Avertir le modérateur

A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !

  • Le pot aux roses

    3F05755D-5AC8-4087-95E3-90C509CA4DB0.jpegIl est de discrets aménagements qui en disent plus que de longs discours.

    Les ambitions affichées d’un jardin David-Néel dédié aux 5 continents lors de son inauguration, avenue Gambetta, il y a un peu plus de 10 ans, ont fait long feu.

    Que sont devenues les cinq fontaines de 25 m2, éclairées par un réseau de fibre optique aux formes des cinq continents que l’on nous vantait à l’époque ? Des parterres de roses …

    Nous avions signalé lors de notre réunion publique du mois d’avril à la salle Jean Paul Goude que le spectacle des fontaines, bouchées et hors d’usage, donnait une bien mauvaise image de ce jardin et de la gestion de notre ville. Visiblement entendus, une discrète transformation des fontaines en parterre de fleurs est venue cacher la gabegie sous le tapis.

    Quand on sait que l’aménagement de ce jardin a coûté 1,6 millions € … 13562F8D-416A-416C-850F-A83CB6F0FA69.jpeg

    Alors quand lors du Conseil Municipal, le maire et son adjoint à la culture nous expliquent que les activités de l’Interval qui ne sont pas strictement équilibrées ne seront plus pratiquées pour des raisons de saine gestion, nous estimons qu’il y a deux poids, deux mesures.

    L’an dernier, un cours de gymnastique était supprimé. Cette année, ce sera le cours de théâtre de l’Interval qui faisait le bonheur d’une dizaine de Saint-Mandéennes. Le nouvel auditorium de l’ACI ne sera pas pour elle ! On ne peut pas faire du « sur-mesure » et plutôt que de les aider à s’épanouir par un petit article dans le bulletin municipal - sans frais supplémentaires donc - le cours est annulé.

    Aux dernières nouvelles, les apprenties gymnastes ont arrêté ou trouvé un cours à Paris ou Vincennes … 

    Rappelons que depuis le 1ier septembre les collectivités locales ne doivent plus communiquer sous forme de bilan.

    Nous nous interrogeons donc sur les visées électoralistes du plan de « transition écologique » de 4 pages poussé par la majorité lors du dernier Conseil et sur lequel la majorité a commencé à communiquer. Il cherche de toute évidence à présenter un bilan de l’action de la Ville. Quitte à s’approprier des actions lancées par la Métropole du Grand Paris (Adoption de la Zone à Faible Émission) que nous avons toutes et tous soutenues. Nous débattrons du manque d’ambition de ce plan avec vous, en d’autres lieux et dans un autre contexte.

    Passons sur ces artifices de communication et concluons ce billet par une anecdote : Lorsque la Ville de Saint-Mandé a été auditionnée en février 2019 par la Ville de Paris dans le cadre de sa réflexion autour du devenir du périphérique, notre ville a été représentée par l’adjointe … à la petite enfance – sic !

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Disparition d'un commerce local : coup de gueule !

    22930025-3C58-4AFD-B763-AD707F1A6AC2.jpegJ'ai été choqué de découvrir qu'un nouveau commerce de Saint-Mandé avait définitivement fermé ses portes pour être transformé en ... appartement.

    Il s'agit du restaurant Le Riad, rue du lac, sur lequel dans le renfoncement de la porte a été posée l'affiche dont vous trouverez ci-joint la photo. C'était auparavant une pizzeria.

    Quand la majorité municipale comprendra t'elle qu'en validant ce type d'opération elle fait le jeu de la spéculation immobilière et qu'elle participe à la crise du commerce local ?

    A chaque fois qu'un commerce disparaît c'est le commerce le plus proche qui est affaibli et un peu de l'âme de Saint-Mandé  qui s'évapore ... 

    Avec mes collègues du groupe "Saint-Mandé demain" nous avions émis plusieurs propositions dans le journal municipal dans une tribune intitulée "Nos commerces souffrent et la majorité regarde ailleurs". En pure perte de toute évidence ...

    Dans ce cas précis il fallait évidemment activer le droit de préemption, qui a pourtant été voté par le Conseil Municipal en 2010. Il y a 10 ans ! Sans jamais avoir été activé une seule fois ! 

    Aujourd'hui je le dis le commerce saint-mandéen est menacé dans sa survie et la majorité municipale est en échec total sur le soutien qu'elle devrait lui apporter.

    Des solutions existent pourtant ! Et je les porterai avec détermination lors des prochaines élections municipales !

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Comment est utilisé votre argent ? (Tribune politique du mois de mai du groupe Saint-Mandé demain)

    saint-mandé,budget,tarifs,taxes,luc alonso,patrick beaudouinLe Budget 2019 vient d’être adopté et c’est le dernier budget de la mandature 2014-2020.

    La majorité l’a encensé au travers du « Saint-Mandé infos » du mois d’avril. Donnant au journal de faux airs de tract de campagne et se livrant à un exercice d’autosatisfaction rarement égalé.

    Faut-il rappeler qu’un budget ne doit pas s’apprécier au coup par coup ? Les exercices budgétaires se succèdent et sont liés : ne pas les mettre en perspective, c’est sous-estimer l’intelligence des Saint-Mandéens.

    Rappelons quelques données factuelles pour que chacun puisse apprécier la politique budgétaire menée par la municipalité depuis 2014.

    Entre la baisse de la dotation de l’Etat et la hausse des prélèvements sur les recettes de la Ville, le manque à gagner pour Saint-Mandé aura été de 10,7 millions d’euros en 5 ans.

    Estimons le coût du rachat des emprunts toxiques en 2016 à 2 millions d’euros ; La majorité n’ayant jamais fait preuve de transparence en la matière.

    Le périmètre d’action de la Ville demeurant stable, elle a compensé ces pertes de recettes par :

    • Une hausse record de la taxe d’habitation de 5,5 % en 2015, soit plus d’un million d’euros par an
    • Des hausses régulières des tarifs des services publics municipaux : aux alentours de 9 % en cumulé
    • Une hausse des recettes des frais de restauration scolaire de 20 % à compter de 2016
    • Une hausse des frais de stationnement de 48 % en 2018

    En parallèle, elle aura cependant trouvé le moyen de se constituer des réserves, à hauteur de 15 millions d’euros ... De manière à financer la construction du bâtiment « Association Culture Innovation » sur le terrain IGN !

    Intérêt ? Emplacement ? Fonctionnement ?

    L’emplacement n’est pas idéal, pour les enfants comme pour les seniors qui devront allonger le pas le long du bois …

    En vitesse de croisière, le bâtiment coûterait 420 000 € par an, hors frais de personnel. Une entreprise de « facility management » assurerait la gestion, en régie, avec un budget spécifique pour l'accueil, la maintenance, l'entretien, la commercialisation de l'auditorium ...

    Un directeur général culture serait recruté pour chapeauter l’ACI, le conservatoire, les musiques actuelles et la médiathèque ….

    Loin de propulser Saint-Mandé vers l’avenir, ce projet constitue une impasse politique et économique dans l’aménagement de notre ville. Les Saint-Mandéens devront avoir le dernier mot !

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com
    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr
    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr
    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Dessine-moi Saint-Mandé Nord ! (Tribune politique du mois d’avril du groupe Saint-Mandé demain)

    Tribune politique, Saint-Mandé demain,Luc Alonso Principale entrée de Saint-Mandé, la place Gallieni et le quartier nord de Saint-Mandé présentent de nombreux atouts et un potentiel totalement sous-estimé.

    Les entrées sur le périphérique permettent des déplacements rapides. Et notre station de métro nous relie en peu de temps à Paris ou Vincennes. En 2013, elle enregistrait plus de 6 millions de voyageurs entrants. Probablement plus aujourd’hui. Ce flux de voyageurs qui se rend notamment vers la « nouvelle » zone d’activité de Montreuil (BNP, …) fait vivre un commerce de proximité, qui ne rencontre pas la même crise que le reste de la ville. Ce qui est notable.

    Son marché dominical aux comestibles est réputé. Tout comme son marché aux livres.

    Ce quartier qui va de la Place Gallieni, aux avenues Joffre et Quihou, et leurs rues adjacentes, souffre cependant de nombreuses nuisances : pollutions liées à la qualité de l’air ou au bruit du trafic automobile ; présence de détritus ; panneaux d’affichage omniprésents ; problèmes de tranquillité publique. 

    Nous faisons aussi le constat navrant que la portion d'avenue située entre la station-service et la sortie de métro n’ait pas vu son aménagement évoluer depuis des décennies rendant ce lieu de Saint-Mandé gris et inhospitalier …

    Si ce n’est la création du jardin « Paix et fraternité » en hommage aux victimes de l’attentat de l’Hyper Cacher.

    En 2018, une Saint-Mandéenne a écrit plusieurs fois aux élus de Saint-Mandé afin d’attirer notre attention sur le fait que le quartier de la Place Gallieni devenait "la ZONE abandonnée" de Saint-Mandé. Nous partageons son constat. Elle faisait des propositions d’aménagement. Restées sans suite …

    L’aménagement de l’entrée d’une ville est pourtant essentiel et c’est un point sur lequel nous nous mobiliserons fortement au cours des mois à venir pour le rendre plus vivant et canaliser les pollutions et nuisances.

    D’autant que la Porte de Vincennes sera bientôt réaménagée. Nous avions notamment proposé l’installation d’un commissariat de police nationale en cet endroit stratégique. Rejetée par le préfet de police de Paris, cette idée pourrait bien refaire surface dans quelques mois …

    Si cette problématique vous intéresse, rejoignez nos ateliers participatifs : nous vous donnons rendez-vous le 17 juin à 19h, salle Jean Bertaud, pour poursuivre ce débat avec vous sur ce quartier que nous avons habité ou que nous habitons.

     

    Parce que Saint-Mandé demain, ça commence aujourd’hui et avec vous.

     

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com
    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr
    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr
    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Municipales 2020 Imprimer
  • Vœux 2019 à Saint-Mandé (Tribune du mois de février du groupe Saint-Mandé demain)

    88FEFB73-0361-41F4-BB71-C1673149CBB5.jpegLes cérémonies de vœux sont une vitrine pour les communes qui promeuvent leurs belles réalisations et leurs projets d’avenir. Qu’avez-vous pensé des vœux à Saint-Mandé ?

    Luc Alonso : Les vœux sont censés rassembler la population autour du bilan de l’année écoulée et des projets à venir. A Saint-Mandé les années se succèdent et, malheureusement, se ressemblent. Patrick Beaudouin a formulé des vœux très politiques, en forme de doléances au président de la République, se mettant en scène pour l’apostropher : C’était un peu gênant pour tout dire …

    Il mettra à disposition de l’Etat les moyens du grand débat mais il refuse de l’animer …

    LA : Comme si la fracture sociale, territoriale et industrielle remontait à 2016. Elle a plus de trente ans et chacun a sa part de responsabilité. Mais cela ne me surprend pas : il n’a pas la culture du débat et de la concertation. Nous le savons tous à Saint-Mandé. J’ai, quant à moi, décidé de m’investir pleinement pour faire émerger des idées nouvelles.

    Ubisoft, déjà installé à Montreuil, a annoncé louer des locaux à Saint-Mandé, bonne nouvelle ?

    LA : C’est une belle entreprise dont le siège social est à Rennes. C’est une bonne nouvelle car elle véhicule une image dynamique et moderne. Mais quelles seront les retombées en termes de fiscalité ? Ce point reste flou. A qui vont profiter les retombées économiques des salariés qui vont y travailler. Vont-ils se tourner vers Vincennes, vers les commerces et brasseries de la place Bérault juste en face et en pleine rénovation ? Ou bien vers Saint-Mandé, plus éloignée avec ses commerces sinistrés ?

    Il a listé les projets en cours ...

    LA : Seul le projet de la pointe Paul Bert a eu notre assentiment car il répond à un réel besoin pour les services techniques, les musiques actuelles et le parc de logements sociaux. Mais le regroupement à l’IGN des associations et de l’INTERVAL, avec l’abandon de la maison des marronniers que nos jeunes apprécient est un vrai crève-cœur. La rénovation du haut de Gaulle pouvait attendre par temps de crise. Ces trottoirs noirs, quelle horreur !

    Il dit ne pas avoir augmenté les impôts et continuer dans cette voie ...

    LA : Plus c’est gros, plus ça passe ! En 2015 les taxes locales ont été augmentées de + 5.5%, et en 2018 les hausses cumulées de tarifs depuis 2014 avoisinaient en moyenne + 9% !

    Il espère couvrir la voie RER, cette saignée dans la ville, et réduire le bruit

    LA : Nous aussi nous le souhaitons mais nous souhaitons associer les riverains. Chose qu’il ne sait pas faire !

    Un mot pour conclure ?

    LA : Si l’on devait mesurer l’attractivité d’une ville au nombre de maires qui lui font l’honneur d’être présents lors des vœux, on confirmerait la crise saint-mandéenne. 12 maires étaient présents aux vœux de Vincennes contre 4 à Saint-Mandé, dont 3 par obligation. La crise est là et notre ville mérite mieux que cela !

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr  

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Mais quelle naïveté !

    6F3D493F-40BC-4509-99C4-89653141BE61.jpegNous avons appris récemment par le journal en ligne 94citoyens et par Le Parisien que la Poste allait délocaliser le centre de tri de Vincennes - Saint-Mandé en mars prochain sur Montreuil.

    On nous y informe également que les maires de Vincennes et de Saint-Mandé ont cosigné une lettre à l'attention du directeur exécutif Ile-de-France Est de la Poste, pointant des "tournées non faites et des délais de distribution anormalement longs" et exigeant un service "avec les résultats que les Vincennois et les Saint-Mandéens sont en droit d'attendre".

    Pour ma part je ne peux m'empêcher de repenser à cet encart dans le journal de Saint-Mandé de juin-juillet-août 2015 (ma photo) signé par M Beaudouin qui s'intitulait "Non le bureau de poste de Saint-Mandé ne fermera pas !" et qui se concluait ainsi :

    "Nous avons proposé des solutions sur Saint-Mandé, qui ne leur convenaient pas et donc la Poste a fusionné les centres de tri du courrier de Vincennes et de Saint-Mandé. Cependant nos facteurs effectuent toujours leurs tournées à Saint-Mandé comme de tradition. C'est uniquement une logique de gestion. Le Maire"

    Pour M Beaudouin il s'agissait alors uniquement d'une logique de gestion, alors qu'il aurait fallu obtenir des engagements dans la durée et dans la qualité du service.

    Il n'avait pas alors anticipé qu'il ne s'agissait que d'un premier mouvement, que d'autres allaient suivre au détriment des Saint-Mandé, de ses habitants et de l'activité économique Saint-Mandéenne.

    Il est bien temps d'aller exiger aujourd'hui de la Poste qu'elle assure son service ...

    Mais quelle naïveté !

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Pas de blanc-seing pour la reconstruction des crèches et de la PMI de la rue de Bérulle

    4227946536.jpgLe groupe "Saint-Mandé demain" s'est abstenu lors du Conseil Municipal au sujet de la Convention que la mairie vient de passer avec le Département du Val-de-Marne qui a trait à la reconstruction de la PMI et des crèches de la rue de Bérulle, et la construction de logements sociaux.

    Parce qu'il est hors de question de laisser, une fois encore, la majorité lancer un chantier immobilier sur notre ville sans que les riverains soient étroitement liés à la définition du projet, sans que ce projet soit pensé par et pour les Saint-Mandéennes et les Saint-Mandéens.

    Aussi je publie ici en toute transparence la Convention adoptée, moins les voix de notre groupe : Convention de partenariat v2 20181108-1.pdf

    Un article du Parisien évoque une mise en travaux entre novembre 2020 et la rentrée 2022. Autant dire après les élections municipales ...

    Voici ma déclaration au Conseil du 18 décembre :

    "Cette Convention présente plusieurs objectifs que l’on peut juger individuellement louables :

    - La reconstruction de la crèche avec le maintien des 90 berceaux : il est vrai qu’elle était décatie

    - La construction de logements sociaux : notre ville est en carence en la matière

    - La volonté de conserver l’équilibre financier

    - La volonté de conserver la propriété de la crèche

    Cependant il manque une dimension à votre projet : la préservation du jardin.

    Dans son livre historique Maurice Giard dénomme la crèche de Bérulle "la crèche-jardin". C’est ce qui fait son charme. Vous auriez pu conserver cet objectif. Fixer le challenge aux architectes d’intégrer un beau jardin. Bien sûr vous allez me répondre que les règles de l’urbanisme intègrent la nécessité d’espaces verts. Mais pas un jardin comme nous l'avons actuellement. Ce point là, en fait, vous l’avez tranché lors d'un Conseil en mars 2013, en modifiant le PLU, et en lui retirant le caractère d’Espace Vert Protégé (EVP) pour cause de "minéralité", afin de ne pas « compromettre les opportunités d’aménagement futur » aviez vous-même précisé.

    Nous avions une crèche jardin, nous risquons d’avoir un bloc de béton.

    Pour l’ensemble de ces raisons nous nous abstiendrons en attendant de voir l’évolution du projet. Car ce dossier à n’en pas douter reviendra vers nous encore plusieurs fois"

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal, Municipales Imprimer
  • Même en période de travaux, la sécurité doit être assurée ! (tribune du mois de décembre du groupe Saint-Mandé demain)

    Absence de coordination entre la réalisation des travaux et les exigences de la sécurité routière.

    Pourtant une grande habituée des travaux de voirie, la Ville de Saint-Mandé n’a pas su gérer les travaux du haut de Gaulle à la hauteur de la rue du Commandant Mouchotte.

    Ce carrefour, incontournable pour accéder à l’école Charles Digeon et au centre sportif Roger Vergne, est devenu particulièrement dangereux au cours de tous ces jours avec son flot de voitures et deux roues, de bus et sa ribambelle d’enfants.

    Les deux passages piétons permettant de traverser l’avenue ayant été simultanément condamnés, les piétons devaient patienter sur la chaussée pour pouvoir traverser, avec un marquage au sol obsolète pour les voitures, sans oublier les poubelles sur la chaussée les jours de collecte. L’entrée et la sortie des classes devenaient des moments critiques… Tout cela sous l’œil impuissant de la police municipale.

    Pourtant, Luc Alonso avait déjà signalé, au cours d’un conseil municipal, que des jeunes devaient marcher sur la chaussée pour se rendre au collège, suite à de mauvais fléchages, lors de la rénovation du trottoir situé face à l’arrêt de bus « Jean Mermoz » …

    Tout ça pour ça! 

    Le revêtement du trottoir sera désormais noir ... L’arrêt du bus reconduit au même endroit sans s’être demandé s’il n’aurait pas été préférable de le déplacer avant le feu tricolore ... Le trottoir du boucher et du primeur du rocher ont perdu 1 mètre devant leur vitrine, réduisant leur possibilité d’animation commerciale …  

    Cerise sur le gâteau 

    Saint-Mandé sud vit et va, semble t’il, vivre encore de nombreux mois dans la pénombre et supporter encore de nombreuses chutes. La Ville se targue d’être une des premières à passer aux LED … Encore faut-il partir à point ! 

    A l’instar d’une mère de famille saint-mandéenne excédée, sur twitter, nous exigeons que « même en période de travaux, la sécurité (soit) assurée ! ».

    Luc Alonso – alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias – arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban – gael-turban@hotmail.fr  

    Lucile Robinet – lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Quel mépris ... !

    63BD7850-90C1-4B33-B1CC-90BAA9D246B8.jpegC'est visiblement par le mépris que le maire de Saint-Mandé a décidé de traiter son opposition ...

    Le dernier "Saint-Mandé infos" en est la parfaite illustration. 

    Dans une volonté manifeste de saborder, ou de parasiter, la bonne lecture de notre tribune, Patrick Beaudouin et le directeur de la publication n'ont pas hésité a la faire couper en deux, la renvoyant sur deux pages différentes, en retenant une police de caractère plus petite que pour les textes de la majorité, et en insérant de la publicité sur la place ainsi gagnée.

    Seules les tribunes de l'opposition sont ainsi traitées dans le journal municipal.

    Lors du précédent Conseil Municipal j'avais déjà signalé que la taille de la police de caractère qui nous était attribuée était indigne. A vrai dire, à part des plaisanteries du plus mauvais goût, je n'ai pas eu de réponse sérieuse à ma protestation ...

    On se souvient que notre groupe avait été obligé de saisir le Tribunal Administratif en septembre 2014 pour faire respecter l'espace qui était réservé à l'expression des idées de l'opposition, et dans lequel le Maire s'était octroyé le droit de s'exprimer en totale contradiction avec la réglementation. Naturellement le Tribunal Administratif de Melun nous avait donné gain de cause : Quand le Tribunal Administratif de Melun nous donne gain de cause.

    Le maire de la ville a 38 pages pour s'exprimer, mais les idées défendues dans nos petits articles, d'à peine 3000 caractères, semblent donc le faire trembler ...

    Oui le commerce souffre et la municipalité regarde ailleurs !

    Oui la démocratie locale est en panne à Saint-Mandé !

    Ce sont les thèmes de nos deux derniers articles. Bien sûr nous ne sommes pas tendre avec la majorité, mais nous sommes dans notre rôle.

    Mais à vrai dire les groupes d'opposition ne sont-ils pas traités de la même manière justement que ces citoyens qui voudraient simplement participer au débat public, à l'exercice de la démocratie locale ... 

    Si le Figaro a emprunté sa devise à Beaumarchais "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur" il convient de ne pas oublier la suite de la tirade : "Il n'y a que les petits hommes, qui redoutent les petits écrits"

    Et puisque nos opinions semblent déranger nous allons les propager par tous les moyens à notre disposition.  

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu