Avertir le modérateur

Culture, histoire et développement durable - Page 5

  • Germaine Tillion : Contre l'obscurantisme et l'oppression ... La science et l'humanisme au service des hommes (par Francis Pont)

    germaine tillionCe texte m'a été adressé par Francis Pont, démocrate de Vincennes, qui tient un blog où il livre ses réflexions : http://francisjulienpont.over-blog.com/.

    Il faut toujours revenir à l"oeuvre et c'est ce que fait ici Francis par quelques citations. Loin de toute récupération politique. J'espère d'ailleurs que la Panthéonisation de Germaine Tillion sera l'occasion de conférences-débats sur Saint-Mandé où nous pourrons réfléchir au sens de son Oeuvre et de son engagement. 

    "Elle écrivait dans " Le diable est-il libéral ? " ... " L'humanité se compose de deux minuscules minorités : celle des brutes féroces, des traîtres, des sadiques systématiques d'une part, et de l'autre celle des hommes de grand courage et de grand désintéressement qui mettent leur pouvoir, s'ils en ont, au service du bien ..."

    Germaine Tillion a été toute sa vie, naturellement, de cette seconde minorité, encore plus rare !... Mais elle ajoutait aussi " ... Entre les deux extrêmes, l'immense majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires, inoffensifs en temps de paix et de prospérité, se révélant dangereux à la moindre crise ...".

    Dans la période troublée que nous traversons à nouveau aujourd'hui, cette dernière phrase ne peut que nous interpeller !

    Ethnologue brillante au service des populations déshéritées et opprimées, notamment celles du Sud algérien où elle aura maintes fois séjourné en aidant les plus faibles, luttant également pour la défense des femmes dans les sociétés méditerranéennes du Moyen-Orient, femme de Lettres engagée dès la première heure dans la Résistance, dénonçant à la fois les camps nazis - " l'incarnation du mal " - mais aussi soviétiques, déportée au camp de Ravensbrück, où son abnégation et son courage lui permettront d'écrire en captivité et de témoigner sur les conditions extrêmes de l'univers concentrationnaire à travers l'inimaginable opérette "Le Verfügbar aux enfers", Germaine Tillion dira, dans son livre " Ravensbrück 1944 " : " ... Si j'ai survécu, je le dois d'abord et à coup sûr au hasard, ensuite à la colère, à la volonté de dévoiler ces crimes et, enfin, à une coalition de l'amitié, car j'avais perdu le désir viscéral de vivre ... ".

    Durant toute son existence, elle n'aura cessé d'être " l'avocat " s'opposant au terrorisme, aux exécutions et à la torture où qu'elles s'exercent, et à la misère ... pas " avocat " disait-elle, " l'avocat défend une personne, l'ethnologue ne défend pas un seul homme mais une population " ... et elle ajoutait : " L'asservissement ne dégrade pas seulement l'être qui en est victime, mais celui qui en bénéficie "  - Le Harem et les cousins -

    C'est à Saint-Mandé, jusqu'au 18 avril 2008, tout à côté de nous qui pour beaucoup l'ignorions, que Germaine Tillion a connu la tranquillité d'une fin de vie entièrement passée à chercher à comprendre, aider et soulager les autres.

    Aujourd'hui, ce sont les portes du Panthéon qui s'ouvrent à elle ...

    Francis PONT - Vincennes - 21 février 2014"

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable, La revue des blogs Imprimer
  • 2014, année du renouveau pour Saint-Mandé

    téléchargement.jpg






     

    Le 23 Mars, votons pour Jean Eroukhmanoff, le candidat de la droite républicaine, du centre et des citoyens investis pour Saint-Mandé.

    Voilà, l'année 2013 est derrière nous et pour Saint-Mandé, elle restera dans les annales comme une année riche en coups de théâtre et en rebondissements politiques.

    Au cours de cette année, les masques sont tombés, les portes ont claqué et les langues se sont (enfin) déliées.

    Dans ce contexte, l'entrée en campagne à la mi novembre de Jean Eroukhmanoff aura été un événement particulièrement important pour notre Mouvement, qui ne s'était jusqu'alors jamais engagé derrière un candidat aux municipales à Saint-Mandé. Notre ralliement à cet homme, qui a toujours été libre et indépendant dans ses positions et ses jugements, aura été au final naturel (Pourquoi nous centristes rallions Jean Eroukhmanoff

    Aujourd'hui nous avons, un pouvoir local qui vacille, qui n'arrive plus à masquer son triste bilan. Un pouvoir qui se "ratatine" sur lui même. Au 1ier janvier 2013, le Maire sortant avait 27 conseillers à ses côtés. 22 un mois plus tard. 21 à la mi-novembre. Combien demain ?

    Il est temps aujourd'hui d'ouvrir une nouvelle voie pour Saint-Mandé.

    En 2014, nous serons au rendez-vous, aux côtés de Jean Eroukhmanoff. Ce sera projets contre projets. Et les citoyens choisiront.

    Comme le dit Robert Rochefort, député européen et vice président du MoDem, nous voulons "un pouvoir politique qui ne nous affaiblisse pas, ne divise pas, ne fasse pas de diversion, qui réforme, bref l'inverse d'aujourd'hui".Et bien, je formule le même voeu pour Saint-Mandé. 

    Alors à toutes et à tous, pour Saint-Mandé comme pour notre beau et vieux Pays, je veux souhaiter pour 2014 des voeux de bonne santé, de renouveau et de prospérité retrouvée !

    Luc Alonso

    Président du Modem de Saint-Mandé

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable, Municipales Imprimer
  • Joyeuses fêtes de fin d'année

    Le Père Noël

    Le temps des fêtes de fin d'année est enfin venu pour le plus grand plaisir des petits ... mais aussi des grands. 

    Et avec lui l'occasion de se retrouver en famille ou entre amis, et de se ressourcer autour des valeurs simples de partage et de convivialité.

    Comme l'an dernier je profite de cette occasion pour vous recommander un film : "les femmes du 6ème étage". 

    Joli succès populaire de l'année 2011, avec plus de 2 millions d’entrées, ce film de Philippe Le Guay revisite avec bonheur l'univers du film "papa, maman la bonne et moi" de Jean Paul Le Chanois, dans lequel Robert Lamoureux se révéla au grand public. Voilà pour le lien avec Saint-Mandé.

    En situant l’action dans les années 60, en démultipliant les bonnes et en filmant la  crise existentielle d’un couple bourgeois (Fabrice Luchini et Sandrine Kiberlain, excellents). En filmant les fêtes sous les toits, en brossant de beaux portrait de femmes exilées (Carmen Maura, magnifique, qui obtient au passage le césar de la meilleur actrice pour un second rôle ; Natalia Verbeke, splendide de beauté). On obtient au final une jolie réussite.

    De quoi passer un bon moment dans l'esprit de Noël.

     

    Joyeuses fêtes de fin d'année !

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Antoine Carette, un Saint-Mandéen, élu Président national des jeunes démocrates (interview)

    Les 7 et 8 septembre s'est tenue l'élection du bureau et du Président national des jeunes démocrates (MoDem). A l'issue de ce scrutin Antoine Carette, qui habite à Saint-Mandé, a été élu président des Jeunes Démocrates. Antoine achève des études d'ingénieur à l'Ecole des Ponts-et-Chaussées. Il est par ailleurs membre du bureau du Mouvement Démocrate de Saint-Mandé.antoine carette,bayrou,modem,président jeunes démocrates

    Tout d'abord, bravo Antoine pour ton élection ! Peux tu nous faire partager les convictions et les valeurs que tu vas défendre à la tête des Jeunes Démocrates ?

    C'est dans deux ans qu'il faudra me féliciter... enfin, je vais tout faire pour ! Etre élu, c'est une chose, l'important c'est l'action que l'on mène durant tout le mandat. 

    Ma conviction profonde, c'est que la France a besoin de courage et de modération pour avancer. On le voit bien, les gouvernements successifs ne répondent pas aux problèmes qui se posent. On a un balancier, à gauche, à droite qui n'arrête pas. C'est Pénélope qui tisse et détisse. Sans vraiment changer quoi que ce soit, ni avancer. 

    Le drame des politiques, c'est qu'aujourd'hui, les Français ne leur portent plus aucune confiance ! Et je les comprends en partie car l'image que donnent les gouvernants nationaux de la politique est pitoyable. Ils n'ont pas d'idée, pas de vision, pas de courage... Mais mettre tous les élus dans le même panier n'est pas juste ! Certains ont le courage d'agir en fonction de leurs convictions, même si ça leur coûte. C'est ce que je respecte chez François Bayrou - et ce n'est pas le seul. Et la plupart des élus locaux vivent leur engagement comme un service à la nation. Cet engagement est beau ! C'est comme cela que je vois le mien en tout cas !

    Dans ton discours de clôture des Universités de Rentrée du MoDem 2013 - juste avant le discours de François Bayrou - tu as notamment exhorté les jeunes à s'investir lors des municipales. Pourquoi ?

    Les jeunes ont un rôle primordial à jouer dans la vie démocratique. Les femmes, les jeunes et d'autres groupes sociaux sont trop peu représentés parmi les élus. Une politique qui parle et qui ressemble aux Français, c'est d'abord une politique faite par des représentants qui représentent vraiment la société ! Les jeunes apportent une vision fraîche des choses, en accord avec notre époque. Ils voient à long terme alors que les élus d'expérience ont souvent le poids du passé en ligne de mire. 

    Il faut savoir panacher l'expérience et les projets pour l'avenir ! C'est comme pour l'emploi, je trouve stupide de confronter les générations: chacun apporte son point de vue et ses compétences, nos entreprises auront toujours besoin de l'expérience et du renouvellement. En politique, c'est pareil !
    Préparer la jeunesse, la former, l'intégrer pleinement dans la vie de la société, c'est préparer l'avenir. La jeunesse, ce n'est pas quelque chose d'abstrait, c'est d'abord nos enfants, nos petits enfants. François Bayrou dit souvent qu'il n'y a qu'une seule question politique: comment voulez-vous élever vos enfants? C'est plein de bon sens, je crois que la politique doit être vue comme une transmission. L'Education, c'est l'acte politique fondamental, la transmission des valeurs, des savoir-faire. Et l'aboutissement, c'est quand on remet les clefs. 

    D'un côté les jeunes doivent savoir saisir leur chance, oser porter leur voix. De l'autre, les élus doivent savoir élever une génération qui leur succédera.

    Et en tant que saint-mandéen, quel regard portes-tu sur ta ville, ses faiblesses et ses qualités ?

    Saint-Mandé a de nombreux atouts! C'est une petite ville calme, facilement accessible et avec une identité forte. En 2008, j'ai choisi Saint-Mandé pour m'installer car je recherchais une ville à taille humaine. Une vie de proximité, des commerces, un marché, la proximité du bois de Vincennes. Malheureusement la ville s'endort ! C'est dommage... alors qu'il suffirait d'un peu de volonté pour la revivifier. C'est un peu la Belle au Bois Dormant du Val-de-Marne : du caractère, un cadre privilégié, mais sans souffle, sans volonté politique de développement ! Du coup, pour le moment, c'est un peu le néant ... A côté de Vincennes qui a tout misé sur la vie du Centre-Ville, on fait pâle figure, alors qu'on a autant d'atouts, sinon plus, que notre voisine.

    Je pense que nous avons grand besoin de renouvellement, un peu de fraîcheur pour redonner de l'ambition à notre ville !

    Photo : Interview donnée par Antoine Carette à Radio Shalom le 18/10/13

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable, Municipales Imprimer
  • Quartier sud de Saint-Mandé : Qu'a fait la Mairie ces 5 dernières années ? (Par Jeanne)

    zoo,saint-mandé,commerceComme nous l'a rappelé Luc le 15/09,  un magnifique zoo ouvrira ses portes à deux pas de Saint-Mandé au printemps prochain pour recevoir entre 1,2 à 1,8 millions de visiteurs ! Quel potentiel pour notre ville !


    Mais quelle perplexité est la nôtre quand on voit la manière dont la Mairie est passée à côté du sujet, alors que cela fait tout de même 5 ans qu'on nous annonce ce Zoo du XXIème siècle !

    Mettons-nous donc à la place d’une famille motivée, emmenant ses bambins pour la grande sortie du week-end.

    Donc déjà cela sera une galère pour trouver une place de parking puisque rien n’a été prévu à cet effet. Mais une fois la visite effectuée, la petite famille, bien qu’elle se sera rassasiée au centre du zoo, voudra peut être faire un petit tour dans notre charmante commune pour flâner …

    Hôtels particuliers entourés de beaux jardins, belles maisons de maître, la famille déjà fatiguée, regarde et marche 10, 20 ,30 mètres ... mais rien de spécial

    Aucun commerce pour attirer le touriste ! Ni bistrot « style cosy » aux lambrequins chocolat-orange, ni petite boutique « bobo » un peu fouillis ou l’on est sûr de dénicher la perle rare, pas plus de marchand de glace style Bertilhon, Ni de papeterie à l’ancienne remplies de vielles cartes postales et de gadgets pour petits et grands. Bref et j’en passe…Rien de tout cela. 

    La famille cherche encore car, le plus petit qui rouspète et traîne la patte voudrait siroter un jus. En contournant le quartier elle arrive à la place de la Pelouse et débouche devant l’unique café « la Pelouse ». C’’est une chance !

    En remontant vers le terminus des bus, le restaurant du Rocher, tristounet situé sur la gauche, attend un repreneur depuis plus d’un an. Imaginons un bar à huîtres ou encore une brasserie « Vin et Marée » ou un « Petit Bofinger », on peut rêver. Dernière info donnée à ce jour par l’agence immobilière cela serait bientôt un restaurant asiatique ! Quel suspense !

    La famille un peu déçue, rebrousse chemin et trouvera le quartier un peu terne. Par contre, si madame ou monsieur a la migraine, ce qui n’est pas impossible, ils sont sûrs de trouver un cachet d’aspirine, car dans la même avenue se trouvent deux pharmacies.

    Pourquoi la ville n’a-t-elle pas anticipé ce magnifique challenge ? « Le futur au rendez-vous » ou « le rendez-vous du futur » sonne bien aux oreilles, comme un joli refrain, mais encore faut-il l’appliquer !

    Il serait temps d’y penser, car comme disent les gamins au final "On a tout faux !" 

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable, Municipales, Vie locale Imprimer
  • Germaine Tillion au Panthéon

    Germaine Tillon au PanthéonParce qu'enfant j'avais un goût marqué pour la lecture, mon arrière grand-mère m'a transmis de son vivant ses livres d'Alexandre Dumas. Elle les tenait elle même de son père, Alexandre Eux, qui était instituteur en pays de Caux.

    Les personnages du grand écrivain (D'Artagnan et les 3 mousquetaires, Edmond Dantès, la reine Margaux, …) ont accompagné avec magie mon enfance. Et mon admiration pour Dumas (puis pour Balzac) est devenue immense.

    Ces menues confidences pour vous dire que le jour où Alexandre Dumas est entré au Panthéon, le 30 novembre 2002 pour être précis, j'étais là, rue Soufflot, à l'accompagner vers cette prestigieuse demeure.

    Ce temple laïc dont seule une vie exemplaire permet d'ouvrir les portes.

    Aujourd'hui, Saint-Mandé, répondant à une consultation populaire du Président de la République, propose le nom de Germaine Tillion pour le Panthéon.

    Et c'est avec le même enthousiasme que je m'associe à cette idée.

    Car, femme de courage, elle a traversé la XXème siècle et ses chaos avec détermination et dignité : grande résistante, déportée dans l'enfer des camps, ethnologue émérite, et surtout militante infatigable des droits de l'homme. Germaine Tillion, symbole de la lutte pour la dignité de l'Homme, mérite d'entrer au Panthéon.

    Je vous invite à vous rendre sur le site du Panthéon avant le 22 septembre et à compléter le questionnaire : http://pantheon-consultation.monuments-nationaux.fr/quizz/

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Zoo de Vincennes : les places de stationnement oubliées

    zoo de vincennes,parking,cambon,senateurLe chiffre de la fréquentation annuelle qui devrait être celle du futur zoo de Vincennes varie selon les intervenants : 1,4 - 1,5 ou même 1,8 million de visiteurs.

    Mais tous sont d'accord sur un nombre : 300 places de stationnement.

    Et cela fait frémir lorsque l'on songe que désormais le zoo disposera d'une entrée unique (contre 3 auparavant), qui se trouvera à l'angle de l'avenue Daumesnil et de la route de la ceinture du lac. A quelques mètres donc de Saint-Mandé, et 500 mètres de la porte Dorée.

    Fin 2012, le Sénateur-Maire Cambon (Maire de Saint-Maurice et patron de l'UMP dans le Val de Marne) s'est donc emparé du problème et a questionné le ministre compétent au nom "des villes riveraines et de leurs habitants (qui) s'interrogent sur le risque d'engorgement des rues". 

    Mais la réponse apportée par le Ministère de l'Intérieur le 1ier août n'est pas venue balayer les inquiétudes. En effet, pour celui-ci la solution réside dans le tram 3 qui est : "une alternative importante aux transports individuels compte tenu de sa forte capacité d'accueil et de la fréquence de ses passages". Par ailleurs il indique que "de nouvelles solutions de desserte des lignes de bus existantes doivent être étudiées par les services de la RATP, sous l'égide du STIF, afin de permettre au public une arrivée au plus près de l'entrée du parc zoologique".

    Mais quid des visiteurs qui viendront de banlieue, ou de province ?

    La question du Sénateur et la réponse du Ministère de l'Intérieur

    A vrai dire le sujet n'est pas nouveau et déjà en août 2011, j'avais noté un article sur le blog du "quartier Bel-Air Sud" : "Zoo de Vincennes, nos élus s'expriment" qui tirait le signal d'alarme sur ce problème.

    Une élue socialiste allant jusqu'à proposer de mettre en place des tricycles à assistance électrique pour rallier la station de tram au zoo !

    On s'interrogera tout de même quant à l'absence d'anticipation sur un problème aussi basique.

    On s'interrogera aussi sur la pérennité de la fermeture le dimanche de la route de la ceinture du lac.

    Et l'on se félicitera de l'intervention du Sénateur Cambon qui a eu le mérite de remobiliser les esprits à quelques mois de l'ouverture du zoo qui est prévue pour avril 2014.

    D'autant plus qu'à cette même date la foire du Trône s'installera pendant 2 mois sur la pelouse de Reuilly (et qu'elle avait en 2013 une de ses entrées à approximativement 300 mètres de celle du futur zoo) : On peut s'attendre à un joyeux bazar en avril prochain !

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable, La revue des blogs Imprimer
  • Les maçons, maîtres de l'heure ?

    saint-mandé,eiffageDe tout temps, à Saint-Mandé on s'est inquiété de la pression des bâtisseurs. 

    Et de tout temps il s'est trouvé des saint-mandéens pour s'en émouvoir, et même lutter contre.

    N'est ce pas M Allard qui en 1825 a eu l'idée, ô combien novatrice et visionnaire, de border l'avenue Victor Hugo (qui portait alors encore le nom de "du Bel Air") de jardinets, dans l'optique de réhabiliter cette artère à l'abandon. 

    Une monographie écrite en 1913 sobrement intitulé "Saint-Mandé, essai d'histoire locale" de Messieurs Drouilly et Perrin, avec un préface de Charles Digeon, s'émeut d'ailleurs de cette pression.

    Livre que j'ai trouvé en libre téléchargement sur le site de la BNF et que je peux vous communiquer sur simple contact.

    Morceau choisi (page 120) : "Déjà, dans ces vingt dernières années, nous avons vu Saint Mandé changer d'aspect et perdre un peu de ce caractère enchanteur et primesautier que nous nous sommes plu à célébrer. Les pavillons particuliers, si nombreux autrefois délicatement dissimulés sous le feuillage disparaissent peu à peu sous les attaques répétées de nos modernes démolisseurs. Sur leurs ruines on voit s'élever d'imposants immeubles au front orgueilleux, aux proportions massives, qui circonscrivent notre horizon et ne nous laissent plus entrevoir que des lambeaux d'azur. Les jardins eux-mêmes, deviendront bientôt un luxe que notre siècle ne respectera pas longtemps, car les maçons sont les maîtres de l'heure."

    Ces écrits résonnent particulièrement à nos oreilles, à l'heure ou une modification du PLU a été récemment votée qui retire au jardin des crèches de Bérulle 1 et 2 le caractère d'Espace Vert Protégé.

    Et ils nous révèlent que notre combat n'est pas nouveau ... et qu'il est juste. Je continuerai donc inlassablement à le porter ... avec mes amis.

     

    NB : Je profite de ce billet pour indiquer que j'ai modifié mon précédent billet (Vous trouverez toujours ma lettre ouverte au Président du Conseil Général du 22/08/13 au format pdf agrémentée d'un commentaire)

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Lettre ouverte au Président du Conseil Général sur le devenir des crèches départementales de Saint-Mandé

    bérulle,crèche départementale,saint-mandé,christian favier,grévinJ'ai souhaité placer ma rentrée sous le signe de l'action en adressant, dès le 22 août, au Président du Conseil Général, Christian Favier, un courrier pour l'interroger sur le devenir des crèches départementales de Bérulle.

    Courrier que vous trouverez ici dans son intégralité : Saint-Mandé -Reconstruction des crèches de Bérulle.pdf

    Et dans lequel je lui pose des questions précises :

    "Je souhaite donc, Monsieur le Président, vous questionner directement sur la position du Conseil Général vis à vis du devenir des crèches de Bérulle 1 et 2 et du projet de reconstruction du côté de l'IGN.

    La décision de quitter les locaux de Bérulle 1 et 2 a-t-elle d'ores et déjà été arrêtée ? Auriez-vous des conditions pour reconstruire sur place ?

    Le projet de construction d'une crèche à l'IGN a-t-il été défini et arrêté et dans ce cas, pourriez-vous nous en révéler les grandes lignes ?

    A la veille d’échéances locales importantes, je pense que la réponse à ces questions est nécessaire de votre part pour éclairer la réflexion citoyenne. Je vous remercie de bien vouloir nous indiquer votre approche sur ces différents points. Et vous indique par ailleurs saisir en parallèle le Conseiller Général responsable du canton de Saint-mandé, M Eroukhmanoff"

    Ce dernier - qui est je le rappelle également 1ier adjoint du Maire - m'a rapidement répondu sur son blog dans un article "Rentrée : balle au centre" dont je le remercie.

    Mais dont je retiendrai surtout ces quelques mots "la question soulevée, concernant l'éventuelle délocalisation des crèches Bérulle 1 et 2 effectuées en catimini, est pertinente". Et de confirmer que la responsable du secteur crèche "a effectivement visité des sites de possible reclassement pour Bérulle 1 et 2, au niveau de l'IGN, mais rien n'est tranché. Le Conseil Général n'est pas décisionnaire" et il  qu'il laissera "au maire le soin de répondre sur l'avenir qu'il envisage pour les crèches de notre ville".

    De tout cela je vais même ne retenir qu'un seul mot : "Catimini".

    Affaire à suivre ...

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable, Développement durable, Municipales Imprimer
  • Le choc des Photos : la fin de la villa de Chine

    Villa de Chine,provini,immobilier,saint-mandé

    "La Villa de Chine va disparaître et deux derniers signes sont désormais visibles : 

    - Provini 

    - Je t'aime

    Encore une histoire qui se termine par du 12000 euros le m2 et la perte de la convivialité. 

    Comment arrêter cela ?"

    Message de Frederic Verpillot du 26/05/13.

    Le matin même je prenais cette photo ...

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu