Avertir le modérateur

  • Courriel ouvert au maire de Saint-Mandé (Pétition de défense du commissariat de Vincennes/Saint-Mandé)

    6F691802-694F-4245-97FB-2A3CEEBC7D24.jpegMonsieur le Maire, 

    Vous m’avez sollicité par courriel du 27 juin pour signer une pétition en mairie et en ligne qui s’oppose à la suppression des services d’accueil et d’investigation de proximité, de traitement judiciaire et de gardes à vue, les week-end et jours fériés au commissariat de Vincennes-Saint-Mandé.

    Ayant à cœur la défense des intérêts de nos concitoyens, et n’étant pas un élu aux convictions à géométrie variable, je signerai cette pétition.

    J’ai cependant été très surpris de constater que vous aviez relayé cette pétition via les panneaux d’affichage de la ville.

    Je vous rappelle que j’avais lancé début 2016, une pétition visant à implanter un commissariat de police nationale Porte de Vincennes. Faute de panneaux de libre expression sur notre ville, je vous avais demandé de pouvoir bénéficier des panneaux d’affichage de la ville et vous m’en aviez refusé l’accès au motif que ma pétition était « à vocation politique ». 

    Je constate aujourd’hui que sur un sujet strictement identique, avec des arguments similaires, vous vous octroyez un droit que vous m’avez refusé hierN’est-ce pas là, Monsieur le Maire, ce que l’on peut appeler le fait du prince ?

    Au delà de l’ironie de vos conseils d’alors (votre courrier de réponse), je regrette que sur un sujet si sérieux vous n’ayez pas marqué un franc soutien à l’idée d’un commissariat Porte de Vincennes. Dans un contexte de réaménagement complet de cette porte dans les années à venir, la position du maire de Saint-Mandé pouvait compter.  

    Je regrette d’ailleurs que vous ayez transmis ma pétition au préfet de police, sans même me répondre au préalable, qui s’est lui-même empressé de constater que «  maillage territorial actuel est jugé satisfaisant ». Aujourd’hui c’est le commissariat de police de Vincennes-Saint-Mandé qui est menacé … 

    Naturellement je vous souhaite aujourd’hui une pleine réussite dans votre collecte de signatures, au côté des maires de Vincennes et Fontenay. 

    Je vous prie de bien vouloir agréer monsieur le maire l’expression de ma meilleure considération.

    Ici la réponse reçue le 25 juillet de M. P Beaudouin, maire de Saint-Mandé  : Réponse du 25-07-18 du maire de Saint-Mandé .pdf

    Luc Alonso

    Lien permanent 1 commentaire Imprimer
  • Une prudence excessive

    F6B31E7D-AA09-40C4-A1CB-7BBA0BF3E9E0.jpegHier soir avait lieu le dernier Conseil Municipal avant les vacances d'été. L’occasion notamment de se pencher sur le Compte Administratif 2017.

    Pour la bonne compréhension de tous la vie financière de la Commune repose sur deux moments clés : Le vote du budget au cours du premier trimestre qui relève du prévisionnel et le vote en juin du compte administratif de l’année précédente qui à l’inverse constate et arrête les comptes.

    Que dire du compte administratif 2017, si ce n’est qu’il est probablement la traduction d’une gestion prudente de la ville, excessivement prudente. Et pour tout dire sans grande ambition.

    Cette prudence on pourrait la comprendre au regard des grands chamboulements qui s’annoncent pour les prochaines années à venir, avec notamment la suppression de la taxe d’habitation. Comment cependant ne pas constater qu’elle perdure depuis plusieurs années.

    L’adjoint aux finances a mis en exergue de bons ratios pour démontrer une saine gestion des finances de la ville. Mais cet argument se retourne et symbolise - malheureusement - la prudence excessive que j’évoque.

    Rendez-vous compte les seuils d’alerte sont entre 8 et 12 ans pour la capacité de désendettement (seuil maximum 15 ans) quand la ville annonce désormais 4.2 ans … Le seuil préconisé est de 10% pour le taux d’épargne brute (seuil minimum 7%) quand nous pointons à 12.12%. Nous sommes pour l’épargne brute presque 2 fois au-dessus du seul minimum et pour le seuil maximum de désendettement presque 4 fois au-dessus.

    L’ambition devrait pourtant être le moteur de la ville, et se traduire par une politique d'investissements proactive. Cela n’est malheureusement pas le cas.

    Si je souscris complètement à la politique des PPI – Plans pluriannuels d’Investissement – qui tourne autour de 4 thèmes (voirie, économies d’énergie, accessibilité programmée, ravalement), il faut cependant considérer ces PPI comme un simple fond de roulement.

    J’ai d'ailleurs pointé l’absence de soutien au développement du commerce local. Nous avions demandé que le droit de préemption soit activé pour dynamiser les zones en difficulté dans la ville. Une somme avait été budgétée, mais sans jamais avoir été dépensée. C’est plus que regrettable. Ce thème à lui seul mériterait un ambitieux PPI.

    Il ne saurait y avoir d’investissement sans un projet stratégique pour la ville. Et le projet arrêté par la majorité pour le reste de la mandature tourne principalement autour du projet IGN et de quelques grandes rénovations de chaussée. Conseil après Conseil j’ai exprimé mes doutes en la matière.

    Si le projet IGN résulte d’une « bonne » opération immobilière, il va déboucher sur une mauvaise stratégie en termes d’aménagement de la ville. Pour financer l’équipement public qui est prévu, la vente du terrain de Cochereau, de la maison rue Poirier, de la pointe Paul Bert nous est d’ores et déjà annoncé par une note remise lors de la dernière Commission Urbanisme. Nous renonçons à trois sites pour en construire un … excentré.

    On nous dit que le commerce local s’en portera mieux. Compte tenu de la géo localisation de l'IGN je doute que l’avenue du Général de Gaulle, l'Avenue Joffre ou les rues Jeanne d’Arc ou de l'Alouette en bénéficient …

    J’ai aussi une fois encore dénoncé le fait que les activités associatives, autres que sportives, qui rayonnent en divers points de la ville soient regroupées en ce lieu. La seule logique comptable et de rationalisation ne saurait prévaloir quand il s’agit du bien vivre ensemble. 

    Décidément non une bonne opération immobilière ne fait pas une stratégie d’aménagement ou d'investissements !

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Saint-Mandé, face au défi de la Métropole (tribune du mois de juin du groupe Saint-Mandé demain)

    images.jpgLongtemps considérée comme le Neuilly de l’Est parisien, Saint-Mandé a vécu repliée sur sa rente et se trouve désormais prise dans le tourbillon des réformes territoriales. Pour quelle issue ?

    Début 2016, notre ville qui s’était toujours refusée à tenter l’aventure de l’intercommunalité avec Vincennes a directement été impactée par la création de la métropole du Grand Paris. Elle n’a alors pas eu d’autre choix que d’intégrer l’établissement public intercommunal Paris-Est-Marne et Bois, qui comprend 13 villes du Val-de-Marne. Une gigantesque intercommunalité de plus de 500 000 habitants, qui borde la Marne et le bois de Vincennes.

    Si les maires ont, pour l’instant, pris le contrôle, plusieurs compétences sont cependant d’ores et déjà remontées au niveau du Territoire dont les plus marquantes sont : le Plan Local d’Urbanisme, le ramassage des ordures ménagères, la collecte de la Contribution Foncière des Entreprises, …

    Ce qui faisait l’atout majeur des communes, une démocratie de proximité, semble lentement s’éroder ...

    En Ile-de-France, les strates territoriales s’empilent : Région, Métropole du Grand Paris avec ses Territoires, Ville de Paris, Départements, Communes. Seules les intercommunalités ont définitivement vécu. Un véritable mille-feuille ! Et bien malin le citoyen qui peut dire avec certitude qui est compétent, et dans quel domaine. Et encore plus qui le sera à l’avenir.

    La question de la suppression des Départements d’Ile-de-France se pose et devrait être rapidement débattue. Après avoir rendu service durant 50 ans, ceux-ci n’ont plus la même utilité ; A contrario,Il s’avère plus que jamais nécessaire de conserver l’échelon municipal, au plus près des citoyens et des préoccupations du quotidien.

    La réforme de la taxe d’habitation renforcera probablement les rivalités entre ces différentes structures car les communes tirent une grande partie de leurs ressources de cette taxe.

    Ainsi si la suppression progressive ne fait plus de doute, et si le Gouvernement assure qu’elle sera financée par des économies, la question des ressources communales se pose avec acuité. Le rapport Richard / Bur propose des pistes dont celle de retirer le produit de la taxe foncière aux départements, pour le confier aux communes.

    Qui peut dire quelles seront les marges de manœuvre financières des communes à l’avenir ?  

    Mais au-delà de ces considérations, avec 23 000 habitants, Saint-Mandé doit jouer de sa forte identité pour exister au sein du territoire Paris-Est-Marne et Bois. Encore faut-il qu’une ambition s’affirme pour notre ville.

     

    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr  

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu