Avertir le modérateur

Saint Mandé, Au Centre de nos vies

  • Le pot aux roses

    3F05755D-5AC8-4087-95E3-90C509CA4DB0.jpegIl est de discrets aménagements qui en disent plus que de longs discours.

    Les ambitions affichées d’un jardin David-Néel dédié aux 5 continents lors de son inauguration, avenue Gambetta, il y a un peu plus de 10 ans, ont fait long feu.

    Que sont devenues les cinq fontaines de 25 m2, éclairées par un réseau de fibre optique aux formes des cinq continents que l’on nous vantait à l’époque ? Des parterres de roses …

    Nous avions signalé lors de notre réunion publique du mois d’avril à la salle Jean Paul Goude que le spectacle des fontaines, bouchées et hors d’usage, donnait une bien mauvaise image de ce jardin et de la gestion de notre ville. Visiblement entendus, une discrète transformation des fontaines en parterre de fleurs est venue cacher la gabegie sous le tapis.

    Quand on sait que l’aménagement de ce jardin a coûté 1,6 millions € … 13562F8D-416A-416C-850F-A83CB6F0FA69.jpeg

    Alors quand lors du Conseil Municipal, le maire et son adjoint à la culture nous expliquent que les activités de l’Interval qui ne sont pas strictement équilibrées ne seront plus pratiquées pour des raisons de saine gestion, nous estimons qu’il y a deux poids, deux mesures.

    L’an dernier, un cours de gymnastique était supprimé. Cette année, ce sera le cours de théâtre de l’Interval qui faisait le bonheur d’une dizaine de Saint-Mandéennes. Le nouvel auditorium de l’ACI ne sera pas pour elle ! On ne peut pas faire du « sur-mesure » et plutôt que de les aider à s’épanouir par un petit article dans le bulletin municipal - sans frais supplémentaires donc - le cours est annulé.

    Aux dernières nouvelles, les apprenties gymnastes ont arrêté ou trouvé un cours à Paris ou Vincennes … 

    Rappelons que depuis le 1ier septembre les collectivités locales ne doivent plus communiquer sous forme de bilan.

    Nous nous interrogeons donc sur les visées électoralistes du plan de « transition écologique » de 4 pages poussé par la majorité lors du dernier Conseil et sur lequel la majorité a commencé à communiquer. Il cherche de toute évidence à présenter un bilan de l’action de la Ville. Quitte à s’approprier des actions lancées par la Métropole du Grand Paris (Adoption de la Zone à Faible Émission) que nous avons toutes et tous soutenues. Nous débattrons du manque d’ambition de ce plan avec vous, en d’autres lieux et dans un autre contexte.

    Passons sur ces artifices de communication et concluons ce billet par une anecdote : Lorsque la Ville de Saint-Mandé a été auditionnée en février 2019 par la Ville de Paris dans le cadre de sa réflexion autour du devenir du périphérique, notre ville a été représentée par l’adjointe … à la petite enfance – sic !

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : A Saint-Mandé, on ne nous dit pas tout !, Autour du Conseil Municipal Imprimer
  • Transformer le périphérique ? Une nécessité absolue !

    83E831C0-CE8E-4F3D-90C9-785BDC1FD7AB.jpegA l’heure de l’Accord de Paris sur le Climat, une réflexion ambitieuse sur le devenir du boulevard périphérique a été menée par la ville de Paris, dans un esprit de consensus, qui a débouché sur un rapport de 277 pages et 40 propositions pour transformer cette autoroute urbaine en boulevard écologique du XXIème siècle.

    Début juillet, notre ville s’en est fait le lointain écho par la voie d’un sondage internet en soumettant aux saint-mandéennes et aux saint-mandéens cinq de ces mesures directement liées au périphérique : création d’une voie réservée aux véhicules collectifs ou non polluants, abaissement à 3 du nombre de voies, mise en œuvre du 50 km/h, interdiction des poids lourds en transit et végétalisation.

    Nous regrettons ce rôle de suiveur, plus que d’acteur. L’heure n’est plus à l’expectative ou au sondage prudent, mais bien à l’action !

    Le périphérique nous pollue depuis des années et la proximité du Bois ne doit plus nous servir d’alibi pour regarder ailleurs.

    Saint-Mandé doit affirmer sa volonté de participer pleinement à la « révolution » des mobilités au sein de la Métropole du Grand Paris, dans un délai qui sera celui des jeux Olympiques de 2024.

    Notre ville est légitime à peser dans cette réflexion de tout son poids : bien sûr du fait de sa frontière avec le périphérique sur plus d’un kilomètre ; du fait aussi de la Porte de Vincennes et de l’axe pénétrant Nation – Vincennes très fréquenté qui traverse son territoire ; et aussi par l’école Paul Bert, l’une des plus grandes écoles du Val-de-Marne, qui fait face au périphérique.

    Saint-Mandé doit associer et consulter ses habitants pour lutter efficacement contre le bruit et les pollutions atmosphériques liées au trafic routier :

    - Quelles mesures peuvent être prises à notre niveau pour empêcher un report vers Saint-Mandé des véhicules dissuadés d’emprunter le périphérique ?

    - Quel avenir pour le Boulevard de la Guyane qui est dans un état déplorable ?

    - Quels sont les niveaux de pollution actuels Porte Dorée, Porte de Saint-Mandé, Porte de Vincennes, Porte de Lagny ?

    La question des « violences routières » au sein de notre ville se pose aussi avec acuité.

    Les statistiques de l’accidentalité à Saint-Mandé mettent en exergue une surreprésentation des accidents impliquant les piétons au regard de la moyenne du Val-de-Marne, et plus spécialement les plus de 60 ans et les moins de 13 ans. Ce qui démontre que notre ville, du fait de sa densité et de son trafic routier, doit trouver des solutions particulières.

    Avec vous, nous les trouverons : Les saint-mandéens devront avoir le dernier mot !

    Luc Alonso / alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias / arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban / gael-turban@hotmail.fr

    Lucile Robinet / lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 3 commentaires Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Il y a 75 ans "L'appel des voix d'airain : chronique de la Libération de Saint-Mandé"

    libération,saint-mandé,jean bertaud,coste,août 1944Cet article est un hommage aux patriotes qui il y a 75 ans ont libéré Saint-Mandé.

    L'appel des voix d'airain c'est ce moment particulier à la Libération où toutes les cloches de Paris ont résonné dans un même élan.

    Chaque cloche a sa voix caractéristique et reconnaissable à une oreille exercée ...

    Les faits et citations ici repris sont issus du fascicule "Saint-Mandé dans la Libération, l'ombre et la lumière", publié par le comité local de la Libération.

    Récit de ces jours cruciaux de la fin août 1944 à Saint-Mandé ... 

     

    Lire la suite

    Lien permanent 4 commentaires Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Le lac de Saint-Mandé : lac naturel ou artificiel ?

    le lac de saint-mandé - albert lichtenC'est sous le règne de Philippe la Hardi, en 1276, qu'un fossé fut creusé pour amener l'eau des fontaines de la côte de Fontenay au vivier du bois de Vincennes, à travers la léproserie de Fontenay-sur-Bois. Un vivier est alors le plus sûr moyen d'avoir du poisson frais à sa table. 

    Le "ru de la Pissotte" (du nom d'un hameau), autrement appelé "ru de Montreuil", qui coule des coteaux de Montreuil, en passant par les douves du château de Vincennes abonde alors l'étang, niché dans une dépression, que l'on a bordé d'une digue ... d'une chaussée, pour éviter les inondations. 

    La chaussée de l'étang est née !

    En 1377, Charles V fait détourner une grande partie de ces eaux vers les abreuvoirs du Château de Beauté. Le vivier devient un bourbier pestilentiel. Au point qu'en 1711, les eaux corrompues provoquent une épîdémie pendant l'été. L'ordre d'assèchement est donné et le lac est comblé.

    On peut alors lire dans les chroniques : "Le lac de Saint-Mandé occupe la place d'un ancien vivier, autrefois devenu bourbier ... son alimentation est faite provisoirement par un courant d'eau fétide donnant toujours et par un courant d'eau pur admis seulement par intervalles ; lorsque l'eau salle domine sans partage, on s'en aperçoit aisément, car la surface du lac verdit et produit des exhalaisons peu agréables" (Source)

    Mais l'histoire ne s'arrête pas là ...

    En 1860, Saint-Mandé obtient, en contre partie de l'annexion des 2/3 de son territoire, une gare sur la ligne de chemin de fer de Vincennes et l'embellissement du bois de Vincennes. Le Lac de Saint Mandé est alors désinfecté au sulfate de fer et à la chaux et remis en eau. Mais les eaux croupissent de nouveau. En 1866, Alphand prend donc la décision de le relier au réseau hydraulique général du bois de Vincennes, lui même alimenté par les eaux de la Marne, pompées 35 m en contrebas par la station de pompage de Saint-Maur-des-Fossés.

    Finalement, en 1974, "suite à l'ouverture de l'autoroute A4 qui condamna la station sur la Marne, l'eau du système hydraulique du bois est pompée dans la Seine par l'usine du pont d'Austerlitz".  

    Le lac de Saint-Mandé est donc bien un lac artificiel, au passé prestigieux ... 

    Depuis le début du siècle, il est aussi et surtout un lieu de promenade extrêmement prisé ... on peut s'y promener, et même y pêcher. 

    Mais attention aux espèces protégées qui le peuplent !

    Sources hsitoriques :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_de_Saint-Mand%C3%A9

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bois_de_Vincennes

    http://www.cosmovisions.com/monuSaintMande.htm

    http://www.peinture-et-langage.fr/voir_c_est_avoir_vu.html (pour en savoir plus sur le peintre Albert Lichten qui a fait ce superbe tableau du lac de Saint-Mandé)

    Cet article a été publié initialement le 31 juillet 2012 et le 15/07/2017 sur ce blog

    Lien permanent 0 commentaire Catégories : Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Bel été ! bonnes vacances !

    Fidèle à son habitude le blog ne prend pas de vacances, mais profitera de ce mois d'août pour publier quelques articles plus transverses.

    Malheureusement comme l'an dernier des « vacances » à la « vacance » … Il n’y a qu’un « s » que la majorité municipale aura encore une fois escamoté cet été.

    Nous regretterons qu'aucune activité ludique et estivale ne soit proposée par notre ville. Saint-Mandé passe encore une fois à côté.

    Pire ! Notre ville réduit l’ouverture de sa médiathèque, oubliant les mandéennes et les mandéens qui, par choix ou nécessité, vont rester à Saint-Mandé cet été, dans une ville ... en vacance(s) ...

    Lien permanent 1 commentaire Imprimer
  • Du plaisir de partager, encore et toujours (Tribune politique du mois juillet-août du groupe Saint-Mandé demain)

    A la veille des vacances estivales, nous partageons avec vous, comme les années précédentes, nos coups de cœur, en clin d’œil à la situation politique locale.

    téléchargement.jpeg

    téléchargement (1).jpeg

    téléchargement (2).jpeg

    téléchargement (3).jpeg

     

     

     

     

     

    Luc : Quel paradoxe ! Les vacances sont là, et pourtant, alors que c’est le moment de lire et de se divertir, la médiathèque sera en service réduit à compter du 20 juillet pour fermer du 6 au 26 août. Tous les étés, notre ville se prive d’un lieu central d’échanges, de calme et de sérénité. C’est regrettable. N’hésitez pas à faire vos emprunts en amont, les délais de retour sont malgré tout allongés. Quant à moi, je me plongerai dans la lecture de Me voici de Jonathan Safran Foer. Un roman fleuve de 740 pages pour découvrir, à travers les aventures de son double Jacob, cet auteur américain à succès de 40 ans à peine.

    Lucile : Encore un enfant qui raconte la vie ? Encore un auteur qui se croit malin en donnant des mots plein de candeur ou d'ironie à une petite fille de onze ans ? Non. Avec  sa collectiond'enfants et d'adultes maniacodépressifs, obsessionnels  compulsifs ou bien phobiques, on est un peu dans « Le Petit Nicolas » au  pays des névroses. Mais avec un dosage subtil de fausse naïveté et de réelle compassion, Cypora Petitjean-Cerf nous attache si bien à Tracey, élève de 6e au collège Jean-Lurçat de Saint-Denis, qu'au moment de tourner la dernière page de La Belle Année,  on se dit qu'elle va nous manquer !

    Gaël : Pour ceux qui souhaitent fuir le soleil et la chaleur de cet été qui s’annonce caniculaire, la solution se trouve certainement dans les salles de cinéma ou … de théâtre ! Sortant du classique théâtre de boulevard, Les Faux British, pièce qui peut se targuer d’un Molière grandement mérité, vous plonge dans l’Angleterre du 19e siècle. Une troupe un peu trop amatrice qui souhaite mettre en scène un thriller, un manoir bringuebalant, une pointe de flegme britannique et beaucoup de loufoquerie : la recette d’une pièce sans temps mort et hilarante. Le mieux, c’est de découvrir cela par vous-même !

    Arielle : Sous cette chaleur accablante, les vacances d’été arrivent à pic. Pour vous accompagner, je vous conseille L’ode à la fatigue, un essai à a fois original et jouissif du philosophe Eric Fiat. Faire l’éloge de la fatigue paraît une démarche à contre temps. Et pourtant, M.Fiat nous rappelle que la bonne fatigue, contrairement à la paresse, est un sentiment digne auquel il faut s’abandonner. Symbole que nos forces ont été correctement utilisées, la fatigue est le repos du juste. Pour l’illustrer, il jongle entre des références littéraires, poétiques et philosophiques, pour le plaisir des lecteurs.

    Sur ces mots, nous vous souhaitons un bel et reposant été.

    Luc Alonso / alonso.adam.luc@gmail.com

    Arielle Attias / arielle.attias@sciencespo.fr

    Gaël Turban / gael-turban@hotmail.fr

    Lucile Robinet / lucilerobinet@gmail.com

    Lien permanent 1 commentaire Catégories : Autour du Conseil Municipal, Culture, histoire et développement durable Imprimer
  • Protagonistes (par Jacques SMERLAK)

    images.pngBientôt les municipales. Une occasion qui ne se présente que tous les 6 ans pour élire ceux/celles, qui auront la capacité de dessiner l’avenir de notre ville.

    Déjà, dans les couloirs, des stratégies s’élaborent. Stratégies d’alliances, joutes d’égos, courses de parrainages, concours d’éloquence, en résumé, la politique… est en marche.

    Comment plaire. C’est la question.

    Comment former une équipe de 35 personnes tractée par une tête de gondole parée de l’étiquette « qui va bien », en proposant un programme qui ne rebute personne. Surtout pas les votants majoritaires, à savoir les plus âgés d’entre nous.
    Aîe ! Sacré défi !

    Mettons-nous un instant dans cette position :

    - Plus de sécurité ! C’est une attente prioritaire !
    - Des efforts supplémentaires pour les seniors, ils sont notre coeur de cible.
    - Il faut parler d’écologie! Du vert, on va mettre du vert sur nos tracts.
    - Les commerces ! il faut attirer de belles enseignes pour valoriser l’attractivité de notre commune.
    - Un grand projet de réhabilitation des façades, des monuments, des lieux publics, voilà une belle idée!
    - Le numérique, plus de numérique ! Le numérique c’est l’avenir…
    - Les impôts, il faut baisser les impôts. Trop d’impôts, tout le monde est d’accord.

    … Et les programmes deviennent des catalogues, pavés de promesses qui n’en sont même pas, parce que le rêve y est absent.

    Rêver

    D’une liste sans code barre.
    D’un programme construit sur une vision d’AVENIR, qui décrit la cité dans laquelle nous aimerions voir vivre nos entants.
    Un programme qui mobiliserait les abstentionnistes par dépit, les jeunes à qui on ne parle presque jamais.
    Un programme dans lequel on trouverait la volonté d’initiatives centrées sur le développement de structures culturelles et sportives, de partenariats avec les associations, voire - soyons fous - de consultations citoyennes.
    Un programme qui parlerait d’impôts, non pour promettre de les baisser, mais pour en décrire l’usage…

    Des volontaires ?

    Lien permanent 2 commentaires Catégories : Municipales 2020 Imprimer
  • Municipales : Avant tout la proximité !

    C'est une démarche qui demande un effort, mais qui procure en retour beaucoup de positivité.

    L'objectif de nos ateliers participatifs est avant tout de créer un échange avec les mandéennes et les mandéens.

    Aussi avons nous retenu une configuration en arc de cercle, où chacun peut se voir. Cette disposition permet l'échange. La parole s'en trouve facilitée et circule.

    En introduction, le décors est planté avec un bref rappel de la candidature aux élections municipales de notre liste "Projet Saint-Mandé 2030", ainsi que notre démarche tournée vers les citoyens et les premiers retours obtenus grâce aux enquêtes de rue, en ligne et dans les commerces. Les éléments aussi bien positifs, que négatifs sont relevés.

    Puis la parole tourne auprès de la trentaine de Saint-Mandéens qui avaient fait le déplacement ce soir là ... Une belle réussite en comparaison des comité de quartier organisés par la majorité.

    Des points très forts sont ressortis ce soir là que je partage ici en synthèse :

    Les habitants de Saint-Mandé Nord se sentent clairement abandonnés, en marge du reste de la ville.

    Des a priori tombent : une saint-mandéenne relève que le commerce ne va pas mieux qu'ailleurs. Beaucoup de boutiques sont signalées comme ayant fermé récemment.

    C'est un quartier qui aspire à mieux être intégré dans la ville. Des solutions d'aménagement sont posées. Une meilleure collaboration avec les 4 villes attenantes (Paris 12, Paris 20, Montreuil, Vincennes) est demandée. Les troubles sur la rue du Commandant l'Herminier sont signalés comme apaisés depuis la pause de rambardes. 

    Notre idée d'un commissariat de police nationale à la Porte de Vincennes est rappelée et continue de séduire.

    On formule, on prend des notes, on synthétise et comme toujours dans ce type de réunion on finit la discussion autour d'un verre de l'amitié.

    Lien permanent 5 commentaires Catégories : Municipales 2020 Imprimer
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu