Avertir le modérateur

Tchao Video Paradiso !

video paradiso,saint-mandé

A l'heure où un film français et muet vient de triompher aux Oscars, le monde des vidéos-clubs disparaît doucement.

Vous lirez ci-dessous le t-exte de l'affiche apposée sur la porte du vidéo-club "Vidéo Paradiso" de l'avenue de Paris. J'ai été touché par sa grande dignité.

"Paris, le mardi 28 Novembre 2012,

A nos chers clients,

Nous avons eu la chance et l'honneur de vous servir, d'être très proches de vous depuis presque 12 ans, et c'est avec une grande émotion que nous vous annonçons qu'il est temps pour nous de tirer notre révérence.

En effet, nous avons encore peine à le croire mais il faut bien se rendre à l'évidence : nous appartenons déjà au passé.

Le temps des vidéos-clubs de quartier, où on réservait nos films de la soirée, où l'on pouvait obtenir des conseils, discuter au gré de ses humeurs (ou pas discuter du tout) est hélas révolu.

Nous avons tout essayé pour tenir, mais le vidéo-club doit fermer. La date de fermeture définitive est prévue aux alentours de la fin décembre.

Si vous n'avez pas le temps de les récupérer, vous pouvez compter sur votre vidéo-club pour détruire les chèques de caution comme il se doit.

Nous ne vous oublierons jamais,

L'équipe Vidéo Paradiso"

Lien permanent 2 commentaires Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer

Commentaires

  • Oui merci d'avoir existé et résisté si longtemps.
    D'autres dont le commerce était pourtant florissant se retrouvent bernés et jetés sans travail , à l'exemple du restaurant asiatique du haut de St-Mandé.
    Il faut aller le voir et l'écouter. C'est une honte de traiter ainsi les gens. Tout ça pour effondrer cette belle maison et faire de l’immeuble à 12000 euros le mètre et renflouer par la même certaines caisses..... F Verpillot

  • La fermeture du Vidéo Paridiso et même si l’on ne peut que déplorer celle-ci, n’est que le résultat des évolutions technologiques récentes.

    Outre la TNT qui permet de recevoir gratuitement 25 chaînes de télévision, nombre de foyers sont désormais équipés d’une « box » qui leur permet d’une part de disposer d’un nombre de chaînes encore plus conséquent mais aussi d’avoir accès à la « VOD » ou « vidéo à la demande ».

    La VOD permet de regarder chez soit et au moment de son choix, moyennant paiement mais aussi parfois gratuitement en fonction de l’offre de l’opérateur, un film choisi parmi une multitude de titres. Cette offre VOD commercialisée par de grands groupes tel que Vivendi ou Orange est donc venu se substituer aux vidéoclubs de quartier tel que le Paradiso où l’on allait louer cassettes VHS puis DVD et enfin Blu-ray.

    Outre le problème de la disparition des commerces de quartier, cette évolution vers la dématérialisation pose bien évidement une nouvelle fois le problème de l’emploi car ceux induits chez les opérateurs et les diffuseurs par la VOD sont loin de compenser ceux supprimés dans les vidéoclubs de quartier mais aussi en amont pour la fabrication et la distribution des supports physiques.

    De plus, si à ce jour les emplois créés par la VOD destinée aux utilisateurs français sont essentiellement localisés en France, l’arrivée annoncée à moyen terme de poids lourd de la VOD comme Netflix, qui représente 33 % du trafic total Internet aux Etats-Unis, changera certainement la situation avec nombre d’emplois pouvant être situés n’importe où dans le monde.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu