Avertir le modérateur

  • La vérité guidait leurs pas

    bayrou,salon du livre,2013

    Etudiant, j'avais découvert chez un bouquiniste un livre de Pierre Mendès France qui devait me marquer : "La vérité guidait leurs pas" (1976 - Gallimard). Cet ouvrage réunissait plusieurs portraits d'hommes politiques, aux personnalités profondément différentes les unes des autres, mais qui avaient marqué PMF au cours de sa vie. Tout était dans le titre. On y retrouvait : De Gaulle, Blum, Zola, Jaurès, Hubert Beuve-Méry (le fondateur du journal "Le Monde"), ... Nous étions dans les 90's et le livre m'avait surtout fasciné par son préambule "l'homme d'Etat et le pouvoir". Une reflexion sur le moyen de parvenir à la démocratie la plus parfaite possible.

    1976 - 2012 

    C'est dans la lignée de ce préambule que François Bayrou s'inscrit avec son nouveau livre "De la vérité en politique". Et c'est avec le plus grand plaisir que j'ai pu échanger quelques mots avec lui ce samedi au salon du livre, avant qu'il ne m'en dédicace un exemplaire.

    Le style est toujours aussi fluide, le fond est toujours aussi sensé. Et je ne vais citer que ce court passage pour vous donner l'envie de le lire :

    "Mais qu'est ce que la vérité ? Chacun a sa vérité, vous le savez bien !", répondent en choeur les gobe-mouches.

    C'est que l'on confond la vérité des faits, l'indéniable massif de la réalité, et les opinions qui sont changeantes et diverses. Il est naturel que chacun ait son idée de l'avenir, des options à prendre, des choix à faire. C'est le débat et la controverse.

    La vérité que recherche la démocratie n'est pas l'extinction des opinions, ni du débat. Cette vérité est plus modeste : il s'agit d'établir des faits, à partir desquels se construiront des opinions. La vérité qui sauvera la démocratie, ce n'est pas l'opinion toute faite, déjà écrite, que les citoyens seraient obligés d'absorber. Ce totalitarisme sourd, c'est celui que la démocratie rejette. 

    La vérité qui sauvra la démocratie, c'est l'exploration patiente de la réalité avec laquelle il faudra que toutes les opinions vivent. Le citoyen doit être décideur informé et pas consommateur gavé. Il a le droit d'avoir les yeux ouverts, sans être aveuglé par les projecteurs et rendu sourd par les décibels de l'orchestre.

    La mise à disposition du citoyen des éléments de connaissance qui sont ceux des décideurs, c'est le minimum qu'on doive éxiger du débat public.

    Cela n'enlève rien de son droit à la passion, à l'engagement, à l'imagination. Mais le premier des droits du citoyen, c'est le droit de ne pas être, de manière organisée, habituelle et consciente, trompé par les cyniques. Et cette vérité-là, la description humble et robuste du réel, on doit postuler qu'on peut l'atteindre.

    A mon humble niveau j'entends bien y contribuer. 

    NB : Je remercie Alain Dreyer, conseiller municipal centriste de Charenton le Pont pour ses talents de photographe.

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Une politique financière loin d'être exemplaire …

    val de marne,endettement,saint-mandé,le parisien

    La courbe du taux de change entre le franc suisse et l'euro ne devrait rien avoir à faire sur ce blog ... Et pourtant, de ce taux dépend l'avenir des finances de la commune. 

    Et l'on reste songeur lorsque l'on fait le bilan de la politique financière menée entre 2001 et 2011 sur notre ville :

    - La dette par habitant a doublé : Passant de 590€ à 1011€ par habitants (source) ... Et même si Saint-Mandé a "seulement" rejoint la moyenne d'endettement par habitant des villes de sa strate, force est de constater que les investissements effectués au cours de cette période sont contestables. Ainsi l'école Tillion, construite aux normes HQE, mais qui peine à trouver ses écoliers. Et pour laquelle la mairie "jongle" tous les ans pour ne pas devoir fermer une classe (pour en savoir plus). Ne fallait-il pas plutôt rénover l'école Paul Bert qui accueille un plus grand nombre d'élèves ?  

    saint-mandé,endettement,emprunt toxique

    La taxe foncière a enregistré la plus forte hausse du Val de Marne entre 2006 et 2011 : Comme le démontre le classement ci-contre issu du Parisien. Et le constat sera identique pour la taxe d'habitation.

    - A partir de 2008, Saint-Mandé s'est empêtré dans des emprunts toxiques ! A cette époque la décision est prise de "dynamiser" la gestion de la dette de la ville et de renégocier les emprunts existants. 4 emprunts sont contractés qui présentent au début un taux fixe attractif, mais qui se révèlent risqués dans le temps, voire toxique (toute l'histoire ici).

    Or pour l'emprunt basé sur le franc suisse l'heure du taux variable a sonné. Au Conseil Municipal du 30 janvier, on apprend que Saint-Mandé va devoir payer en 2013, 350 000€ d'intérêts. Et ce n'est qu'un début, car il court jusqu'en 2034. A ce même Conseil, le maire en s'adressant à son ancien adjoint aux finances finira par qualifier cette renégociation d' "erreur". On se range a son point de vue. 

    Car, cerise sur le gateau, l'adjoint aux finances vient de se désolidariser du Maire ... pour créer avec la 1ière adjointe un groupe dissident. Et ce groupe ne se gêne plus pour critiquer la poltique du Maire, qu'il mettait pourtant en oeuvre hier ... 

    De quoi s'interroger sur la politique financière menée dans notre ville ces dix dernières années ... 

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Des finances loin d'être exemplaires Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu