Avertir le modérateur

  • Les difficultés sont faites pour être surmontées (Discours de F. Bayrou sur la maîtrise des dépenses publiques)

    A l’heure où Saint-Mandé vient de lancer ses ateliers de la dépense publique, il m’a semblé utile de partager avec vous le discours que François Bayrou a tenu lors du Conseil Municipal de Pau fin septembre au sujet de la maîtrise des dépenses publiques. Discours que vous trouverez donc retranscrit ci-dessous. Cela a du sens de l'écouter lui qui avait fait de ce sujet, et ceci avant tout le monde, un sujet central et prioritaire de son projet politique. Vous trouverez aussi à la fin de cet article l’interview qu'il a donné le 26 Novembre à l’émission « Preuves par 3 », en marge du Congrès des maires de France.

    Bonne lecture, bon visionnage ! 

     

    « Bien sûr, chacun a à l'esprit les défis que nous allons devoir affronter et le principal de ces défis est financier. Il est financier, non pas tant à cause de notre collectivité - je m'empresse de vous dire que l'audit financier que nous avons demandé à un cabinet réputé vous sera présenté dès l'instant que nous l'aurons entre les mains, c'est-à-dire aux environs du mois d'octobre, pour que nous ayons la dimension des défis - mais l'essentiel, tout le monde le sait, tout le monde l'a présent à l'esprit, l'essentiel est que les dotations de l'État vont être extrêmement amputées par un certain nombre de décisions dont chacun connaît le caractère inéluctable et qui vont porter une atteinte assez profonde aux dotations qui permettent à notre collectivité, soit la commune, soit la communauté d'agglomération, de vivre, investir, fonctionner comme elle fonctionnait jusqu'à maintenant. Bien sûr, je ne vais pas m'inscrire en faux contre ce qui se passe, parce que c'était prévisible et que, pour ma part, je l'avais annoncé assez souvent.

    Je dois de surcroît dire que tout cet argent vient de la poche du contribuable et donc, au-delà des débats politiques que nous pouvons avoir sur le caractère inéluctable ou au contraire évitable de ces amputations, diminutions de crédits, il y a une nécessité pour notre collectivité d'affronter les mutations qui nous sont ainsi imposées. Ces mutations-là tout le monde sait qu'elles seront désormais notre lot, au moins durant la décennie qui vient et peut-être davantage, tant que nous n'aurons pas redressé la capacité de création, de production, d'invention de notre pays, tant que nous aurons le sentiment que ces forces de créativité sont prises dans un réseau de contraintes, dans une toile d'araignée qui les bloquent et qui les empêchent d'avancer.

    Je suis, pour ma part, persuadé que la politique existe, qui permettra de faire que notre pays retrouve ce chemin mais, pour l'instant, les Français ne la voient pas et en tout cas les élus de toutes les collectivités locales de France voient les contraintes qui vont leur être imposées. Ces contraintes seront naturellement très importantes pour nous aussi, plus importantes que cela n'était jusqu'à maintenant prévu.

    Et donc, nous allons suivre les débats budgétaires de cette rentrée avec cela à l'esprit, mais pour nous le défi est double. Il ne suffit pas seulement d'affronter ces contraintes. Il faut, en dépit de ces contraintes, faire ce que nous avons promis et faire mieux ! Ce qui jusqu'à maintenant était fait avec plus ou moins de réussite, et cela dans tous les chapitres de l'action publique. Faire mieux avec moins et le moins nous est imposé, il n'est pas choisi. Voilà, à peu près, la situation dans laquelle nous nous trouvons.

    Naturellement comme citoyen, et simplement comme auditeur ou téléspectateur, chacun des Palois sait bien que c'est cela que nous allons vivre. Chacun des fonctionnaires de notre collectivité le sait aussi mais chacun, évidemment, a un sentiment brûlant des changements que cela va imposer ou des difficultés nouvelles que nous allons rencontrer.

    Ces défis-là, nous allons les surmonter. Nous avons l'intention de faire ce qui est nécessaire pour que la ville se porte mieux malgré les contraintes. Nous n'allons pas renoncer aux objectifs qui étaient les nôtres, nous allons les assumer et, pour ma part, j'ai bon espoir que nous y arrivions. Oh, cela ne va pas se faire sans difficultés, tout le monde le sait, mais les difficultés sont faites pour être surmontées et nous savons, nous, à quel point la bonne gestion, l'imagination, la créativité, l'inventivité sont un des moyens de ne pas être prisonnier de ces contraintes qui sont pourtant extrêmement lourdes.

    Voilà la déclaration d'optimisme que je voulais faire à l'ouverture de ce Conseil municipal et je vous renouvelle mes vœux de bonne année et de bon travail pour cette année civique 2014-2015.

    Merci à tous

    François Bayrou - 30 /09/2014 - Pau »


    François Bayrou, invité de Preuves par 3 sur... par mouvementdemocrate

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, La revue des blogs Imprimer
  • Jean Christophe Lagarde, tel que je le vois

    jean-christophe lagarde,saint-mandéAu terme d'une campagne interne que l'on pourrait qualifier d' "épineuse", Jean Christophe Lagarde vient de conquérir la présidence de l'UDI (Union des Démocrates et Indépendants), au nez et à la barbe de ses principaux rivaux, Hervé Morin en particulier.

    L'homme a un parcours atypique que vous pourrez détailler avec ce très bon article de France 3  "L'ascension de Jean Christophe Lagarde en cinq dates"

    A son crédit, on dira d'emblée qu'il incarne incontestablement un Centre rajeuni et plus populaire. Député Maire d'une ville de banlieue, il a su s'imposer dans un bastion communiste. Il parle donc un langage clair et en connexion avec la réalité du quotidien. Cela ne peut que faire du bien à ce parti souvent vu comme un parti de notables provinciaux. 

    Son parcours centriste relève presque du sans faute. Que l'on en juge : Entré en centrisme par la porte du CDS (courant centriste par excellence) ; Président des jeunes UDF de 1996 à 2001, il conquière la mairie de Drancy en 2 campagnes (1995 - 2001) ; élu député en 2002, il fait la campagne de Bayrou en 2007 et ne rejoint le Nouveau Centre qu'après les législatives de 2007 où il l'emporte dans sa circonscription, sans avoir revendiqué d'étiquette. En 2012, il raille la campagne d'Hervé Morin (seulement crédité il est vrai de 1%), et apporte pour la première fois son soutien à N Sarkozy au 2ème tour. Unique ombre à un tableau jusqu'alors exemplaire.

    A son détriment, on notera quelques casseroles qui auront tintinnabulé lors de la campagne interne à l'UDI faisant notamment état d'une tendance au clientélisme. C'est un point de vigilance essentiel pour cet homme qui doit désormais être au clair, et avancer sans affaires parasites, s'il veut être pris au sérieux. Et réunir un jour UDI et Modem sous la même bannière. 

    La patience et le pragmatisme devront aussi faire partie des qualités de JCL si l'on pense à la prochaine campagne présidentielle ou l'ambition personnelle devra probablement céder le pas au bon sens, face au péril d'un 2ème tour sans issue. 

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Le Centre en Mouvement Imprimer
  • Journées d'amitié 2014 de Saint-Louis de Vincennes

    journées d'amitié 2014,saint-louis de vincennesC'est avec le plus grand plaisir que j'ai reçue l'invitation de mon amie Claire Vieillard à participer aux journées d'amitié de Saint-Louis de Vincennes qui vont se tenir en fin de semaine.

    Pour être très précis :

    Le vendredi 21 Novembre de 15 h à 19h

    Le samedi 22 Novembre de 11h à 19h30

    Et le dimanche 23 Novembre de 10h30 à 13h et de 15h à 18h30 

    On y trouvera (notamment) un grenier de grand-mère, un bric à brac, mais aussi un atelier de modelage pour les plus petits. Pour en savoir plus cliquez ici 

    A cette occasion, des auteurs dédicaceront aussi leurs ouvrages. Dont les auteurs du superbe livre "Il était une Foi, L'église Saint-Louis de Vincennes" : Paul Guillaumat et Claude de Martel. Que je suis justement en train de lire.

    "Comment le projet d'une modeste chapelle de secours pour un nouveau quartier de Vincennes a-t-il engendré un chef d'oeuvre de l'art sacré du XXème siècle ?".  

    Et c'est tout l'intérêt de ce livre, que l'on peut qualifier de passionnant, que de remettre la construction de l'église dans son contexte. A savoir d'un côté la dénonciation du Concordat et la Loi de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, et de l'autre la naissance du quartier de la "Prévoyance".  

    De nombreuses anecdotes sur la naissance du quartier sont évoquées (sur son industrie, sa population, la zone "non aedificandi", ...). Se fait alors sentir le besoin d'une "chapelle de secours" pour répondre aux besoins des habitants de Vincennes et de Saint-Mandé "trop éloignés de l'église paroissiale". Hommage est rendu aux hommes d'église qui ont su porter le projet avec intelligence et détermination.

    Le livre consacre ensuite une large part aux audaces architecturales de Droz et Marrast (Saint-Louis de Vincennes sera officiellement inaugurée en 1924), aux sublimes oeuvres de Maurice Denis dont "La glorification de Saint-Louis" qui orne le choeur (à partir de 1927), sans oublier les sculptures et céramiques. 

    Ces journées seront sans conteste l'occasion de redécouvrir ce joyau du XXème siècle ... et de passer un bon moment entre amis ou en famille.

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Quand démocratie rime avec autocratie (Tribune du groupe 'Saint-Mandé, demain' - Bulletin Municipal de Novembre/Décembre 2014)

    saint-mandé,conseil municipal,démocratie,autocratieLes commissions destinées à préparer le conseil municipal, constituées d’élus de la majorité et de l’opposition, doivent favoriser les échanges dans la recherche de l’intérêt général.  

    Le règlement intérieur fixe d’ailleurs leur rôle : « Elles examinent les affaires qui leur sont soumises, émettent de simples avis ou formulent des propositions » avant de statuer à la majorité des membres présents.

    La réalité est bien différente à Saint-Mandé !

    Les dossiers « bouclés » en amont sont présentés aux élus, discutés, et surtout adoptés en l’état, sans que la moindre virgule ne soit déplacée.

    Bien que permanentes, les commissions sont parfois annulées : « pas de commission » sera la simple information fournie aux conseillers.  Ainsi entre juin et décembre, les élus n’auront pas eu à débattre du développement économique de la ville ! Aveu flagrant de l’absence de vision sur ce sujet ou simple laxisme ? Nous discuterons des animations de fin d’année, lorsqu’elles se mettront en place ...

    En commission « Urbanisme et Logement » on n’évoque ni  les permis de construire accordés (pourtant peu nombreux !), ni les grands projets immobiliers, que nous savons en cours d’étude (L’immeuble de la Poste, la crèche et le conservatoire Bérulle, l’école Decroly, …).

    En commission « Communication » on oublie d’informer les élus du recrutement d’un Directeur de … la communication. Tout comme en commission « Ressources Humaines » …

    La sécurité et la tranquillité publique demeurent des sujets « régaliens ». Pas de commission. Et quand M. Beaudouin se décide à consulter la population, pendant les congés scolaires, il n’associe pas l’opposition à sa démarche. Le sujet était pourtant l’occasion d’une « Union sacrée » entre tous les élus.

    M. Beaudouin n’a de toute évidence pas entendu les aspirations des Saint-Mandéens à plus de transparence dans la gestion des affaires : il semble toujours et encore confondre démocratie et … autocratie.

    Lucile Robinet et Luc Alonso

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu