Avertir le modérateur

A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout ! - Page 3

  • L’heure des choix

    IMG_4654N&B.jpgLe Préfet du Val-de-Marne vient de placer Saint-Mandé en carence au regard de la Loi SRU. La Ville n’a pas respecté ses engagements en matière de construction de logements sociaux et se voit donc mise à l’amende majorée. Certaines de ses prérogatives en matière d’urbanisme sont également confisquées. Nous ne nous réjouissons pas de cette nouvelle mais elle ne nous surprend pas. Toute politique a son aboutissement.

    A Saint-Mandé les ateliers « participatifs » se sont succédé ces deux derniers mois à un rythme effréné. La majorité municipale nous préparant à des choix que l’on pressent douloureux. Le tract – questionnaire diffusé aux Saint-Mandéens, sans consultation de l’opposition, nous annonce que nous allons devoir « nous interroger sur le devenir des services publics ». Dans une parodie de démocratie participative, nous n’aurions qu’à cocher la case du service public qui se verra sacrifié !

    Sacrifié sur l’autel de la baisse des dotations de l’Etat et de la hausse des prélèvements, c’est vrai. Mais aussi pour rembourser les intérêts de notre emprunt toxique indexé sur le franc suisse. Il aura coûté 500 000 € en 2013. Le Maire a oublié de signaler ce point.

    Nous refusons ces méthodes.

    Bien sûr, toutes les communes devront faire des choix pour garantir leur équilibre financier et nous ne fuirons pas nos responsabilités. Nous ferons donc, début 2015, une série de propositions, que nous rendrons publiques, pour une meilleure gestion de nos finances publiques.

    Mais par-dessus tout, nous défendrons le « bien vivre ensemble », qui se nourrit de services publics efficaces, constants et de proximité. Nous sommes convaincus qu’il n’est pas de difficulté qui ne puisse être surmontée, avec volonté, dynamisme et imagination.

    D’ici là goûtons le temps des fêtes à leur juste valeur, en famille, entre amis ou au sein des associations.

    Bonnes fêtes de fin d’année !

    L. Robinet et L. Alonso

    lucilerobinet@gmail.com

     

    alonso.adam.luc@gmail.com

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Municipales Imprimer
  • Quand démocratie rime avec autocratie (Tribune du groupe 'Saint-Mandé, demain' - Bulletin Municipal de Novembre/Décembre 2014)

    saint-mandé,conseil municipal,démocratie,autocratieLes commissions destinées à préparer le conseil municipal, constituées d’élus de la majorité et de l’opposition, doivent favoriser les échanges dans la recherche de l’intérêt général.  

    Le règlement intérieur fixe d’ailleurs leur rôle : « Elles examinent les affaires qui leur sont soumises, émettent de simples avis ou formulent des propositions » avant de statuer à la majorité des membres présents.

    La réalité est bien différente à Saint-Mandé !

    Les dossiers « bouclés » en amont sont présentés aux élus, discutés, et surtout adoptés en l’état, sans que la moindre virgule ne soit déplacée.

    Bien que permanentes, les commissions sont parfois annulées : « pas de commission » sera la simple information fournie aux conseillers.  Ainsi entre juin et décembre, les élus n’auront pas eu à débattre du développement économique de la ville ! Aveu flagrant de l’absence de vision sur ce sujet ou simple laxisme ? Nous discuterons des animations de fin d’année, lorsqu’elles se mettront en place ...

    En commission « Urbanisme et Logement » on n’évoque ni  les permis de construire accordés (pourtant peu nombreux !), ni les grands projets immobiliers, que nous savons en cours d’étude (L’immeuble de la Poste, la crèche et le conservatoire Bérulle, l’école Decroly, …).

    En commission « Communication » on oublie d’informer les élus du recrutement d’un Directeur de … la communication. Tout comme en commission « Ressources Humaines » …

    La sécurité et la tranquillité publique demeurent des sujets « régaliens ». Pas de commission. Et quand M. Beaudouin se décide à consulter la population, pendant les congés scolaires, il n’associe pas l’opposition à sa démarche. Le sujet était pourtant l’occasion d’une « Union sacrée » entre tous les élus.

    M. Beaudouin n’a de toute évidence pas entendu les aspirations des Saint-Mandéens à plus de transparence dans la gestion des affaires : il semble toujours et encore confondre démocratie et … autocratie.

    Lucile Robinet et Luc Alonso

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Fidèles au poste (Tribune du groupe 'Saint-Mandé, demain' - Bulletin Municipal de septembre/octobre 2014)

    fidèles au posteDes divergences survenues au sein du groupe « Saint-Mandé d’abord » nous ont conduits à nous réunir sous l’étiquette « Saint-Mandé, demain ». Fidèles aux engagements pris durant la campagne de mars dernier, nous avons fait entendre notre voix au Conseil Municipal et dans ses différentes commissions.

    Opposés à la hausse de 18,6% des indemnités des élus

    En avril, nous nous sommes opposés à la hausse de 18,6% de l’enveloppe des indemnités des élus et au passage de 9 à 10 adjoints. Ces augmentations, bien que légales, sont-elles légitimes ? En ces temps difficiles, un geste, même symbolique, était possible, voire attendu … Laurent Wauquiez (UMP), pourtant récemment invité par le Maire de notre ville, n’a-t-il pas, au Puy-en-Velay, renoncé à 20% de ses indemnités ?

    D’autant que de nouveaux efforts sont demandés aux Saint-Mandéens.

    Opposés à la hausse de 5% des tarifs des services de la Ville

    En juin, c’est une hausse de 5% des tarifs des différents services de la Ville qui a été adoptée par la majorité (et ses alliés). Arguant du fait qu’il fallait rattraper des augmentations non concrétisées dans le passé ! Après la taxe d’habitation, Monsieur Beaudouin semble avoir trouvé une nouvelle manne …

    Opposés aux barèmes de la CFE – Cotisation Foncière des Entreprises

    En septembre, ce sont les barèmes de la CFE qui viennent d’être arrêtés au maximum de ce qu’autorise la loi. Alors que nous avons un taux supérieur aux villes voisines et que notre commerce est déjà en berne ...

    Nous avons voté contre ces hausses de lendemain d’élection.

    Pour une opposition constructive et vigilante 

    En revanche, nous nous associons à la réflexion qui semble engagée pour plus de transparence dans l’attribution des places en crèche. Et demeurons vigilants sur l’application des rythmes scolaires qui nécessite de nombreux aménagements, en particulier sur la pause méridienne des enfants les plus jeunes.

    Nous vous tiendrons informés.

    Vous pouvez compter sur nous.

     

    Nous sommes fidèles au poste.

    Lucile Robinet et Luc Alonso

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Municipales Imprimer
  • Les feuilles mortes se ramassent à la pelle (Deux, trois réflexions autour du Bulletin Municipal de septembre - octobre)

    feuilles mortes.jpgLa version électronique du Bulletin Municipal de septembre - octobre est parue en fin de semaine dernière, et l'on attend dans nos boîtes aux lettres d'une manière imminente la version « papier glacé » ...

    Premier constat, le Maire a renoncé à son traditionnel édito d'une page ... au profit d'une interview qui s'étale généreusement sur 3 pages ...

    Il y livre sa vision politique d'une rentrée scolaire « réussie ! » (comme d’habitude : voir mon précédent article sur le sujet) ; dénonce les baisses de dotations et les hausses de ponction infligés par l'Etat qui doivent nous préparer à "une lourde révision de nos prestations publiques dans les années à venir" ; s’auto-satisfait de la mutualisation des moyens qu'il a mené à bien avec les villes voisines (alors qu’il a été vivement critiqué sur ce point pendant la campagne : On n’en est qu’aux balbutiements de l’intercommunalité à Saint-Mandé), évoque l'ACTEP et le Grand Paris ; loue une fois encore le « bien vivre ensemble » et condamne (à juste titre) la rixe du 7 septembre dont les auteurs ont été traduits devant la justice.

    Nous avons ensuite droit aux traditionnels articles qui présentent l'action menée par la majorité, avec parfois un adjoint ou un conseiller mis en avant par une photo médaillon. Et pourquoi pas après tout !

    Puis arrivent les pages 42 et 43 qui devraient être réservées à l'opposition mais qui sont ici qualifiées de "libre expression".

    On note ici une évolution, la tribune qui était jusqu'à présent signée par la majorité municipale l'est désormais par la première adjointe uniquement.
    On note une seconde évolution une photo illustre chaque tribune, y compris pour l'opposition.

    Des évolutions donc mais des évolutions bien en deçà de ce que nous attendions avec ma collègue. En effet, nous n'avons eu de cesse de réclamer une modernisation de la présentation de ses tribunes.

    Nous pensons ainsi que la majorité ne doit pas s'exprimer dans le même espace que l'opposition ;
    Nous pensons aussi que le nombre de caractères attribués à l'opposition ne doit pas se faire en fonction du nombre de caractère attribué à la majorité ;
    Nous pensons encore que les tribunes de l'opposition doivent clairement être estampillées comme telle ;
    Nous pensons toujours que la photo doit pouvoir comporter tous les membres du groupe et être au choix des principaux intéressés ;
    Et nous pensons finalement que la liberté d'expression d'un élu d'opposition ne peut se faire au détriment d'un autre élu, comme c'est ici le cas.

    Ah oui j'oubliais, lors du dernier Conseil, Monsieur le Maire nous a expliqué, pour justifier ces positions, que le bulletin municipal n'avait pas vocation à devenir un journal de propagande ... On croit rêver !

    Oui, pauvre démocratie !

    Nous avons donc saisi le Tribunal Administratif, le 26 septembre dernier, d'une requête pour défendre ces principes. Et nous vous tiendrons informés des suites qui lui seront données.

    Il faut par ailleurs savoir que les élus "palliéristes" ont voté "pour" ce Règlement Intérieur, qui a débouché sur une telle répartition. Il est ainsi indéniable que de réelles divergences existent entre nos deux groupes ... Je souligne aussi que seul le groupe socialiste s'est montré ouvert, sur ces sujets liés à la vitalité de notre Démocratie locale. Je les en remercie sincèrement.

    Et à la vérité je vous livre mon point de vue : le bulletin municipal est dépassé, vieillot, has been, figé, à revoir de fonds en comble, sans rapport avec les attentes de nos concitoyens qui pour beaucoup ne le lisent plus ou alors s'amusent simplement à compter le nombre de photos du Maire ... Véritable recueil à la gloire de l’action de la majorité municipale.

    Et au final on peut se demander quel est le % de bulletins municipaux qui, à peine boités, finissent directement dans la poubelle sans même avoir été lus ? 20 % ; 30 % ; 40 % ou plus encore ? C’est une triste réalité que la majorité devrait regarder en face, à l’heure où elle parle de « révision lourde » des prestations publiques.

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Municipales Imprimer
  • Transparence autour des subventions aux associations : Saint-Mandé hors la Loi

    Le décret n° 2206-887 du 17 juillet 2006, pris en application de l’article 22 de la loi du 23 mars 2006 relatif à la publication par voie électronique des subventions versées aux associations impose que le site de la ville publie sur son site internet le montant des sommes ou avantages en nature octroyées à chaque association. Cette liste doit mentionner l’adresse statutaire de l’association bénéficiaire.

    Cette Loi votée sous Jacques Chirac à un objectif de transparence bien compréhensible.

    Le texte de Loi sur le site Legifrance

    Notons d’ailleurs, que la mise en œuvre de cette Loi ne coûte rien, et que le lien de confiance, si nécessaire à notre époque, entre les citoyens et les élus s’en trouve renforcé.

    Je n’épiloguerai pas sur les motivations du Maire sortant à ne pas respecter une Loi qu’il a lui-même voté, selon ses propres termes «avec enthousiasme » allant jusqu'à saluer les avancées en matière de « transparence ». http://www.assemblee-nationale.fr/12/cri/2005-2006/20060115.asp

    Simplement je constate qu’il revendique sur son tract de campagne, l’octroi de 3 169 000 € de subventions aux associations durant la mandature … Plus de 3 millions sans avoir respecté les règles de transparence les plus élémentaires. Cela fait frémir.

    Jean Eroukhmanoff et la liste « Saint-Mandé d’abord » respectera cette Loi, qui n’a jamais été mise en œuvre à Saint-Mandé.

    Nous respecterons l’obligation de transparence autour des sommes et services octroyés par le Conseil Municipal et nous gérerons « en bon père de famille » les subventions, sur la base de critères objectifs : résultats obtenus par l’association, nombre d’adhérents, nombre de saint-mandéennes et de saint-mandéens concernés, intérêt manifesté pour la discipline.

    Bien sûr les subventions octroyées doivent être stables d’une année sur l’autre pour permettre aux associations de se projeter avec sérénité vers l’avenir. Mais elles ne sauraient non plus devenir des rentes « ad vitam eternam ».

    Nous ne baisserons pas la somme globale octroyée aux associations, mais nous la répartirons d’une manière plus équitable.

    SAINT-MANDE D’ABORD !

     

    patrick beaudouin,eroukhmanoff,subventions,associations,liste des subventions

     

    Pour aller plus loin : http://www.associations.gouv.fr/449-vers-plus-de-transparence-dans-l.html

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout ! Imprimer
  • Saint-Mandé un autre regard : le blog poil à gratter !

    le-chat-geluck-vote-ou-abstention2.jpg"Saint-Mandé un autre regard" : C'est le titre de ce blog sans concession.

    Insolent en diable, mais particulièrement bien renseigné, son auteur mène une croisade citoyenne contre le maire sortant comme l'indique l'acte fondateur de ce site : "lancement officiel de ma campagne perso ...

    Que dire, si ce n'est que "le chat" de geluck semble être l'un de ses maîtres à penser ...

    Et qu'il s'exprime aussi bien par de courts textes, corrosifs, que par des photographies sans contestation possible.

    Le sous titre du blog "Pour éviter toutes polémiques, gardons avec nous nos numériques" s'explique par une galerie de photos qui démontre l'état de dégradation général de notre ville : http://maville94160.wordpress.com/les-photos-a-cacher/

    Et à le lire on se dit, oui, rangeons les planches : "Il est temps de secouer le pommier"

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, La revue des blogs Imprimer
  • Quand "Saint-Mandé infos" s’écarte de son devoir de neutralité

    Saint-Mandé infos






    Extrait de l'article publié en parallèle sur le site de campagne de Jean Eroukhmanoff
    "Il y a quelques semaines, notre attention a été sollicitée par un article officiel publié dans un magazine non moins officiel. Son titre ? « Saint-Mandé INFOS ».
    La publication, évidemment éditée par la mairie et diffusée un peu partout dans nos quartiers, a pour mission d’informer les habitants sur l’actualité de la ville et les grands rendez-vous culturels. Quant à l’article en question, il s’agit de celui qui se trouvait bien stratégiquement au centre de la revue, en pôle position : « Fiscalité locale : la situation de Saint-Mandé dans le Val-de-Marne ».Si les explications déployées restaient confuses et si la mise en page ne dépareillait pas particulièrement avec le « look » général de Saint-Mandé INFOS, que l’on connaît de longue date (et qui mériterait au passage un sérieux dépoussiérage), le contenu, lui, s’est en revanche distingué bien franchement de par la vocation électoraliste manifeste qu’il servait. Pour le dire clairement : ce dossier thématique est en infraction totale avec le principe de neutralité du service public défendu fermement par le Code électoral. Lequel établit que « à compter du 1er jour du 6ème mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections », aucune campagne de promotion ne peut être organisée, même épisodiquement, et aucun commentaire touchant à la gestion de la collectivité ne peut être émis à aucun moment et d’aucune façon par le candidat sortant ailleurs que dans des supports préparés et diffusés à ses frais et en son nom seul.Mais allons plus loin dans le détail…
    Droit public versus coup de canif
    Coup de canif N°1 : Contraire à la neutralité du service public, ce dossier l’est d’abord par son timing inadapté.« (…) Saint-Mandé info revient donc sur les taux d’imposition votés en mars 2013 (…) ». Il suffit de lire l’introduction pour déceler le paradoxe. Car l’on se demande très vite ce qui a pu motiver cet article, 9 mois après le vote des fameux taux d’imposition, si ce n’est le fait que plusieurs listes, dont le tract « Saint-Mandé d’abord vos finances » de Jean Eroukhmanoff, ont fait de ce thème l’un des sujets majeurs de la campagne, débutée à l’automne. Sujet d’ailleurs relayé par la presse locale. Saint-Mandé infos reconnaît d’ailleurs en préambule de cet article « Redressement des comptes publics oblige, l’imposition sous toutes ses formes, largement mise à contribution, fait beaucoup parler d’elle »
    Coup de canif N°2 : Il l’est aussi par sa partialité. Les vieilles ficelles ont en effet beau être connues, elles restent usées jusqu’à la corde par les vieux routiers du système. Ainsi, les tableaux choisis pour illustrer le sujet si délicat dans notre ville de la fiscalité locale présentent plusieurs classements dont tout l’équilibre repose sur le choix de l’unité de mesure : le pourcentage. Même sur ce terrain très arrangeant, pourtant, omission a  été faite de signaler qu’avec 32% de hausse, Saint-Mandé détient le record de la hausse des taxes locales entre 2008 et 2013 pour le Val de Marne. De l’autre côté, nous avons 2 blogs politiques saint-mandéens (dont Saint-Mandé au Centre) qui présentent les tableaux officiels, établis à partir des chiffres absolus, en euros, nettement moins favorables à la commune. Les sources, est-il besoin de préciser, sont incontestables : le ministère des Finances pour l’un, Le Parisien du 09 octobre 2013 pour l’autre.
    Coup de canif N°3 : Il l’est encore par son aspect « bilan de mandature » parfaitement décomplexé : les augmentations citées couvrent la période 2008 – 2013. Peut-on être plus explicite sur la finalité recherchée ?
    Coup de canif N°4 : Il l’est enfin, et on touche ici un dérapage effarant, par la reprise qu’il fait du tract de campagne de Patrick Beaudouin. Presque mot pour mot.
    Que l’on en juge ! Extrait du tract de Patrick Beaudouin diffusé sur le marché de la Tourelle le 15 décembre : « En conséquence (…) La ville de Saint-Mandé bénéficie d’une pression fiscale modérée : elle est la 7ème ville la moins imposée du Val-de-Marne. (après les villes à fortes rentrées fiscales, dues à l’économie). »Extrait de « Saint-Mandé INFOS » de décembre/janvier 2014 distribué dans les boîtes aux lettres le 24 décembre : « En conséquence, la pression fiscale est l’une des plus faibles du département. Saint-Mandé connaît la 7e pression fiscale la plus basse du département avec un coefficient de pression fiscale de 0,87. Vincennes étant 8e avec 0,88 et Fontenay-sous-Bois 13e avec 0,93. En tête de liste, on retrouve les communes du département bénéficiant de recettes liées à l’imposition économique plus importante que celles perçues à Saint-Mandé qui est une commune résidentielle, sans zone d’activités commerciales ou industrielles significatives. ». Passage en gras dans le journal.
    Pourtant, « Saint-Mandé INFOS » est parfaitement conscient des règles qui s’appliquent à ce temps de l’année 2014, puisqu'il indique dans un « Avis aux lecteurs » qu’en période électorale « toute campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une collectivité sur le territoire intéressé par le scrutin » est interdite selon l’article L 52-1 du code électoral.
    Faut-il le dire ? Ces méthodes sont choquantes. Elles sont déloyales. Elles sont grossières. Et, à vrai dire, elles sont d’un autre âge."
    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Des finances loin d'être exemplaires, Municipales Imprimer
  • Si la transparence est une évidence, l'intégrité des élus est une exigence

    Edito publié sur le site de campagne de Jean Eroukhmanoff : http://jeaneroukhmanoff2014.fr/Jean Eroukhmanoff,municipales 2014, modem,saint-mandé

    C’est après les élections législatives de 2012, qu’au MoDem nous avons commencé à réellement envisager de nous projeter dans les élections municipales. Le bilan que nous commencions à tirer du dernier mandat de Patrick Beaudouin n’était réellement pas glorieux : gouvernance opaque et contestée, écoles en voie de saturation, finances empêtrées dans des emprunts toxiques, commerce en berne, spéculation immobilière galopante, tranquillité publique mise à mal…. Les signaux passaient malheureusement au rouge les uns derrière les autres.

    Englué dans une image « droite populaire », le maire venait d’être défait contre une candidate écologiste inconnue, tout juste parachutée (via l’accord EELV PS) et peu charismatique. Un sursaut pour notre ville était nécessaire. Et Jean Eroukhmanoff, avec sa stature de conseiller général, sortait du lot : par son expérience, par son indépendance d’esprit et par sa volonté de garder un lien avec les citoyens via son blog.

    Nous n’avons pas hésité à nous rapprocher de Jean Eroukhmanoff, car il représente cette droite républicaine que nous respectons et avec laquelle nous pouvons travailler. D’ailleurs, avec le rassemblement « UDI – MoDem, l’alternative », on voit bien aussi que les positions bougent. Juppé soutient Bayrou à Pau, Fillon considère Bayrou et Borloo, les 2 leaders centristes, comme des « partenaires » …  Or Jean Eroukhmanoff avait créé en 2011 un groupe centriste et indépendant au Conseil Général qui réunit un élu MoDem, une élue proche de l’UDI et un indépendant, lui. Ce qui a offert une tribune à notre sensibilité politique au niveau du département.

    Longtemps, notre ville a revendiqué un « esprit village », aux portes de Paris. A certains égards, cela continue et c’est bien comme cela. Mais il n’est pas bon que l’élu municipal se retrouve à gérer une « clientèle ». Ce qui pouvait s’expliquer à une époque est désormais inacceptable.

    Si la politique de transparence est une évidence, l’intégrité des élus est une exigence. Plusieurs articles ont été publiés sur notre blog se terminant par la formule « A Saint-Mandé, On … Ne  … Nous  .. Dit … Pas … tout ». Ce n’était pas seulement une plaisanterie, c’était une vraie contestation.

    L’équité des décisions, la recherche de l’intérêt général doivent primer sur toute autre considération. Et il est aussi nécessaire de sortir de la gestion à court terme pour entrer dans l’anticipation.

    En échangeant avec Jean Eroukhmanoff, nous nous sommes rapidement aperçu de points de convergence très forts dans notre manière de concevoir la politique. Sa volonté de moderniser et moraliser la vie publique à Saint-Mandé nous a convaincu. Nous avons aussi apprécié sa volonté de rassembler des Saint-Mandéennes et des Saint-Mandéens d’horizons divers. L’équipe qu’il est en train de composer frappe par la fluidité de ses échanges et la bonne entente qui y règne. Notre point commun à tous ? Une volonté farouche de redynamiser notre ville.

    « Nous sommes déterminés à gérer avec transparence et honnêteté les intérêts de la ville » dit notre tract.

    Par cette phrase, tout est dit.

    Pour me contacter : voixdemocrate@laposte.net

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Le Centre en Mouvement, Municipales Imprimer
  • 700, vous avez dit 700 ?

    "Vous êtes, à présent, plus de 700 à avoir signé notre pétition que ce soit en ligne ou par courrier, et nous vous en remercions vivement" proclame sur son site le Maire de Saint-Mandé, Patrick Beaudouin, en date du 7 octobre (lien).

    patrick beaudouin,pétition,grand paris

    Pourtant au même instant le compteur de la pétition en ligne indiquait 145 signatures, dont votre serviteur. Et désormais 153 au 30 octobre (notre photo).

    Il y aurait donc eu plus de 555 saint-mandéens qui auraient soutenu cette démarche ... PAR COURRIER. Bravo à eux !

    Mais plus sobrement le Parisien a indiqué le 17 octobre : " "Cette pétition remporte une large adhésion des Saint-Mandéens", d'après les cosignataires". Ou de l'art de la distanciation ...

    Alors Saint-Mandé a t'il raté le virage du numérique ? Ou bien les grosses ficelles sont-elles de sortie ?

    Moi je dis : A Saint-Mandé, on ... ne ... nous ... dit ... pas ... tout !

    Luc Alonso

    PS : Vous constaterez que j'ai modifié les catégories du blog en colonne de droite pour des recherches plus aisées. Avec notamment une catégorie "A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout" où vous pourrez consulter les billets qui souvent se terminent ainsi. Bonne lecture !

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, La revue des blogs, Municipales Imprimer
  • Les phrases "évanouies" (Petites considérations autour du Conseil Municipal du 26 mars à l'usage des saint-mandéens curieux)

    Conseil Municipal,Saint-MandéIl y a quelque temps de cela je me réjouissais de voir la Mairie de Saint-Mandé publier sur son site internet les procès verbaux des séances de son Conseil Municipal.

    J'y voyais là un pas en avant en terme de Démocratie locale. L'occasion de pouvoir prendre connaissance des arguments des uns et des autres pour se forger une opinion éclairée.

    Mais encore faut-il que les procès verbaux en question soient exhaustifs ...

    Et le PV du 26 mars 2013, bien qu'il ait été approuvé par les conseillers municipaux le 25 juin, ne l'est pas ...

    J'avais chroniqué ce Conseil le 4 avril : "Saint-Mandé attaque !" évoquant le fait que j'en attendais avec impatience la lecture. Mais les déclarations que j'attendais n'y figurent pas : Elles se sont ... E - V - A - N - O - U - I - E - S … 

    Disparu donc le magnifique « Mais je ne vous ai pas dit, il y a des écrivains dans la salle, et bien allez y notez, notez ... » du Maire et la tirade qui s'en est suivie et qui semblait bien être une réponse à mon article "Une politique financière loin d'être exemplaire".

    Disparue aussi l'insinuation au sujet du collectif de défense de la crèche de Bérulle : « Mais la couleur orange de votre écharpe Madame me laisse penser qui est derrière cette association » toujours lancée par le Maire ... Et à laquelle j'ai le soir même opposé un démenti, d'abord sur mon compte twitter, puis par mail. 

    Disparue enfin les déclarations au sujet de la crèche de Bérulle. L'une de l'élu communiste selon lequel "le Conseil Général ne renouvelerai pas le bail" et l'autre du Maire qui résumait l'état d'avancement du sujet par un : "Non, nous n'avons pas de projet ! Et oui, nous avons des projets !".

    Que cela ne tienne, constatons qu'on apprend souvent autant par ce qui est écrit que par ce qui ne l'est pas ... 

    Et donc je persiste à dire qu'à Saint-Mandé, On ... Ne ... Nous ... Dit ... Pas ... Tout !

    Bonnes vacances à toutes et à tous, 

    L-A Alonso

    Prochain article le 1ier septembre 2013

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Vie locale Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu