Avertir le modérateur

Autour du Conseil Municipal

  • Le pot aux roses

    3F05755D-5AC8-4087-95E3-90C509CA4DB0.jpegIl est de discrets aménagements qui en disent plus que de longs discours.

    Les ambitions affichées d’un jardin David-Néel dédié aux 5 continents lors de son inauguration, avenue Gambetta, il y a un peu plus de 10 ans, ont fait long feu.

    Que sont devenues les cinq fontaines de 25 m2, éclairées par un réseau de fibre optique aux formes des cinq continents que l’on nous vantait à l’époque ? Des parterres de roses …

    Nous avions signalé lors de notre réunion publique du mois d’avril à la salle Jean Paul Goude que le spectacle des fontaines, bouchées et hors d’usage, donnait une bien mauvaise image de ce jardin et de la gestion de notre ville. Visiblement entendus, une discrète transformation des fontaines en parterre de fleurs est venue cacher la gabegie sous le tapis.

    Quand on sait que l’aménagement de ce jardin a coûté 1,6 millions € … 13562F8D-416A-416C-850F-A83CB6F0FA69.jpeg

    Alors quand lors du Conseil Municipal, le maire et son adjoint à la culture nous expliquent que les activités de l’Interval qui ne sont pas strictement équilibrées ne seront plus pratiquées pour des raisons de saine gestion, nous estimons qu’il y a deux poids, deux mesures.

    L’an dernier, un cours de gymnastique était supprimé. Cette année, ce sera le cours de théâtre de l’Interval qui faisait le bonheur d’une dizaine de Saint-Mandéennes. Le nouvel auditorium de l’ACI ne sera pas pour elle ! On ne peut pas faire du « sur-mesure » et plutôt que de les aider à s’épanouir par un petit article dans le bulletin municipal - sans frais supplémentaires donc - le cours est annulé.

    Aux dernières nouvelles, les apprenties gymnastes ont arrêté ou trouvé un cours à Paris ou Vincennes … 

    Rappelons que depuis le 1ier septembre les collectivités locales ne doivent plus communiquer sous forme de bilan.

    Nous nous interrogeons donc sur les visées électoralistes du plan de « transition écologique » de 4 pages poussé par la majorité lors du dernier Conseil et sur lequel la majorité a commencé à communiquer. Il cherche de toute évidence à présenter un bilan de l’action de la Ville. Quitte à s’approprier des actions lancées par la Métropole du Grand Paris (Adoption de la Zone à Faible Émission) que nous avons toutes et tous soutenues. Nous débattrons du manque d’ambition de ce plan avec vous, en d’autres lieux et dans un autre contexte.

    Passons sur ces artifices de communication et concluons ce billet par une anecdote : Lorsque la Ville de Saint-Mandé a été auditionnée en février 2019 par la Ville de Paris dans le cadre de sa réflexion autour du devenir du périphérique, notre ville a été représentée par l’adjointe … à la petite enfance – sic !

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Transformer le périphérique ? Une nécessité absolue !

    83E831C0-CE8E-4F3D-90C9-785BDC1FD7AB.jpegA l’heure de l’Accord de Paris sur le Climat, une réflexion ambitieuse sur le devenir du boulevard périphérique a été menée par la ville de Paris, dans un esprit de consensus, qui a débouché sur un rapport de 277 pages et 40 propositions pour transformer cette autoroute urbaine en boulevard écologique du XXIème siècle.

    Début juillet, notre ville s’en est fait le lointain écho par la voie d’un sondage internet en soumettant aux saint-mandéennes et aux saint-mandéens cinq de ces mesures directement liées au périphérique : création d’une voie réservée aux véhicules collectifs ou non polluants, abaissement à 3 du nombre de voies, mise en œuvre du 50 km/h, interdiction des poids lourds en transit et végétalisation.

    Nous regrettons ce rôle de suiveur, plus que d’acteur. L’heure n’est plus à l’expectative ou au sondage prudent, mais bien à l’action !

    Le périphérique nous pollue depuis des années et la proximité du Bois ne doit plus nous servir d’alibi pour regarder ailleurs.

    Saint-Mandé doit affirmer sa volonté de participer pleinement à la « révolution » des mobilités au sein de la Métropole du Grand Paris, dans un délai qui sera celui des jeux Olympiques de 2024.

    Notre ville est légitime à peser dans cette réflexion de tout son poids : bien sûr du fait de sa frontière avec le périphérique sur plus d’un kilomètre ; du fait aussi de la Porte de Vincennes et de l’axe pénétrant Nation – Vincennes très fréquenté qui traverse son territoire ; et aussi par l’école Paul Bert, l’une des plus grandes écoles du Val-de-Marne, qui fait face au périphérique.

    Saint-Mandé doit associer et consulter ses habitants pour lutter efficacement contre le bruit et les pollutions atmosphériques liées au trafic routier :

    - Quelles mesures peuvent être prises à notre niveau pour empêcher un report vers Saint-Mandé des véhicules dissuadés d’emprunter le périphérique ?

    - Quel avenir pour le Boulevard de la Guyane qui est dans un état déplorable ?

    - Quels sont les niveaux de pollution actuels Porte Dorée, Porte de Saint-Mandé, Porte de Vincennes, Porte de Lagny ?

    La question des « violences routières » au sein de notre ville se pose aussi avec acuité.

    Les statistiques de l’accidentalité à Saint-Mandé mettent en exergue une surreprésentation des accidents impliquant les piétons au regard de la moyenne du Val-de-Marne, et plus spécialement les plus de 60 ans et les moins de 13 ans. Ce qui démontre que notre ville, du fait de sa densité et de son trafic routier, doit trouver des solutions particulières.

    Avec vous, nous les trouverons : Les saint-mandéens devront avoir le dernier mot !

    Luc Alonso / alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias / arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban / gael-turban@hotmail.fr

    Lucile Robinet / lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Du plaisir de partager, encore et toujours (Tribune politique du mois juillet-août du groupe Saint-Mandé demain)

    A la veille des vacances estivales, nous partageons avec vous, comme les années précédentes, nos coups de cœur, en clin d’œil à la situation politique locale.

    téléchargement.jpeg

    téléchargement (1).jpeg

    téléchargement (2).jpeg

    téléchargement (3).jpeg

     

     

     

     

     

    Luc : Quel paradoxe ! Les vacances sont là, et pourtant, alors que c’est le moment de lire et de se divertir, la médiathèque sera en service réduit à compter du 20 juillet pour fermer du 6 au 26 août. Tous les étés, notre ville se prive d’un lieu central d’échanges, de calme et de sérénité. C’est regrettable. N’hésitez pas à faire vos emprunts en amont, les délais de retour sont malgré tout allongés. Quant à moi, je me plongerai dans la lecture de Me voici de Jonathan Safran Foer. Un roman fleuve de 740 pages pour découvrir, à travers les aventures de son double Jacob, cet auteur américain à succès de 40 ans à peine.

    Lucile : Encore un enfant qui raconte la vie ? Encore un auteur qui se croit malin en donnant des mots plein de candeur ou d'ironie à une petite fille de onze ans ? Non. Avec  sa collectiond'enfants et d'adultes maniacodépressifs, obsessionnels  compulsifs ou bien phobiques, on est un peu dans « Le Petit Nicolas » au  pays des névroses. Mais avec un dosage subtil de fausse naïveté et de réelle compassion, Cypora Petitjean-Cerf nous attache si bien à Tracey, élève de 6e au collège Jean-Lurçat de Saint-Denis, qu'au moment de tourner la dernière page de La Belle Année,  on se dit qu'elle va nous manquer !

    Gaël : Pour ceux qui souhaitent fuir le soleil et la chaleur de cet été qui s’annonce caniculaire, la solution se trouve certainement dans les salles de cinéma ou … de théâtre ! Sortant du classique théâtre de boulevard, Les Faux British, pièce qui peut se targuer d’un Molière grandement mérité, vous plonge dans l’Angleterre du 19e siècle. Une troupe un peu trop amatrice qui souhaite mettre en scène un thriller, un manoir bringuebalant, une pointe de flegme britannique et beaucoup de loufoquerie : la recette d’une pièce sans temps mort et hilarante. Le mieux, c’est de découvrir cela par vous-même !

    Arielle : Sous cette chaleur accablante, les vacances d’été arrivent à pic. Pour vous accompagner, je vous conseille L’ode à la fatigue, un essai à a fois original et jouissif du philosophe Eric Fiat. Faire l’éloge de la fatigue paraît une démarche à contre temps. Et pourtant, M.Fiat nous rappelle que la bonne fatigue, contrairement à la paresse, est un sentiment digne auquel il faut s’abandonner. Symbole que nos forces ont été correctement utilisées, la fatigue est le repos du juste. Pour l’illustrer, il jongle entre des références littéraires, poétiques et philosophiques, pour le plaisir des lecteurs.

    Sur ces mots, nous vous souhaitons un bel et reposant été.

    Luc Alonso / alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias / arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban / gael-turban@hotmail.fr

    Lucile Robinet / lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Non-assistance à commerces en danger (Tribune politique du mois de juin du groupe Saint-Mandé demain)

    D123A1B9-D6F6-40A0-A3D5-49C9B9FDAC6C.jpeg

    Nous avons appris, par un panneau apposé sur sa porte, que le restaurant « le Riad », rue du Lac, fermait définitivement ses portes pour être transformé en un appartement de 68 m2.

    Quand la majorité municipale comprendra t'elle qu’elle fait le jeu de la spéculation immobilière et qu'elle participe activement à la crise du commerce de proximité ?

    La supérette à l’angle de la rue Jeanne d’Arc et de l’avenue Herbillon a baissé le rideau et c’est une petite crèche qui la remplacera ... Le commerce à côté de l’Epicurien, avenue du Général de Gaulle, a également laissé la place à une crèche … Il ne faudrait pas que cela devienne une habitude même si nous avons besoin de compléter l’offre de place en crèches.

    Le commerce de notre ville est en crise et même en danger

    Au sud de la ville on ne compte plus les commerces en déshérence …

    Au centre on a le tournis face à la valse des commerces …

    Au nord on regrettera que le potentiel ne soit pas mieux exploité …

    Nous avions émis plusieurs propositions au mois d’octobre par le biais d’une tribune intitulée "Nos commerces souffrent et la majorité regarde ailleurs". De toute évidence, en pure perte !

    Dans le cas du restaurant « Le Riad », il fallait refuser le changement de destination et négocier la continuité d’une activité. Eventuellement activer le droit de préemption  …

    Ce dernier a été voté en 2010, il y a près de 10 ans, mais n’a jamais été activé ! Une performance !

    Quand nous nous en sommes émus, le Maire nous a répondu qu’il essayait « ne pas utiliser, par la négociation » les 150 000€ que nous avions réussis à faire budgéter, de haute lutte, en 2017.

    Déjà en 2017, M. Beaudouin nous avait répondu « le commerce, ce n’est pas à nous de le tenir, ce n’est pas à nous de nous engager dans cette démarche »

    Avec la mise en place du commerce éphémère, nous espérions assister à un changement de cap. Il n’en est rien. Les commerces continuent à disparaitre.

    A chaque fois, le commerce de proximité est affaibli et menacé et c’est toujours un peu d’âme de la ville qui s’évapore. Le prochain sur la liste ?

    Attention, commerces en danger !  

    Des solutions existent : Les Saint-Mandéens devront avoir le dernier mot !

    Luc Alonso / alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias / arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban / gael-turban@hotmail.fr

    Lucile Robinet / lucilerobinet@gmail.com

     

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Disparition d'un commerce local : coup de gueule !

    22930025-3C58-4AFD-B763-AD707F1A6AC2.jpegJ'ai été choqué de découvrir qu'un nouveau commerce de Saint-Mandé avait définitivement fermé ses portes pour être transformé en ... appartement.

    Il s'agit du restaurant Le Riad, rue du lac, sur lequel dans le renfoncement de la porte a été posée l'affiche dont vous trouverez ci-joint la photo. C'était auparavant une pizzeria.

    Quand la majorité municipale comprendra t'elle qu'en validant ce type d'opération elle fait le jeu de la spéculation immobilière et qu'elle participe à la crise du commerce local ?

    A chaque fois qu'un commerce disparaît c'est le commerce le plus proche qui est affaibli et un peu de l'âme de Saint-Mandé  qui s'évapore ... 

    Avec mes collègues du groupe "Saint-Mandé demain" nous avions émis plusieurs propositions dans le journal municipal dans une tribune intitulée "Nos commerces souffrent et la majorité regarde ailleurs". En pure perte de toute évidence ...

    Dans ce cas précis il fallait évidemment activer le droit de préemption, qui a pourtant été voté par le Conseil Municipal en 2010. Il y a 10 ans ! Sans jamais avoir été activé une seule fois ! 

    Aujourd'hui je le dis le commerce saint-mandéen est menacé dans sa survie et la majorité municipale est en échec total sur le soutien qu'elle devrait lui apporter.

    Des solutions existent pourtant ! Et je les porterai avec détermination lors des prochaines élections municipales !

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Comment est utilisé votre argent ? (Tribune politique du mois de mai du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,budget,tarifs,taxes,luc alonso,patrick beaudouinLe Budget 2019 vient d’être adopté et c’est le dernier budget de la mandature 2014-2020.

    La majorité l’a encensé au travers du « Saint-Mandé infos » du mois d’avril. Donnant au journal de faux airs de tract de campagne et se livrant à un exercice d’autosatisfaction rarement égalé.

    Faut-il rappeler qu’un budget ne doit pas s’apprécier au coup par coup ? Les exercices budgétaires se succèdent et sont liés : ne pas les mettre en perspective, c’est sous-estimer l’intelligence des Saint-Mandéens.

    Rappelons quelques données factuelles pour que chacun puisse apprécier la politique budgétaire menée par la municipalité depuis 2014.

    Entre la baisse de la dotation de l’Etat et la hausse des prélèvements sur les recettes de la Ville, le manque à gagner pour Saint-Mandé aura été de 10,7 millions d’euros en 5 ans.

    Estimons le coût du rachat des emprunts toxiques en 2016 à 2 millions d’euros ; La majorité n’ayant jamais fait preuve de transparence en la matière.

    Le périmètre d’action de la Ville demeurant stable, elle a compensé ces pertes de recettes par :

    • Une hausse record de la taxe d’habitation de 5,5 % en 2015, soit plus d’un million d’euros par an
    • Des hausses régulières des tarifs des services publics municipaux : aux alentours de 9 % en cumulé
    • Une hausse des recettes des frais de restauration scolaire de 20 % à compter de 2016
    • Une hausse des frais de stationnement de 48 % en 2018

    En parallèle, elle aura cependant trouvé le moyen de se constituer des réserves, à hauteur de 15 millions d’euros ... De manière à financer la construction du bâtiment « Association Culture Innovation » sur le terrain IGN !

    Intérêt ? Emplacement ? Fonctionnement ?

    L’emplacement n’est pas idéal, pour les enfants comme pour les seniors qui devront allonger le pas le long du bois …

    En vitesse de croisière, le bâtiment coûterait 420 000 € par an, hors frais de personnel. Une entreprise de « facility management » assurerait la gestion, en régie, avec un budget spécifique pour l'accueil, la maintenance, l'entretien, la commercialisation de l'auditorium ...

    Un directeur général culture serait recruté pour chapeauter l’ACI, le conservatoire, les musiques actuelles et la médiathèque ….

    Loin de propulser Saint-Mandé vers l’avenir, ce projet constitue une impasse politique et économique dans l’aménagement de notre ville. Les Saint-Mandéens devront avoir le dernier mot !

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com
    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr
    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr
    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Saint-Mandé sous les particules fines

    mgp_zfe_site_dedie_carte_04_72.jpgJe partage ici un article de BFMTV.com "Particules fines : quelles sont les 10 villes de France dont l'air est le plus pollué". Malheureusement Saint-Mandé occupe la deuxième place de ce triste classement derrière Saint-Denis et devant Paris.

    Les sceptiques seront sceptiques, les autres réfléchiront pour trouver des solutions. 

    Tableau mensuel de la pollution à Saint-Mandé

    En toute franchise, le sujet n'est pas simple. Le Conseil Municipal de Saint-Mandé a récemment adopté, à l'unanimité, son entrée en ZFE (Zone à Faibles Emissions métropolitaine). Zone à l'intérieure de laquelle les véhicules les plus polluants ne pourront plus circuler.

    C'est un pas dans la bonne direction, sous l'impulsion de la Metropole du Grand Paris, et je ne doute pas que l'harmonisation des politiques locales à l'intérieur de la boucle de l'A 86 aura des effets bénéfiques sur la qualité de l'air au global. 

    Il n'en demeure pas moins que le Boulevard périphérique est en lui même un sujet. Et il faut voir Saint-Mandé comme ville symbole de la pollution qui touche les villes riveraines du Boulevard Périphérique.

    Faut-il le recouvrir, en réduire la vitesse dessus à 50 km heures ou encore positionner des feux tricolores ? Le déploiement de véhicules électriques est peut-être aussi LA solution qui règlera le problème le plus rapidement ... 

    Toujours est-il que dans le cadre de ma candidature aux élections municipales, je travaille à proposer des pistes locales pour réduire autant que faire se peut l’impact de ces nuisances.

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Le lien si particulier de Saint-Mandé avec Notre-Dame de Paris

    images.jpgPassé la tristesse d'avoir vu Notre-Dame de Paris en proie aux flammes, qu'immédiatement est apparue l'envie de la reconstruire, sous l'impulsion du Président de la République.

    Rappelons que Saint-Mandé, par l'intermédiaire d'un de ses enfants, a noué un lien particulier avec Notre-Dame de Paris.

    C'est en 1955 que Pierre Cochereau est devenu, et pour trente belles années, titulaire des grandes orgues de la Cathédrale Notre-Dame de Paris.

    Orgues qui sont littéralement l'âme de la Cathédrale.

    Organiste mondialement connu, ce Saint-Mandéen, au fort caractère comme nous allons le voir, aura été un symbole d'ouverture en accueillant les organistes du monde entier "tous les dimanches après-midi pour des auditions d'une heure au cours desquelles tous les styles d'œuvres pour orgue auront droit de cité".

    Il aura également été un symbole de liberté par ses célèbres improvisations.

    Il aura par son art largement contribué à la réputation de Notre-Dame de Paris au XXème siècle.

    Il faut ainsi se souvenir que lorsque les États-Unis avaient envisagés d'interdire au Concorde d’atterrir sur le sol américain au prétexte qu'il dépassait le volume sonore réglementaire, Pierre Cochereau n'avait pas hésité à répondre que puisque le Concorde ne pouvait pas atterrir parce qu'il faisait trop de bruit, la tribune de l'orgue de Notre-Dame de Paris allait être interdite aux Américains, l'orgue sonnant plus fort que le Concorde ...

    Saint-Mandé va soutenir l'effort de reconstruction de Notre-Dame de Paris.

    Patrick Beaudouin a sollicité les  conseillers municipaux pour imaginer le montant et la durée de notre don. De nombreuses propositions ont d'ores et déjà été effectuées avant le prochain Conseil Municipal qui fixera définitivement les modalités de cette contribution.

    Saint-Mandé doit bien cela à Pierre Cochereau

    Pour sauver ce trésor national si symbolique et si nécessaire à notre quotidien, que cela soit sur le plan architectural, culturel, littéraire, symbolique ou religieux.

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Dessine-moi Saint-Mandé Nord ! (Tribune politique du mois d’avril du groupe Saint-Mandé demain)

    Tribune politique, Saint-Mandé demain,Luc Alonso Principale entrée de Saint-Mandé, la place Gallieni et le quartier nord de Saint-Mandé présentent de nombreux atouts et un potentiel totalement sous-estimé.

    Les entrées sur le périphérique permettent des déplacements rapides. Et notre station de métro nous relie en peu de temps à Paris ou Vincennes. En 2013, elle enregistrait plus de 6 millions de voyageurs entrants. Probablement plus aujourd’hui. Ce flux de voyageurs qui se rend notamment vers la « nouvelle » zone d’activité de Montreuil (BNP, …) fait vivre un commerce de proximité, qui ne rencontre pas la même crise que le reste de la ville. Ce qui est notable.

    Son marché dominical aux comestibles est réputé. Tout comme son marché aux livres.

    Ce quartier qui va de la Place Gallieni, aux avenues Joffre et Quihou, et leurs rues adjacentes, souffre cependant de nombreuses nuisances : pollutions liées à la qualité de l’air ou au bruit du trafic automobile ; présence de détritus ; panneaux d’affichage omniprésents ; problèmes de tranquillité publique. 

    Nous faisons aussi le constat navrant que la portion d'avenue située entre la station-service et la sortie de métro n’ait pas vu son aménagement évoluer depuis des décennies rendant ce lieu de Saint-Mandé gris et inhospitalier …

    Si ce n’est la création du jardin « Paix et fraternité » en hommage aux victimes de l’attentat de l’Hyper Cacher.

    En 2018, une Saint-Mandéenne a écrit plusieurs fois aux élus de Saint-Mandé afin d’attirer notre attention sur le fait que le quartier de la Place Gallieni devenait "la ZONE abandonnée" de Saint-Mandé. Nous partageons son constat. Elle faisait des propositions d’aménagement. Restées sans suite …

    L’aménagement de l’entrée d’une ville est pourtant essentiel et c’est un point sur lequel nous nous mobiliserons fortement au cours des mois à venir pour le rendre plus vivant et canaliser les pollutions et nuisances.

    D’autant que la Porte de Vincennes sera bientôt réaménagée. Nous avions notamment proposé l’installation d’un commissariat de police nationale en cet endroit stratégique. Rejetée par le préfet de police de Paris, cette idée pourrait bien refaire surface dans quelques mois …

    Si cette problématique vous intéresse, rejoignez nos ateliers participatifs : nous vous donnons rendez-vous le 17 juin à 19h, salle Jean Bertaud, pour poursuivre ce débat avec vous sur ce quartier que nous avons habité ou que nous habitons.

     

    Parce que Saint-Mandé demain, ça commence aujourd’hui et avec vous.

     

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com
    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr
    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr
    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Municipales 2020 Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu