" nous l'avons affronté avec détermination. En apprenant notre rôle d'élus, Conseil après Conseil ; Commission après Commission.

Avec ma collègue, nous avons hissé la bannière de "Saint-Mandé, demain". Et je crois pouvoir dire que notre positionnement est central, social et démocrate. 

En 2014, nous avons principalement défendu notre liberté d'expression, dénoncé la hausse des indemnités des élus et refusé la hausse des tarifs des services publics, inexpliquée et prématurée. 

Mais tout cela ne serait rien, sans les contacts humains, nombreux et chaleureux, tout au long de cette année, que nous avons eus avec les Saint-Mandéennes et les Saint-Mandéens.

Nous mesurons vraiment l'importance de la mission qui nous a été dévolue en cette année 2014.

saint-mandé demain,conseil municipal,central,social,democrate

 

 

Prochain billet le 4 janvier "10 voeux pour 2015"

20/12/2014

L’heure des choix

IMG_4654N&B.jpgLe Préfet du Val-de-Marne vient de placer Saint-Mandé en carence au regard de la Loi SRU. La Ville n’a pas respecté ses engagements en matière de construction de logements sociaux et se voit donc mise à l’amende majorée. Certaines de ses prérogatives en matière d’urbanisme sont également confisquées. Nous ne nous réjouissons pas de cette nouvelle mais elle ne nous surprend pas. Toute politique a son aboutissement.

A Saint-Mandé les ateliers « participatifs » se sont succédé ces deux derniers mois à un rythme effréné. La majorité municipale nous préparant à des choix que l’on pressent douloureux. Le tract – questionnaire diffusé aux Saint-Mandéens, sans consultation de l’opposition, nous annonce que nous allons devoir « nous interroger sur le devenir des services publics ». Dans une parodie de démocratie participative, nous n’aurions qu’à cocher la case du service public qui se verra sacrifié !

Sacrifié sur l’autel de la baisse des dotations de l’Etat et de la hausse des prélèvements, c’est vrai. Mais aussi pour rembourser les intérêts de notre emprunt toxique indexé sur le franc suisse. Il aura coûté 500 000 € en 2013. Le Maire a oublié de signaler ce point.

Nous refusons ces méthodes.

Bien sûr, toutes les communes devront faire des choix pour garantir leur équilibre financier et nous ne fuirons pas nos responsabilités. Nous ferons donc, début 2015, une série de propositions, que nous rendrons publiques, pour une meilleure gestion de nos finances publiques.

Mais par-dessus tout, nous défendrons le « bien vivre ensemble », qui se nourrit de services publics efficaces, constants et de proximité. Nous sommes convaincus qu’il n’est pas de difficulté qui ne puisse être surmontée, avec volonté, dynamisme et imagination.

D’ici là goûtons le temps des fêtes à leur juste valeur, en famille, entre amis ou au sein des associations.

Bonnes fêtes de fin d’année !

Lucile Robinet et Luc Alonso

lucilerobinet@gmail.com

 

alonso.adam.luc@gmail.com

27/11/2014

Les difficultés sont faites pour être surmontées (Discours de F. Bayrou sur la maîtrise des dépenses publiques)

A l’heure où Saint-Mandé vient de lancer ses ateliers de la dépense publique, il m’a semblé utile de partager avec vous le discours que François Bayrou a tenu lors du Conseil Municipal de Pau fin septembre au sujet de la maîtrise des dépenses publiques. Discours que vous trouverez donc retranscrit ci-dessous. Cela a du sens de l'écouter lui qui avait fait de ce sujet, et ceci avant tout le monde, un sujet central et prioritaire de son projet politique. Vous trouverez aussi à la fin de cet article l’interview qu'il a donné le 26 Novembre à l’émission « Preuves par 3 », en marge du Congrès des maires de France.

Bonne lecture, bon visionnage ! 

 

« Bien sûr, chacun a à l'esprit les défis que nous allons devoir affronter et le principal de ces défis est financier. Il est financier, non pas tant à cause de notre collectivité - je m'empresse de vous dire que l'audit financier que nous avons demandé à un cabinet réputé vous sera présenté dès l'instant que nous l'aurons entre les mains, c'est-à-dire aux environs du mois d'octobre, pour que nous ayons la dimension des défis - mais l'essentiel, tout le monde le sait, tout le monde l'a présent à l'esprit, l'essentiel est que les dotations de l'État vont être extrêmement amputées par un certain nombre de décisions dont chacun connaît le caractère inéluctable et qui vont porter une atteinte assez profonde aux dotations qui permettent à notre collectivité, soit la commune, soit la communauté d'agglomération, de vivre, investir, fonctionner comme elle fonctionnait jusqu'à maintenant. Bien sûr, je ne vais pas m'inscrire en faux contre ce qui se passe, parce que c'était prévisible et que, pour ma part, je l'avais annoncé assez souvent.

Je dois de surcroît dire que tout cet argent vient de la poche du contribuable et donc, au-delà des débats politiques que nous pouvons avoir sur le caractère inéluctable ou au contraire évitable de ces amputations, diminutions de crédits, il y a une nécessité pour notre collectivité d'affronter les mutations qui nous sont ainsi imposées. Ces mutations-là tout le monde sait qu'elles seront désormais notre lot, au moins durant la décennie qui vient et peut-être davantage, tant que nous n'aurons pas redressé la capacité de création, de production, d'invention de notre pays, tant que nous aurons le sentiment que ces forces de créativité sont prises dans un réseau de contraintes, dans une toile d'araignée qui les bloquent et qui les empêchent d'avancer.

Je suis, pour ma part, persuadé que la politique existe, qui permettra de faire que notre pays retrouve ce chemin mais, pour l'instant, les Français ne la voient pas et en tout cas les élus de toutes les collectivités locales de France voient les contraintes qui vont leur être imposées. Ces contraintes seront naturellement très importantes pour nous aussi, plus importantes que cela n'était jusqu'à maintenant prévu.

Et donc, nous allons suivre les débats budgétaires de cette rentrée avec cela à l'esprit, mais pour nous le défi est double. Il ne suffit pas seulement d'affronter ces contraintes. Il faut, en dépit de ces contraintes, faire ce que nous avons promis et faire mieux ! Ce qui jusqu'à maintenant était fait avec plus ou moins de réussite, et cela dans tous les chapitres de l'action publique. Faire mieux avec moins et le moins nous est imposé, il n'est pas choisi. Voilà, à peu près, la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Naturellement comme citoyen, et simplement comme auditeur ou téléspectateur, chacun des Palois sait bien que c'est cela que nous allons vivre. Chacun des fonctionnaires de notre collectivité le sait aussi mais chacun, évidemment, a un sentiment brûlant des changements que cela va imposer ou des difficultés nouvelles que nous allons rencontrer.

Ces défis-là, nous allons les surmonter. Nous avons l'intention de faire ce qui est nécessaire pour que la ville se porte mieux malgré les contraintes. Nous n'allons pas renoncer aux objectifs qui étaient les nôtres, nous allons les assumer et, pour ma part, j'ai bon espoir que nous y arrivions. Oh, cela ne va pas se faire sans difficultés, tout le monde le sait, mais les difficultés sont faites pour être surmontées et nous savons, nous, à quel point la bonne gestion, l'imagination, la créativité, l'inventivité sont un des moyens de ne pas être prisonnier de ces contraintes qui sont pourtant extrêmement lourdes.

Voilà la déclaration d'optimisme que je voulais faire à l'ouverture de ce Conseil municipal et je vous renouvelle mes vœux de bonne année et de bon travail pour cette année civique 2014-2015.

Merci à tous

François Bayrou - 30 /09/2014 - Pau »


François Bayrou, invité de Preuves par 3 sur... par mouvementdemocrate

14/11/2014

Quand démocratie rime avec autocratie (Tribune du groupe 'Saint-Mandé, demain' - Bulletin Municipal de Novembre/Décembre 2014)

saint-mandé,conseil municipal,démocratie,autocratieLes commissions destinées à préparer le conseil municipal, constituées d’élus de la majorité et de l’opposition, doivent favoriser les échanges dans la recherche de l’intérêt général.  

Le règlement intérieur fixe d’ailleurs leur rôle : « Elles examinent les affaires qui leur sont soumises, émettent de simples avis ou formulent des propositions » avant de statuer à la majorité des membres présents.

La réalité est bien différente à Saint-Mandé !

Les dossiers « bouclés » en amont sont présentés aux élus, discutés, et surtout adoptés en l’état, sans que la moindre virgule ne soit déplacée.

Bien que permanentes, les commissions sont parfois annulées : « pas de commission » sera la simple information fournie aux conseillers.  Ainsi entre juin et décembre, les élus n’auront pas eu à débattre du développement économique de la ville ! Aveu flagrant de l’absence de vision sur ce sujet ou simple laxisme ? Nous discuterons des animations de fin d’année, lorsqu’elles se mettront en place ...

En commission « Urbanisme et Logement » on n’évoque ni  les permis de construire accordés (pourtant peu nombreux !), ni les grands projets immobiliers, que nous savons en cours d’étude (L’immeuble de la Poste, la crèche et le conservatoire Bérulle, l’école Decroly, …).

En commission « Communication » on oublie d’informer les élus du recrutement d’un Directeur de … la communication. Tout comme en commission « Ressources Humaines » …

La sécurité et la tranquillité publique demeurent des sujets « régaliens ». Pas de commission. Et quand M. Beaudouin se décide à consulter la population, pendant les congés scolaires, il n’associe pas l’opposition à sa démarche. Le sujet était pourtant l’occasion d’une « Union sacrée » entre tous les élus.

M. Beaudouin n’a de toute évidence pas entendu les aspirations des Saint-Mandéens à plus de transparence dans la gestion des affaires : il semble toujours et encore confondre démocratie et … autocratie.

Lucile Robinet et Luc Alonso

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu