Avertir le modérateur

A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout ! - Page 4

  • Saint-Mandé un autre regard : le blog poil à gratter !

    le-chat-geluck-vote-ou-abstention2.jpg"Saint-Mandé un autre regard" : C'est le titre de ce blog sans concession.

    Insolent en diable, mais particulièrement bien renseigné, son auteur mène une croisade citoyenne contre le maire sortant comme l'indique l'acte fondateur de ce site : "lancement officiel de ma campagne perso ...

    Que dire, si ce n'est que "le chat" de geluck semble être l'un de ses maîtres à penser ...

    Et qu'il s'exprime aussi bien par de courts textes, corrosifs, que par des photographies sans contestation possible.

    Le sous titre du blog "Pour éviter toutes polémiques, gardons avec nous nos numériques" s'explique par une galerie de photos qui démontre l'état de dégradation général de notre ville : http://maville94160.wordpress.com/les-photos-a-cacher/

    Et à le lire on se dit, oui, rangeons les planches : "Il est temps de secouer le pommier"

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, La revue des blogs Imprimer
  • Quand "Saint-Mandé infos" s’écarte de son devoir de neutralité

    Saint-Mandé infos






    Extrait de l'article publié en parallèle sur le site de campagne de Jean Eroukhmanoff
    "Il y a quelques semaines, notre attention a été sollicitée par un article officiel publié dans un magazine non moins officiel. Son titre ? « Saint-Mandé INFOS ».
    La publication, évidemment éditée par la mairie et diffusée un peu partout dans nos quartiers, a pour mission d’informer les habitants sur l’actualité de la ville et les grands rendez-vous culturels. Quant à l’article en question, il s’agit de celui qui se trouvait bien stratégiquement au centre de la revue, en pôle position : « Fiscalité locale : la situation de Saint-Mandé dans le Val-de-Marne ».Si les explications déployées restaient confuses et si la mise en page ne dépareillait pas particulièrement avec le « look » général de Saint-Mandé INFOS, que l’on connaît de longue date (et qui mériterait au passage un sérieux dépoussiérage), le contenu, lui, s’est en revanche distingué bien franchement de par la vocation électoraliste manifeste qu’il servait. Pour le dire clairement : ce dossier thématique est en infraction totale avec le principe de neutralité du service public défendu fermement par le Code électoral. Lequel établit que « à compter du 1er jour du 6ème mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections », aucune campagne de promotion ne peut être organisée, même épisodiquement, et aucun commentaire touchant à la gestion de la collectivité ne peut être émis à aucun moment et d’aucune façon par le candidat sortant ailleurs que dans des supports préparés et diffusés à ses frais et en son nom seul.Mais allons plus loin dans le détail…
    Droit public versus coup de canif
    Coup de canif N°1 : Contraire à la neutralité du service public, ce dossier l’est d’abord par son timing inadapté.« (…) Saint-Mandé info revient donc sur les taux d’imposition votés en mars 2013 (…) ». Il suffit de lire l’introduction pour déceler le paradoxe. Car l’on se demande très vite ce qui a pu motiver cet article, 9 mois après le vote des fameux taux d’imposition, si ce n’est le fait que plusieurs listes, dont le tract « Saint-Mandé d’abord vos finances » de Jean Eroukhmanoff, ont fait de ce thème l’un des sujets majeurs de la campagne, débutée à l’automne. Sujet d’ailleurs relayé par la presse locale. Saint-Mandé infos reconnaît d’ailleurs en préambule de cet article « Redressement des comptes publics oblige, l’imposition sous toutes ses formes, largement mise à contribution, fait beaucoup parler d’elle »
    Coup de canif N°2 : Il l’est aussi par sa partialité. Les vieilles ficelles ont en effet beau être connues, elles restent usées jusqu’à la corde par les vieux routiers du système. Ainsi, les tableaux choisis pour illustrer le sujet si délicat dans notre ville de la fiscalité locale présentent plusieurs classements dont tout l’équilibre repose sur le choix de l’unité de mesure : le pourcentage. Même sur ce terrain très arrangeant, pourtant, omission a  été faite de signaler qu’avec 32% de hausse, Saint-Mandé détient le record de la hausse des taxes locales entre 2008 et 2013 pour le Val de Marne. De l’autre côté, nous avons 2 blogs politiques saint-mandéens (dont Saint-Mandé au Centre) qui présentent les tableaux officiels, établis à partir des chiffres absolus, en euros, nettement moins favorables à la commune. Les sources, est-il besoin de préciser, sont incontestables : le ministère des Finances pour l’un, Le Parisien du 09 octobre 2013 pour l’autre.
    Coup de canif N°3 : Il l’est encore par son aspect « bilan de mandature » parfaitement décomplexé : les augmentations citées couvrent la période 2008 – 2013. Peut-on être plus explicite sur la finalité recherchée ?
    Coup de canif N°4 : Il l’est enfin, et on touche ici un dérapage effarant, par la reprise qu’il fait du tract de campagne de Patrick Beaudouin. Presque mot pour mot.
    Que l’on en juge ! Extrait du tract de Patrick Beaudouin diffusé sur le marché de la Tourelle le 15 décembre : « En conséquence (…) La ville de Saint-Mandé bénéficie d’une pression fiscale modérée : elle est la 7ème ville la moins imposée du Val-de-Marne. (après les villes à fortes rentrées fiscales, dues à l’économie). »Extrait de « Saint-Mandé INFOS » de décembre/janvier 2014 distribué dans les boîtes aux lettres le 24 décembre : « En conséquence, la pression fiscale est l’une des plus faibles du département. Saint-Mandé connaît la 7e pression fiscale la plus basse du département avec un coefficient de pression fiscale de 0,87. Vincennes étant 8e avec 0,88 et Fontenay-sous-Bois 13e avec 0,93. En tête de liste, on retrouve les communes du département bénéficiant de recettes liées à l’imposition économique plus importante que celles perçues à Saint-Mandé qui est une commune résidentielle, sans zone d’activités commerciales ou industrielles significatives. ». Passage en gras dans le journal.
    Pourtant, « Saint-Mandé INFOS » est parfaitement conscient des règles qui s’appliquent à ce temps de l’année 2014, puisqu'il indique dans un « Avis aux lecteurs » qu’en période électorale « toute campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une collectivité sur le territoire intéressé par le scrutin » est interdite selon l’article L 52-1 du code électoral.
    Faut-il le dire ? Ces méthodes sont choquantes. Elles sont déloyales. Elles sont grossières. Et, à vrai dire, elles sont d’un autre âge."
    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
  • Si la transparence est une évidence, l'intégrité des élus est une exigence

    Edito publié sur le site de campagne de Jean Eroukhmanoff : http://jeaneroukhmanoff2014.fr/Jean Eroukhmanoff,municipales 2014, modem,saint-mandé

    C’est après les élections législatives de 2012, qu’au MoDem nous avons commencé à réellement envisager de nous projeter dans les élections municipales. Le bilan que nous commencions à tirer du dernier mandat de Patrick Beaudouin n’était réellement pas glorieux : gouvernance opaque et contestée, écoles en voie de saturation, finances empêtrées dans des emprunts toxiques, commerce en berne, spéculation immobilière galopante, tranquillité publique mise à mal…. Les signaux passaient malheureusement au rouge les uns derrière les autres.

    Englué dans une image « droite populaire », le maire venait d’être défait contre une candidate écologiste inconnue, tout juste parachutée (via l’accord EELV PS) et peu charismatique. Un sursaut pour notre ville était nécessaire. Et Jean Eroukhmanoff, avec sa stature de conseiller général, sortait du lot : par son expérience, par son indépendance d’esprit et par sa volonté de garder un lien avec les citoyens via son blog.

    Nous n’avons pas hésité à nous rapprocher de Jean Eroukhmanoff, car il représente cette droite républicaine que nous respectons et avec laquelle nous pouvons travailler. D’ailleurs, avec le rassemblement « UDI – MoDem, l’alternative », on voit bien aussi que les positions bougent. Juppé soutient Bayrou à Pau, Fillon considère Bayrou et Borloo, les 2 leaders centristes, comme des « partenaires » …  Or Jean Eroukhmanoff avait créé en 2011 un groupe centriste et indépendant au Conseil Général qui réunit un élu MoDem, une élue proche de l’UDI et un indépendant, lui. Ce qui a offert une tribune à notre sensibilité politique au niveau du département.

    Longtemps, notre ville a revendiqué un « esprit village », aux portes de Paris. A certains égards, cela continue et c’est bien comme cela. Mais il n’est pas bon que l’élu municipal se retrouve à gérer une « clientèle ». Ce qui pouvait s’expliquer à une époque est désormais inacceptable.

    Si la politique de transparence est une évidence, l’intégrité des élus est une exigence. Plusieurs articles ont été publiés sur notre blog se terminant par la formule « A Saint-Mandé, On … Ne  … Nous  .. Dit … Pas … tout ». Ce n’était pas seulement une plaisanterie, c’était une vraie contestation.

    L’équité des décisions, la recherche de l’intérêt général doivent primer sur toute autre considération. Et il est aussi nécessaire de sortir de la gestion à court terme pour entrer dans l’anticipation.

    En échangeant avec Jean Eroukhmanoff, nous nous sommes rapidement aperçu de points de convergence très forts dans notre manière de concevoir la politique. Sa volonté de moderniser et moraliser la vie publique à Saint-Mandé nous a convaincu. Nous avons aussi apprécié sa volonté de rassembler des Saint-Mandéennes et des Saint-Mandéens d’horizons divers. L’équipe qu’il est en train de composer frappe par la fluidité de ses échanges et la bonne entente qui y règne. Notre point commun à tous ? Une volonté farouche de redynamiser notre ville.

    « Nous sommes déterminés à gérer avec transparence et honnêteté les intérêts de la ville » dit notre tract.

    Par cette phrase, tout est dit.

    Pour me contacter : voixdemocrate@laposte.net

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Le Centre en Mouvement, Municipales Imprimer
  • 700, vous avez dit 700 ?

    "Vous êtes, à présent, plus de 700 à avoir signé notre pétition que ce soit en ligne ou par courrier, et nous vous en remercions vivement" proclame sur son site le Maire de Saint-Mandé, Patrick Beaudouin, en date du 7 octobre (lien).

    patrick beaudouin,pétition,grand paris

    Pourtant au même instant le compteur de la pétition en ligne indiquait 145 signatures, dont votre serviteur. Et désormais 153 au 30 octobre (notre photo).

    Il y aurait donc eu plus de 555 saint-mandéens qui auraient soutenu cette démarche ... PAR COURRIER. Bravo à eux !

    Mais plus sobrement le Parisien a indiqué le 17 octobre : " "Cette pétition remporte une large adhésion des Saint-Mandéens", d'après les cosignataires". Ou de l'art de la distanciation ...

    Alors Saint-Mandé a t'il raté le virage du numérique ? Ou bien les grosses ficelles sont-elles de sortie ?

    Moi je dis : A Saint-Mandé, on ... ne ... nous ... dit ... pas ... tout !

    Luc Alonso

    PS : Vous constaterez que j'ai modifié les catégories du blog en colonne de droite pour des recherches plus aisées. Avec notamment une catégorie "A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout" où vous pourrez consulter les billets qui souvent se terminent ainsi. Bonne lecture !

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, La revue des blogs, Municipales Imprimer
  • Les phrases "évanouies" (Petites considérations autour du Conseil Municipal du 26 mars à l'usage des saint-mandéens curieux)

    Conseil Municipal,Saint-MandéIl y a quelque temps de cela je me réjouissais de voir la Mairie de Saint-Mandé publier sur son site internet les procès verbaux des séances de son Conseil Municipal.

    J'y voyais là un pas en avant en terme de Démocratie locale. L'occasion de pouvoir prendre connaissance des arguments des uns et des autres pour se forger une opinion éclairée.

    Mais encore faut-il que les procès verbaux en question soient exhaustifs ...

    Et le PV du 26 mars 2013, bien qu'il ait été approuvé par les conseillers municipaux le 25 juin, ne l'est pas ...

    J'avais chroniqué ce Conseil le 4 avril : "Saint-Mandé attaque !" évoquant le fait que j'en attendais avec impatience la lecture. Mais les déclarations que j'attendais n'y figurent pas : Elles se sont ... E - V - A - N - O - U - I - E - S … 

    Disparu donc le magnifique « Mais je ne vous ai pas dit, il y a des écrivains dans la salle, et bien allez y notez, notez ... » du Maire et la tirade qui s'en est suivie et qui semblait bien être une réponse à mon article "Une politique financière loin d'être exemplaire".

    Disparue aussi l'insinuation au sujet du collectif de défense de la crèche de Bérulle : « Mais la couleur orange de votre écharpe Madame me laisse penser qui est derrière cette association » toujours lancée par le Maire ... Et à laquelle j'ai le soir même opposé un démenti, d'abord sur mon compte twitter, puis par mail. 

    Disparue enfin les déclarations au sujet de la crèche de Bérulle. L'une de l'élu communiste selon lequel "le Conseil Général ne renouvelerai pas le bail" et l'autre du Maire qui résumait l'état d'avancement du sujet par un : "Non, nous n'avons pas de projet ! Et oui, nous avons des projets !".

    Que cela ne tienne, constatons qu'on apprend souvent autant par ce qui est écrit que par ce qui ne l'est pas ... 

    Et donc je persiste à dire qu'à Saint-Mandé, On ... Ne ... Nous ... Dit ... Pas ... Tout !

    Bonnes vacances à toutes et à tous, 

    L-A Alonso

    Prochain article le 1ier septembre 2013

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Vie locale Imprimer
  • A Saint-Mandé : On ne nous dit pas tout !

    Dormez tranquilles, citoyennes, citoyens ! La Mairie s'occupe de tout !

    Et naturellement "Saint-Mandé infos", votre journal municipal, vous rends scrupuleusement compte de l'action municipale. "A Saint Mandé ne dites plus : je ne sais pas" exigeait, il y a quelques jours de cela, les (nombreux) panneaux JC Decaux qui parsèment la Commune.

    Nous savons donc tout !

    Vraiment tout ? Plusieurs exemples nous permettent pourtant d'en douter :

    - Emprunts toxiques : Après avoir nié que la Mairie a bien contracté des emprunts toxiques en 2008, sous les révélations du quotidien Libération, ainsi que sous le feu des questions de l'opposition et de cet humble blog, la Mairie reconnaît finalement avoir contracté de tels emprunts ... (toute l'histoire ici)

    saint-mandé,saint-mande,saint mandé,saint mande

    - Comptes rendus des conseils municipaux : ceux ci sont toujours classés "confidentiel défense". Vous ne saurez rien des échanges qui se tiennent lors des conseils municipaux, ni sur le site de le Mairie, ni dans Saint Mandé Infos, ni même sur le site de l'opposition (toute l'histoire ici).

    - Déplacement d'une antenne relais : Aucune information préalable de la Mairie sur ce déplacement en catimini et à  l'"arraché" par l'opérateur. Il aura fallu que les riverains s'insurgent, créent un collectif pour que l'information soit commentée ... sans pour autant modifier la donne (toute l'histoire ici).

    - Affichage libre et publique : Le Conseiller municipal communiste a beau réclamer régulièrement lors des Conseils Municipaux des panneaux d'affichage publiques libres (en vertue d'une Loi votée il y a ... 30 ans ! Dit-il avec humour) : C'est peine perdue. La Mairie joue la montre et se réfugie derrière le coût de ces panneaux. 

    Mais au fait, il n'y a pas eu de problème pour les tableaux d'affichage J C Decaux ? 

    A Saint-Mandé, ON ... NE ... NOUS ... DIT ... PAS ... TOUT !

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable, Vie locale Imprimer
  • Antennes relais à Saint Mandé : Halte aux mauvaises ondes !

    En intégrant en mai 2009 le panel des communes pilotes pour participer aux expérimentations sur l'abaissement du niveau d'exposition aux radiofréquences du Grenelle des ondes, Saint Mandé s’affichait à la pointe du principe de précaution en la matière.

    Mais aujourd’hui nous savons qu’un effet collatéral du départ d’EDF des terrains de la rue du Commandant Mouchotte, aura été le déplacement d’une antenne relais vers la rue Alphand. Déplacement que l’opérateur aura essayé d’effectuer en catimini et sans concertation. « à l’arraché ». Sans que la Mairie ne bouge le petit doigt, alors qu'une information était en sa possession 5 mois plus tôt, au motif qu’il s’agit d’un « contrat de droit privé » entre l’opérateur et une copropriété, et que les règles de l'urbanisme sont respectées.

    Les riverains, qui n’attendaient certainement pas des élus une telle passivité face à des opérateurs dont les motivations ne sont jamais que financières, se sont alors regroupés en association : http://saintmandeens.wordpress.com/La mairie se contentant dès lors d'organiser une pseudo-concertation entre les parties ... qui devait tourner court.  

    Dès juillet 2011, le Mouvement Démocrate soutenait la démarche des riverains de la rue Alphand.

    Et je m’interroge aujourd'hui sur la précipitation avec laquelle ses opérations ont eu lieu, alors que la mairie vient d'annoncer en février 2012 des mesures en divers points de la ville : lien iciN'a t'on pas mis dans ce dossier la charrue avant les boeufs ? 

    Par ailleurs, on trouve sur le site de la Mairie cette déclaration "Free Mobile arrive à Saint-Mandé en 2012"  avec cette précision qui fait frémir : " L'installation de Free à Saint-Mandé ne devrait pas se traduire, sauf nécessité, par la construction de nouveaux sites (antennes). Si tel devait être le cas, la municipalité veillera à ce qu'elle ne soit pas installée à proximité d'un site sensible et que son intégration dans le paysage urbain soit parfaite"

    Quand on a vu la manière de procéder pour le rue Alphand, on peut craindre le pire !

    Halte aux implatantions d'antennes sans... par chraphito

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable, Développement durable, Vie locale Imprimer
  • Saint Mandé malade de ses emprunts ... toxiques

    On a coutume de dire "faute avouée à demi pardonnée" !

    modem,saint mandé,centre,emprunts toxiques,tofix

    Dans sa tribune politique du "Saint Mandé Infos" de septembre / octobre 2011 la majorité UMP affirmait "aucun emprunt toxique, risquant de mettre en péril l'équilibre budgétaire, ne figure parmi les emprunts de la ville grâce à la gestion prudente de l'endettement"

    Deux mois plus tard le discours a changé :

    Extrait de la tribune politique du "Saint Mandé Infos" de décembre 2011 / janvier 2012 : "La ville de Saint Mandé à souhaité engager, dans les années précédant la crise de 2008, une gestion dynamique de sa dette afin de dégager des marges de manoeuvre budgétaires complémentaires" et de finalement finir par avouer "les emprunts non basés sur un taux fixe et contractualisés courant 2007 sont au nombre de 4 ... A l'heure actuelle, seul le dernier emprunt présente un risque compte tenu de la parité entre l'euro et le franc suisse"

    Ce même emprunt que je pointais, plus spécialement, sur ce blog le 12 octobre 2011 : toxic or not toxic, that is the question !Et qui d'àprès Libération pèserait à peu près 3 millions d'euros sur les 9 millions non sécurisés, soit 13% de l'endettement de la commune.

    A côté de cela la majorité semble vouloir se rassurer en soulignant "une économie de 1,18 millions d'euros d'économie de frais financiers sur les 4 dernières années a été réalisée". Mais c'est justement là le traquenard tendu par les emprunts toxiques : Au début les taux sont fixes et permettent des économies alléchantes, puis au fil des années les taux deviennent volatils ... voire incontrôlables ! Que l'on réfléchisse aux conséquences financières si le taux de cet emprunt (dont la date de fin est annoncée par Libération à 2034) devait s'envoler à 25% à partir de 2013 ... 

    Qu'il me soit alors permis de citer l'interview de Gilles Carrez, député UMP de notre beau département du Val de Marne, publiée dans La Croix le 13 Décembre  : "Certains élus ont préféré les économies de court terme".

    Morceau choisi : "Un maire ou un président de conseil général de bon sens aurait dû constater que même si ces prêts étaient avantageux à court terme, il était risqué de souscrire un emprunt basé sur une devise étrangère. Lorsqu’on est venu me proposer ce genre de chose dans ma mairie, j’ai refusé. Le bon sens aurait dû l’emporter, mais certains élus ont préféré faire un calcul à court terme, parfois basé sur des considérations électorales. Lorsqu’un banquier vous propose de diminuer vos intérêts juste avant les municipales de 2008, il est tentant de ne pas regarder plus loin …"

    Cependant, je veux aussi dire que puisque j'ai appelé de mes voeux à une plus grande transparence sur ce dossier, de la part de nos élus. J'apprécie donc à sa juste valeur l'effort de clarification qui vient d'être effectué ...

    Désormais Saint-Mandé peut lutter avec efficacité contre ces emprunts calamiteux : le mal est identifié ! 

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires, Vie locale Imprimer
  • Toxic or not toxic, that is the question !

    Le 21 Septembre 2011, le quotidien Libération posait la question anxiogène « Votre commune est elle infectée par un « emprunt toxique » ?

    Or à la consultation du listing de 5.500 collectivités locales et établissements publics qui ont souscrits de tels emprunts entre 1995 et 2009, il apparaît que Saint Mandé a contracté des emprunts aux noms faussement rassurant : « TOFIX » ou encore « TIPTOP ». Des emprunts pas si tip top ! Et dont les taux sont tout ... sauf fixes.

    Par exemple l’emprunt TOFIX DUAL EUR CHF FIXE FLEXI est basé sur le Taux de change Euro/Franc suisse ; avec un multiplicateur 6,4 ; non capé (aucun plafond). Aussi compliqué ces produits soient ils, le surcoût annoncé par Libération, lui, est simple à comprendre : 1 670 000€ !

    Dans la foulée de cet article, M Baudouin a défendu dans le Parisien le fait que : « La ville n’est ni surendettée, ni au bord de la faillite. Nous sommes tranquilles » et indiqué avoir convoqué Dexia pour le 27 septembre afin qu’il explique les méthodes de calcul des surcoûts annoncés.

    Ces emprunts existeraient donc bien, puisque Dexia doit s'expliquer sur les surcoûts annoncés. 

    Emprunt toxiqueLes élus de l’opposition ont réclamé fin septembre à notre édile « une situation précise de la situation de l’endettement de la Commune »Et depuis ? 

    Un billet intitulé "courage et détermination" porté par les élus de la majorité dans le "Saint Mandé Infos" de septembre / octobre 2011 qui affirme entre autre : "aucun emprunt toxique, risquant de mettre en péril l'équilibre budgétaire, ne figure parmi les emprunts de la ville grâce à la gestion prudente de l'endettement"

    Et après ? pas d'autre information. Nous n'en saurons pas plus ? 

    C'est regrettable, car au fond, ce qui importe à présent, c’est le devoir de vérité que les élus ont envers les citoyens contribuables. 

    Les saint-mandéens sont en droit de connaître l’état précis des financeEt aussi de connaître les mesures qui peuvent être prises pour, éventuellement, limiter la casse ?

    En toute transparence ... 

    Pour me contacter : voixdemocrate@laposte.net

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu