Avertir le modérateur

Autour du Conseil Municipal

  • Lettre ouverte à Patrick Beaudouin : Nos propositions pour promouvoir la formation BAFA auprès des jeunes

    1C268CB6-64F9-4F7B-9C17-D8B9C1651710.jpegMonsieur le Maire,

    Lors du Conseil municipal du 13 décembre 2017, la majorité municipale a, sans surprise, adopté le retour du rythme scolaire à la semaine de 4 jours.

    Plus surprenant était le courrier adressé aux familles Saint Mandéennes quelques jours plus tôt dans lequel, tout en indiquant votre volonté de « tout mettre en œuvre afin de permettre un accueil à la demi-journée  » le mercredi, vous « invitiez » les parents « qui en ont la possibilité à prévoir un autre mode de garde individuelle pour le mercredi matin ».

    Autrement dit, Saint-Mandé reviendra à la semaine des quatre jours lors de la prochaine rentrée scolaire, mais ne serait pas sûre de pouvoir assurer un accueil des loisirs le mercredi à la demi-journée.  

    Pour justifier de cette situation vous évoquiez dans votre courrier des difficultés de recrutement d’agents d’animation "dans toute l'Ile-de-France".

    Comme je m’en étonnais, vous nous avez alors indiqué : " C'est que le monde change et que la jeunesse ne s'engage plus dans le BAFA, dans les diplômes d'animateur ...

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Naissance du blog "La relève de Saint-Mandé"

    saint-mandé,blog,la relève de saint-mandé

    C'est probablement son esprit d'ouverture qui le caractérise le mieux, et qui m'a plu au premier abord. 

    La première fois où j'ai rencontré Jean-Patrick Benigni, c'était sur la place du marché. Il tractait pour Claire Pallière, quand je tractais pour Jean Eroukhmanoff. Il m'a expliqué qu'il était centriste et nous avions convenu d'échanger après les municipales. Nous avons discuté ... une fois ... deux fois ... et de fil en aiguille nous avons sympathisé.

    Elu au Conseil Municipal, je souhaitais passer la main au niveau de la présidence du MoDem de Saint-Mandé. Jean Patrick était candidat à la succession. Les adhérents l'ont élu. Et notre amitié à perduré au delà de ma démission du MoDem. Pas une semaine ne passe sans que nous n'échangions.

    J'ai donc le plus grand plaisir à vous informer qu'aujourd'hui, Jean Patrick ouvre une nouvelle page des blogs saint-mandéens en lançant le blog "La relève de Saint-Mandé"

    Fidèle à lui même, à son esprit d'ouverture et à la place publique où il aime échanger ...

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, La revue des blogs Imprimer
  • Indépendants et fiers de l'être ! (Tribune du mois de février du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,conseil municipal,indépendance,groupe centriste,luc alonsoAu qualificatif d’élus d’opposition nous préférons, et de loin, celui d’élus indépendants. C’est ainsi que nous aimons nous présenter à vous. 

    La vie d’un élu indépendant n’est pas toujours facile. Tant que nous votons « pour » tout va bien. Et c’est le cas sur de nombreux sujets. Mais dès que nous suggérons, questionnons, critiquons, nécessairement les choses se corsent ! Nous serions le poil à gratter …

    Pour autant, cette vie est gratifiante lorsque des Saint-Mandéennes ou des Saint-Mandéens nous remercient de notre investissement, du temps que nous passons à écrire nos tribunes, et à défendre nos idées en Conseil. Vos retours et vos sourires sont précieux. Ils nous donnent force et motivation.

    Ainsi lorsque nous avons écrit la tribune « Rythmes scolaires : un fiasco participatif ! » consacrée au retour à la semaine des 4 jours dans les écoles, vos retours ont été particulièrement favorables. Vous avez apprécié le fait que nous exprimions nos positions personnelles, que nous vous tenions informés des résultats de la consultation effectuée auprès des familles, nous remerciant surtout de nous faire l’écho du besoin de souplesse exprimé par les parents pour la journée du mercredi.

    Cette tribune nous l’avons nourrie de nos propres réflexions, des articles de presse, des retours des parents d’élèves.

    Elle nous a aussi valu en Conseil municipal des reproches de la part de l’adjointe en charge du dossier. Nous expliquant que le Code de l’Education Nationale l’empêchait de changer l’ordre du jour du Conseil des Ecoles pour répondre à la demande des parents et nous reprochant, crime de lèse-majesté, de n’avoir pas siégé à la commission où elle nous aurait expliqué sa position. Nous avons pris acte de ses explications. De la même manière, la Mairie a réparé le soir même du Conseil son oubli d’information auprès de l’ensemble des conseillers municipaux du courrier adressé aux familles dix jours plus tôt.

    Passons sur le fait que le planning des commissions ne cesse de bouger et que les membres de notre groupe ont des obligations professionnelles et familiales en parallèle ... Soulignons l’ironie qui veut que quelques élus de la majorité  « sèchent » régulièrement les commissions mais votent en Conseil sans jamais demander la moindre précision. Est-ce finalement si normal ?

    Et rappelons simplement que si un espace est « réservé » aux tribunes de libre expression dans le journal municipal, c’est que, tout simplement, tout ce qui est dit dans le journal l’est dit « sous réserve » des opinions des élus ne faisant pas partie de la majorité. Et c’est, doit on le rappeler, ce que le Tribunal Administratif de Melun a confirmé à notre demande fin 2015.

    Nous avons notre indépendance chevillée au corps et nous entendons bien continuer de la faire valoir !

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr 

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • 2018, entre optimisme et vigilance

    BE014880-0BC2-49B6-AE80-4F9A7D4BB720.jpegA l'heure où je vous présente mes meilleurs voeux pour l'année 2018, les enjeux de cette nouvelle année se dessinent, et je veux partager avec vous mes raisons d'être optimiste, mais aussi pourquoi notre vigilance citoyenne ne devra pas faiblir.

    Je ne peux m’empêcher tout d'abord de relever la symbolique des dates. En 1968, le département de la Seine était supprimé et les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne créés. En 2018, 50 ans plus tard, nous assistons à un mouvement inverse, qui semble inéluctable et puissant de "Métropolisation".

    Si la politique de décentralisation a bien sûr démontré des aspects très positifs au niveau de l'appropriation territoriale, comment ignorer cependant le creusement des inégalités entre nos territoires ; comment ignorer le dynamisme économique des grandes Métropoles européennes et mondiales ; comment ignorer ce mille-feuilles territorial où les responsabilités sont éparpillées, parfois cadenassées par les partis politiques.

    L'esprit de responsabilité et de progrès doit désormais animer les élus, nationaux et locaux, qui ont le devoir de s'impliquer dans ces grandes évolutions. A nous de vivifier et de défendre, s'il le faut, l'échelon communal et de nous assurer, si les départements venaient à être supprimés, de la pérennité des services départementaux à Saint-Mandé (crèches de la rue de Bérulle, collèges publics Offenbach et Decroly, routes départementales, ...). Car il n'est naturellement pas question que la disparition d'un échelon entraîne dans son sillage des régressions de services.

    A Saint-Mandé, ce sera un point de vigilance essentiel.

    Comme les années passées, notre groupe sera par ailleurs vigilant quant aux décisions et orientations de la ville. Nous essayerons tant bien que mal de les influencer ou de les pondérer si nous ne les partageons pas. Nous les soutiendrons si elles en valent la peine.

    Mais bien au delà de cet engagement dans la vie démocratique locale, il y a les maux inquiétants qui rongent la Société toute entière et qui surpassent ces contingences locales.

    J'ai comme vous été terriblement choqués par ces policiers sauvagement agressés à Champigny-sur-Marne,  ces actes antisémites à Créteil et à Saint-Maur durant les commémorations ... Notre société semble rongée par des maux bien terribles. Ces évènements ont tous eu lieu a quelques kilomètres de chez nous ... Ils m'interpellent par leur violence et j'espère que le Président de la République et le Gouvernement vont trouver des solutions et surtout consacrer des moyens, notamment au niveau de la Police Nationale. 

    En abordant cette année 2018, telles sont mes réflexions.

    Avec un leitmotiv : optimisme et vigilance !

    Je vous souhaite une belle et bonne année 2018, sous le signe de notre devise républicaine.

    Luc Alonso - 7 janvier 2018

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • 2018 ! Sous le signe de l’égalité ? (Tribune du mois de janvier du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,luc alonso,ravalementA Saint-Mandé, rien n’est moins sûr !

    Nous rédigeons cette tribune alors que les fêtes de fin d’année battent leur plein, et que 2018 s’apprête à prendre le relais d’une année marquée par des événements politiques majeurs, en France et dans le monde.

    Période de fêtes qui, plus que toute autre encore, est un moment privilégié de partage et d’ouverture aux autres. Période qui est aussi désormais un moment où nous remémorons la force de notre devise républicaine « liberté, égalité, fraternité ».

    Cette devise qui devrait sous-tendre chacune des actions de la vie publique.

    Aussi, lors du dernier conseil municipal, qui s’est tenu à la mi-décembre,  notre groupe a exprimé sa désapprobation au regard du dispositif d’aide municipale au ravalement des façades d’immeubles constatant en effet que le principe d’égalité était mis à mal.

    Non pas que nous soyons opposés au principe d’une telle aide municipale, mais celle-ci est réservée aux propriétaires des immeubles situés dans des périmètres précis de la ville : le creux de Gaulle, l’avenue Alphand, la place Charles Digeon, l’avenue Victor Hugo, …  Excluant de facto tous les autres propriétaires saint-mandéens.

    Et l’on apprend même qu’ « un potentiel de 18 façades d’immeubles à ravaler a été identifié, dont 15 immeubles concernés par des travaux d’intérêt architectural »

    Pire ! Cette aide ne sera soumise à aucune condition de ressources. Et elle pourra  tout de même s’élever à 20% maximum du montant des travaux hors taxes, dans la limite de 20 000€ de subvention par propriété.

    Quand, en commission municipale, nous nous sommes étonnés d’un tel dispositif et que nous avons souligné qu’il ne plaçait pas les Saint-Mandéens sur un même rang d’égalité, il nous a été répondu que le but était d’inciter « au ravalement des façades dans l’objectif d’améliorer et de mettre en valeur le patrimoine immobilier saint-mandéen »

    Si une telle aide doit être mise en place, chaque propriétaire qui paye ses impôts locaux devrait pouvoir en bénéficier, sous condition de ressources.

    Le critère de sélection du « patrimoine immobilier » est clairement subjectif et orienté. Et si l’on cessait de privilégier certains Saint-Mandéens pour rechercher l’intérêt général ?  

    A notre sens ce dispositif constitue une rupture d’égalité devant le service public susceptible d’être cassé par le Tribunal Administratif.

    En 2018 comme en 2017 vous pourrez compter sur notre engagement citoyen au service de tous.

    Belle et heureuse année 2018 !

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr 

    Lien permanent 6 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Rythmes scolaires : Un fiasco participatif ! (Tribune du mois de décembre du groupe Saint-Mandé demain)

    1486168E-97A0-46B3-B37C-CBD8F5FF5F76.jpegLa municipalité a organisé une consultation auprès des familles saint-mandéennes au sujet des rythmes scolaires.

    Question fermée présentant 1 seul choix : 4 jours ou 4 jours et demi avec le mercredi.

    A l’image des familles saint-mandéennes, nos avis sont partagés. Au sein de notre groupe, nous sommes deux à avoir des enfants scolarisés.

    Lucile plaide la semaine de 4 jours et demi avec le samedi matin travaillé, permettant d’aller chercher son enfant au moins une fois par semaine à l’école et de participer à sa vie scolaire, tout en lui octroyant une pause en milieu de semaine et en lui évitant le rituel des courses … Luc est pour une semaine de 4 jours, mais avec des horaires aménagés différemment. Nous assumons nos choix.

    Mais tous les trois nous sommes d’accord pour dire que les parents d’élèves doivent être mieux écoutés par la Mairie. Au-delà de la question de fond, il y a la question de la forme : et sur ce point nous attribuons un 0 pointé  à la majorité!

    Elle qui a toujours été ouvertement critique quant à la semaine des 4 jours et demi, et qui n’a jamais caché son intention de revenir à la semaine des 4 jours, a cru bon d’organiser une consultation auprès des familles, persuadée qu’elle allait ainsi pouvoir légitimer ses choix.

    Un vote électronique a été organisé. Chaque famille ne devait voter qu’une fois, quel que soit le nombre d’enfants scolarisés, mais cette règle a été biaisée car les familles ont pu voter plusieurs fois en changeant d’adresse IP. Cela démontre un amateurisme affligeant, alors que ce type d’enquête par des prestataires est possible pour des sommes raisonnables en attribuant un numéro unique à chaque famille.

    Au-delà de ce souci, relaté par le Parisien le 7 novembre dernier, le résultat obtenu n’a pas été celui escompté par la majorité : sur les 1231 familles saint-mandéennes, 775 ont répondu à la consultation : 49,37% pour la semaine des 4 jours et demi et 50,63% pour la semaine des 4 jours. Autant dire 50/50. Naturellement les élus d’opposition n’ont pas été informés de ce résultat.

    La majorité a ensuite souhaité consulter les parents d’élèves via les conseils d’écoles pour trancher la question. Une demande de report de vote, permettant d’étudier des pistes alternatives, leur a été purement et simplement refusé.

    Il n’est pas question pour nous de nous approprier leurs arguments mais simplement de souligner qu’ils sont légitimes à exprimer des idées et qu’ils auraient dû être écoutés.

    Nous avons entendu que les animateurs, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles et les enseignants semblaient favorables aux 4 jours. Mais il est indéniable que si les conseils des écoles ont finalement adopté la semaine de 4 jours, cela s’est fait sans le soutien des parents d’élèves.

    Nous l’affirmons cette réforme ne pourra pas se faire sans eux ! Ni sans le souci du bien être des enfants.

    Un retour à la table des négociations est souhaitable et même nécessaire !

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr 

     

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Comment consulter sans consulter ! (Réaménagement du Haut de Gaulle)

    La semaine dernière le projet de réaménagement du haut de l'avenue du Général de Gaulle a fait l'objet de deux réunions de présentation : l'une mardi dernier en Mairie pour les commerçants (10 personnes dans la salle des fêtes). Et l'autre mercredi à l'école Charles Digeon pour les riverains (A peu près 150-200 riverains - ma photo).

    J'ai participé aux deux.

    L'avenue va donc être réaménagée, depuis l'avenue Daumesnil jusqu'à la rue de l'Alouette. Avec un début des travaux programmé pour juin 2018. Une période de travaux d'un an au maximum. Le tout pour un coût global de 2,12M, dont 510 000€ de subventions.

    De nombreuses questions ont été posées au cours de ces réunions dont les réponses ne figurent pas dans le document powerpoint présenté : réaménagement,avenue de gaulle,consultation,luc alonsosur la largeur des voies, le positionnement des pistes cyclables, l'éclairage public qui ne donne pas satisfaction, les arbres, les places de livraison, les parkings à vélos, la largeur des trottoirs, les espaces devant les commerces pour faire des animations commerciales, le mobilier urbain, les arrêts de bus, la circulation durant les travaux, les aménagements pour freiner la vitesse ...

    Mais il n'y aura pas de compte rendu de ces échanges.

    Pour mémoire ce projet a été présenté en Commission municipale, puis au Conseil Municipal du 30 janvier 2017. Mais depuis le projet a sensiblement évolué sans que l'on en ait rediscuté en Commission. Volonté délibérée d'écarter les élus de la réflexion ?

    A l'époque notre groupe avait souligné qu'en période de crise budgétaire il serait plus prudent de décaler d'une année ou deux cette opération. Surtout nous avions demandé une consultation citoyenne identique à celle qui avait été organisée pour le creux du général de Gaulle.

    Et le maire s'y était engagé évoquant un vote par internet et par urnes.

    La mairie a finalement préféré procéder à ses arbitrages, et présenter son projet en se cachant derrière ces deux réunions d'information et une page internet pour dire qu'elle a consulté les citoyens.

    Vous trouverez donc sur le site éphémère de la Mairie, un powerpoint de 57 pages qui a été présenté aux deux réunions publiques, avec une adresse mail si vous avez des observations à faire valoir : lien vers la page de la mairie

    Pour autant vous êtes prévenus : "la Mairie ne pourra répondre à chaque question mais veillera à ce qu'elles soient intégrées à la réflexion"

    Ou comment consulter, sans consulter ! 

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Passations de pouvoir (Par L Alonso et JP Benigni)

    saint mandé,passations de pouvoir,changement de maire,laurent lafon,charlotte libert-albanelFraîchement élu sénateur, Laurent Lafon (UDI) a transmis, dimanche dernier, l'écharpe de Maire de Vincennes à son adjointe aux Finances, Charlotte Libert-Albanel (UDI).

    Nous nous réjouissons naturellement de son élection et savons qu’il sera un sénateur à l’écoute des citoyens et disponible pour le Val de Marne, apportant sa mesure et son humanisme dans la gestion des dossiers.

    Et bonne chance à Madame Libert-Albanel ! Il est satisfaisant de voir une quadra, brillante et posée, présider désormais à la destinée de la ville de Vincennes.

    Nous observons cependant un mouvement politique global qui nous interpelle, un dommage collatéral de la mise en place du non cumul des mandats, et qui ne semble pas aller dans le sens d’une démocratie locale saine.

    Car enfin, Christian Cambon (LR), dont l’élection aux mêmes sénatoriales n’a jamais fait aucun doute, a également passé la main à l’un de ses adjoints à Saint-Maurice ; tout comme Luc Carvounas (PS) à Alfortville en septembre quand il a été élu député.

    Bien sûr l’ensemble de ces élus vous diront qu’ils n’avaient pas le choix et qu’ils devaient se mettre en conformité avec la loi sur le non cumul des mandats. Et ils auront raison.

    On a vu aussi, et c’est bien plus contestable, des maires qui ont passé la main sans être obligés par un quelconque texte.

    Ainsi en mai 2016, à Fontenay-sous-Bois, Jean François Voguet (PCF) transmet l’écharpe a pompon à Jean-Philippe Gautrais (FdG), arrêtant pour « raisons personnelles ». Le même mois Jean-Marie Brétillon (LR) cède sa place a son adjoint aux finances Hervé Gicquel. Tous les deux donc à peine deux ans après avoir été élus. Ce type de petit calcul n'est clairement pas acceptable. 

    L’élection d’un Maire doit avant tout être le choix des citoyens, dans le secret des urnes, et la charge de Maire ne saurait devenir une propriété que l’on se transmet, au sein des familles politiques, comme sous l'ancien Régime.

    On n’ose imaginer une passation de pouvoir anticipée dans notre bonne ville de Saint-Mandé entre un Maire mal élu, poussé par son parti à transmettre le flambeau et un jeune impatient, en déficit de notoriété.

    Dans ce cas, cela s’appellerait un déni de démocratie !

    Luc Alonso - Jean Patrick Benigni

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • La privatisation de l’accueil des moins de 3 ans : une question d’équilibre ! (Tribune du mois de novembre du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,maison du bois,crèche,privatisation,luc alonsoA Saint-Mandé, la politique de protection de la petite enfance repose traditionnellement et, depuis fort longtemps, sur une offre diversifiée, publique et privée :

    - Les crèches départementales de la rue de Bérulle (90 berceaux) gérées par le Département. Menacées un temps d'une délocalisation vers l'IGN, au profit d'un projet immobilier, elles attendent désespérément d'être rénovées.

    Nous exigeons du Département et du Maire qu’ils prennent l’engagement de les réhabiliter au plus vite pour le meilleur accueil des enfants. 

    - Les crèches municipales de la Tourelle, de la Maison du bois et des « ptits Wollémis » (198 berceaux), offraient jusqu'alors la majorité de l'offre. Avec le projet de délégation présenté cela ne serait plus le cas demain.

    - Le recours aux assistantes maternelles existe mais a du mal à se développer dans une ville où le foncier est très cher.

    - La crèche parentale associative « les Petits Castors » première petite entité à voir le jour, remarquable par son mode de fonctionnement, aura ouvert la voie à une offre diversifiée, dont 5 micro-crèches.

    - En 2015, une crèche privée "les petites canailles" est installée rue Poirier (60 berceaux). Le « business » des crèches bat son plein depuis que l’Etat a autorisé le versement de subventions de la CAF à ces structures privées.

    M Beaudouin déclare alors en Conseil : « Pour la crèche rue Poirier sur laquelle nous avons travaillé avec Les Petites Canailles, c’est une extension de leur intervention au profit de la ville. Vous savez que nous avons beaucoup aidé Les Petites Canailles qui nous ont beaucoup aidés. Nous continuons avec eux, c’est un excellent partenaire. ». 

    Aujourd’hui la majorité rompt avec cette tradition de diversité et veut procéder à une délégation de service public, sous forme d’affermage, de l'une des principales structures municipales : la crèche et la halte garderie de la Maison du bois (68 berceaux et 30 berceaux en halte garderie). 

    Nous nous y opposons fermement ce mode d'externalisation vers le privé étant le plus fort qui existe. Le délégataire reçoit directement les recettes du service et assure le risque de la fréquentation. Mais la collectivité lui verse une subvention fixe si le service est déficitaire, soit 3,9 millions d’euros en 5 ans. 

    Malgré le courrier adressé aux familles qui rassure sur l’absence d’incidence sur les conditions d'accueil, les tarifs et le sort du personnel, il demeure une logique économique selon laquelle le délégataire voudra générer du bénéfice. Il intégrera cette structure dans son réseau afin de mutualiser les périodes creuses et ainsi être le moins pénalisé par la CAF. Tandis que les crèches municipales perdront en masse critique et ne pourront plus se mutualiser. A moins de se tourner … vers cette structure privée. 

    La perte d’équilibre entraîne des vertiges violents et dangereux.

     

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu